Au Maroc, le doute plane sur les sources de financement du PJD

12 janvier 2013 - 20h52 - Maroc - Ecrit par : J.L

L’arrestation la semaine dernière de Benaïssa Bouasria, secrétaire du Parti Justice et Développement dans la commune de Dar Asslouji à Sidi Kacem, pour trafic de drogue, font planer le doute sur les sources de financement du parti de Benkirane.

Benaïssa Bouasria, cité récemment par trois Marocains arrêtés à l’aéroport Mohammed V pour trafic de drogue international, aurait intégré le parti au pouvoir grâce à l’aide d’un ministre de l’actuel gouvernement.

Le secrétaire du PJD a depuis reconnu son implication dans le trafic de drogue, affirmant être une simple mule, envoyée en Europe avec du haschich dans l’estomac, rapporte Assabah.

L’homme, également poursuivi pour blanchiment d’argent, avait mis un appartement à la disposition des trafiquants de drogue à Kénitra, où les mules allaient pour être "chargées" de boulettes de haschich, d’après Akhbar Al Yaoum.

Le Parti Authenticité et Modernité devrait prochainement réclamer l’ouverture d’une enquête sur les sources de financement du PJD. C’est en tout cas ce qu’a affirmé Hassan Taiki, Conseiller du PAM.

Samir Abdelmoula, député PJD et patron de la Comanav, a également été entendu il y a peu dans une affaire de drogue. Quinze tonnes de drogue avaient été saisies en Espagne sur l’un de ses paquebots, rappelle Al Khabar.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Drogues - Kenitra - Parti de la Justice et du Développement (PJD) - Parti Authenticité et Modernité (PAM) - Criminalité - Samir Abdelmoula

Aller plus loin

Le parlementaire Samir Abdelmoula arrêté pour chèque sans provision

Le député à la Chambre des représentants, Samir Abdelmoula, a été interpellé par les services de sécurité de Tanger. Il est poursuivi sur la base d’un mandat d’arrêt national...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : les tribunaux submergés après la levée des mesures restrictives

Depuis que l’amélioration de la situation épidémiologique au Maroc a entraîné l’assouplissement des mesures restrictives, la vie a repris dans les tribunaux avec une hausse considérable du nombre de plaintes, procès et affaires pénales.

"L’boufa", la nouvelle menace pour la société marocaine

Le Maroc pourrait faire face à une grave crise sanitaire et à une augmentation des incidents de violence et de criminalité, en raison de la propagation rapide de la drogue «  l’boufa  » qui détruit les jeunes marocains en silence.

Boufa, la drogue qui terrifie le Maroc

Le Maroc mène des actions de lutte contre les drogues dont la « Boufa », une nouvelle drogue, « considérée comme l’une des plus dangereuses », qui « envahit certaines zones des villes marocaines, en particulier les quartiers marginaux et défavorisés. »

Maroc : le débat sur l’interdiction de TikTok s’invite au parlement

Plusieurs députés marocains appellent à l’interdiction de TikTok au Maroc. Ils s’inquiètent de la qualité des contenus publiés sur ce réseau social chinois qui, selon eux, constitue un danger pour la jeunesse.

La criminalité au Maroc est sous contrôle selon le ministre de l’Intérieur

Pas d’inquiétude à avoir en ce qui concerne la criminalité au Maroc. La situation sécuritaire dans le pays est « normale et sous contrôle », grâce aux efforts déployés par les autorités, affirme le ministre de l’Intérieur.

Réforme du Code de la famille au Maroc : Abdelilah Benkirane menace

Le secrétaire général du PJD, Abdelilah Benkirane, relance le débat sur la réforme de la Moudawana et du Code pénal, en promettant des actions fortes si le ministre de la Justice y introduit des amendements qui portent atteinte à la cellule familiale.

Maroc : la réforme du Code de la famille fait toujours jaser

La réforme du Code de la famille a du mal à passer au Maroc. Face aux conservateurs et chefs religieux, le gouvernement n’arrive pas encore à trouver la bonne formule pour mettre fin aux discriminations envers les femmes en matière de succession, à la...

Abdelkader Amara claque la porte du PJD, voici pourquoi

Abdelkader Amara n’est plus membre du parti de la justice et du développement (PJD). Lundi, l’ancien ministre de l’Équipement, du Transport, de la Logistique et de l’Eau a annoncé sa démission du parti islamiste après une réflexion sur ce que...

Le PJD doit payer plus de 5 millions de dirhams

La Cour des comptes a récemment publié son rapport annuel sur l’audit des comptes des partis politiques pour l’année 2021. Selon ce rapport, le Parti de la justice et du développement (PJD) est en tête de liste des partis qui doivent rembourser des...

Le PJD évoque un lien entre le séisme et les péchés collectifs du Maroc

Le Parti de la Justice et du Développement (PJD) s’est exprimé sur le puissant et dévastateur tremblement de terre du 8 septembre qui a endeuillé le Maroc et a lancé un appel aux Marocains. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que cela ne devrait...