Recherche

RSF demande la libération immédiate de Rabie Al Ablaq

© Copyright : DR

23 octobre 2019 - 22h50 - Maroc

L’état de santé du journaliste Rabie Al Ablaq, détenu dans le cadre du Hirak de Rif préoccupe Reporters sans frontières (RSF) qui a demandé sa libération immédiate. C’est devenu une question de santé et de vie à sauver à tout prix, selon RSF.

Selon HuffPost, le journaliste, détenu à la prison locale de Tanger 2, aurait entamé une grève de la faim depuis plus de 40 jours. Très préoccupé par la situation du journaliste, RSF "appelle les autorités marocaines à le libérer dans les plus brefs délais”.

Dans un communiqué publié le 22 octobre, RSF souligne que l’état de santé de Rabie Al Ablaq se détériore depuis quelques jours, dans sa cellule. Pourtant, le 20 octobre, l’administration pénitentiaire avait affirmé que le détenu se portait bien et qu’il n’a “jamais déposé de préavis de grève de la faim et que son activité quotidienne prouve bien que son état de santé est normal”.

Pour le bureau Afrique du Nord de RSF, “nier l’état de santé déplorable de Rabie Al Ablaq est indigne et injuste”. Le journaliste “doit être libéré le plus rapidement possible afin de recevoir des soins appropriés dans des conditions normales”.

Pour rappel, Rabie Al Ablaq a été condamné à cinq ans de prison ferme et 2.000 dirhams d’amende en juin 2017 pour “diffusion de fausses nouvelles” et “usurpation de la profession de journaliste”.

Mais depuis sa condamnation, il n’a cessé de clamer son innocence, multipliant les grèves de la faim et de l’eau. Huffpost qui tient ses informations du Collectif de Défense des détenus du Hirak, écrit qu’en août 2017, le journaliste avait été transporté à l’hôpital après 36 jours de grève de la faim.

En dehors du collectif, l’Association marocaine pour les Droits de l‘homme (AMDH) avait dénoncé l’état de santé de plusieurs détenus dont le journaliste. Et, dans une lettre adressée au Chef du Gouvernement, au Ministre d’Etat chargé des droits de l’Homme et à la Délégation générale à l’Administration pénitentiaire et à la réinsertion (DGAPR), l’association avait écrit pour signaler que le détenu "était entre la vie et la mort".

Mots clés: Reporters sans frontières (RSF) , Alerte , Grève de la faim , Rabie Lablaq

Bladi.net

Bladi.net - 2020 - Archives - A Propos - Contact