Les raisons de la rancœur de l’Algérie contre le Maroc

2 février 2022 - 13h00 - Monde - Ecrit par : S.A

La crise maroco-algérienne perdure au grand dam des deux peuples frères. Frédéric Encel, maître de conférences à Sciences-Po Paris et professeur à la Paris School of Business, évoque les raisons qui sous-tendent la rancœur de l’Algérie contre le Maroc.

Frédéric Encel a consacré une chronique intitulée « Derrière la brouille avec le Maroc, les mauvais choix d’Alger » aux relations entre les deux pays voisins. Il explique à travers cette chronique publiée dans L’Express les raisons pour lesquelles la crise maroco-algérienne s’enlise. « Les reproches et les revendications proviennent surtout d’Alger », précise-t-il, que « l’amertume algérienne devant la réussite de son voisin » est à l’origine de cette crise. Selon l’auteur de l’article, l’Algérie considère le Maroc « comme archaïque car monarchique, et faible de ne pas s’être décolonisé par la guerre », mais « la dynastie chérifienne a réussi l’exploit — quasi unique dans l’immense espace arabe — de demeurer indépendante face à l’Empire turc ottoman comme devant les puissances européennes, incarnant (un demi-siècle seulement) un simple protectorat jusqu’au retour à la pleine souveraineté dès 1956 ».

À lire : Le Maroc accusé d’« alimenter dangereusement » l’escalade de la tension avec l’Algérie

L’universitaire estime que l’amertume récurrente d’Alger provient de l’échec d’un régime ayant adopté quantité de mauvais choix. « Le rejet de l’apprentissage du français après l’indépendance, qui a affaibli les capacités commerciales et l’aura diplomatique du pays — les professeurs d’arabe “importés” d’Égypte ayant ramené avec eux le fanatisme des Frères musulmans en contribuant à la terrible guerre civile de la décennie 1990 ; un système économique rentier, dirigiste et corseté par le FLN et l’armée qui a plombé un pays pourtant riche en hydrocarbures, dont les retombées n’ont jamais bénéficié à la population — d’où la récurrence et la force des mobilisations sociales jusqu’au récent Hirak ; le jusqu’au-boutisme dans le soutien politico-militaire aux militants sahraouis et dans l’intransigeance inopérante sur le conflit israélo-palestinien, qui isole un peu plus diplomatiquement un État déjà entouré à l’est et au sud d’États faillis… »

À lire : L’Algérie voit la menace de l’ennemi extérieur marocain partout

Selon Frédéric Encel, le roi Mohammed VI a, à l’opposé des dirigeants algériens, opéré un bon choix en reconnaissant non plus seulement symboliquement, mais aussi constitutionnellement une triple culture, notamment arabe, berbère et juive, qui « exaspère le pouvoir algérien ». Ce dernier est « arc-bouté sur un narratif strictement étato-national et arabe », fait-il remarquer.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Algérie

Aller plus loin

Le Maroc derrière la disqualification d’une boxeuse algérienne ?

La Fédération internationale de la discipline, l’IBA a disqualifié une pugiliste algérienne qui devait participer à la finale des Championnats du monde de boxe féminine, qui se...

L’Algérie accuse un journal français d’agir sous l’influence du Maroc

L’Algérie accuse le Maroc d’influencer un journal sportif français pour le nuire. En cause, un article publié sur le Mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie (MAK)...

Le Maroc, Israël et la France accusés de « déstabiliser » l’Algérie

Deux journaux très proches des services algériens ont annoncé la tenue le 29 mai en Israël d’une réunion entre les services de renseignement israélien, marocain et français...

L’Armée algérienne engagée à contrer les attaques de ses « ennemis marocains »

L’Armée nationale populaire (ANP) s’est engagée à contrer toutes les attaques de ses « ennemis marocains et israéliens ». Un engagement pris devant le président algérien,...

Ces articles devraient vous intéresser :