L’Algérie voit la menace de l’ennemi extérieur marocain partout

15 janvier 2022 - 22h00 - Maroc - Ecrit par : S.A

Jeune Afrique a consacré un article aux récentes accusations que l’Algérie a portées contre le Maroc mais aussi la banque mondiale, après la mise en ligne du dernier rapport de l’institution multilatérale sur la situation économique du voisin de l’Est. Le magazine panafricain y voit une tendance d’Alger à agiter la menace de l’ennemi extérieur marocain pour garder le contrôle.

« Le dernier rapport de la Banque mondiale (BM) sur la situation économique de l’Algérie publié le 22 décembre dernier aurait très bien pu passer inaperçu », mais « a produit un emballement médiatico-diplomatico-politique », fait remarquer l’hebdomadaire panafricain, soulignant que l’agence de presse officielle algérienne (APS) a, dans deux dépêches, accusé la banque mondiale de « sortir de son cadre institutionnel » et dénoncé « un complot visant à nuire à la stabilité du pays » à travers « ce genre de rapports négatifs et nuisibles, fondés sur des indicateurs et des arguments non sourcés. Elle a également dans son viseur le vice-président de la banque mondiale en charge de la région MENA, Ferid Belhaj, rédacteur de ce rapport, qu’elle considère comme « un ami proche de nombreux ministres marocains ».

À lire : L’Algérie accuse le Maroc, la Banque mondiale la recadre

Jeune Afrique note que l’APS n’a fourni aucun fait précis ni document pour appuyer ses allégations, lesquelles ont déclenché « une passe d’armes entre l’institution multilatérale et Alger ». Ce « coup de sang (du régime algérien) doit être lu à la lumière de l’escalade des tensions, observée ces derniers mois, entre l’Algérie et le Maroc », estime l’hebdomadaire panafricain. « Plus que le fond du rapport, il semble que le contexte de tensions diplomatiques entre Alger et Rabat ainsi que la fébrilité d’un pouvoir algérien soumis à une situation socio-économique tendue aient joué à plein, dans le déclenchement de cette crise de nerfs », observe-t-on.

À lire : Saïd Chengriha menace ses « ennemis » marocains

« Face à des difficultés internes, Alger a tendance à agiter la menace de l’ennemi extérieur marocain pour garder le contrôle. Un réflexe bien difficile à corriger. […] Ni l’APS, ni les relations entre l’Algérie et la Banque mondiale ne sortent gagnantes de cet épisode », conclut le magazine.

Sujets associés : Algérie - Banque mondiale - Alger

Aller plus loin

L’Armée algérienne engagée à contrer les attaques de ses « ennemis marocains »

L’Armée nationale populaire (ANP) s’est engagée à contrer toutes les attaques de ses « ennemis marocains et israéliens ». Un engagement pris devant le président algérien,...

L’Algérie finance la réalisation de la route reliant Tindouf à Zouerate en Mauritanie

L’Algérie est disposée à financer la réalisation du projet de route reliant Tindouf à Zouerate (Mauritanie) sur une distance de 773 km.

Saïd Chengriha menace ses « ennemis » marocains

L’Algérie n’est pas près de renoncer à ses attaques verbales contre le Maroc. Le général de Corps d’armée, Saïd Chengriha, chef d’état-major de l’Armée nationale populaire (ANP)...

L’Algérie accuse le Maroc, la Banque mondiale la recadre

La banque mondiale a réagi aux accusations portées contre son vice-président en charge de la région MENA, Farid Belhaj qui est le rédacteur du rapport de suivi de la situation...

Ces articles devraient vous intéresser :

Investissement privé au Maroc : la banque mondiale sonne l’alarme

L’investissement privé est en chute libre au Maroc. C’est du moins ce que révèle la banque mondiale dans son nouveau rapport de suivi de l’économie marocaine.

Croissance économique du Maroc : voici les chiffres de la Banque mondiale

L’économie marocaine devrait croître de 2,5 % cette année avant d’enregistrer 3,3 % en 2024, selon les derniers chiffres publiés par la Banque mondiale. Ces chiffres sont principalement dus à la résilience du secteur du tourisme et de l’industrie...

Croissance économique en 2023 : le Maroc entre optimisme gouvernemental et les incertitudes du HCP

En 2023, le Maroc devra faire face à des défis économiques importants, selon le Haut commissariat au plan (HCP). Les experts de cette institution estiment que la croissance économique atteindra seulement 3,3% cette année, en deçà des prévisions du...

Le FMI va accorder un important prêt au Maroc

Le Fonds monétaire international (FMI) s’apprête à débloquer, à partir du nouveau fonds fiduciaire pour la résilience et la durabilité, un énorme prêt au Maroc, afin de renforcer la résistance du pays aux catastrophes liées au climat.

La Banque mondiale accorde un prêt pour le Nord-Est du Maroc

Un accord de prêt d’un montant de 236,7 millions d’euros a été signé lundi par la ministre de l’Économie et des Finances, Nadia Fettah Alaoui et le Directeur du Département Maghreb et Malte au Bureau régional du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord...

La Banque Mondiale revoit à la baisse la croissance économique marocaine

De 7,9% en 2021,la croissance de l’économie marocaine devrait s’établir à 1,3% en 2022, selon les précisions données mercredi par l’économiste principal de la Banque Mondiale au Maroc, Javier Diaz Cassou.

L’économie marocaine dopée par les MRE

Le dernier rapport de la Banque mondiale sur les migrations et le développement indique que 20 % des transferts d’argent de la région MENA proviennent des Marocains résidant à l’étranger (MRE).

La Banque mondiale alerte sur le risque de « stress hydrique » et de sécheresse au Maroc

Le Maroc est menacé par le « stress hydrique », des déficits pluviométriques réguliers et la sécheresse, a alerté la Banque mondiale qui souligne que ces facteurs auront « à long terme » un impact « grave » sur l’économie du royaume.

Les recommandations de la banque mondiale au Maroc

La banque mondiale a formulé quelques recommandations consignées dans son dernier rapport sur le climat et le développement (CCDR) du Maroc.

Sécheresse : plus de 5% des Marocains menacés d’exode rural d’ici 2025

Plus de 5% de la population marocaine sont menacés par l’exode rural à l’horizon 2025 en raison la sécheresse sévère que traverse le pays, selon la Banque mondiale.