Ramadan : de bonnes affaires pour les boulangeries-pâtisseries

9 mai 2021 - 18h40 - Economie - Ecrit par : J.D

Durant le mois sacré du ramadan, les délices des boulangeries et pâtisseries se disputent la table du ftour des Casablancais malgré la forte promotion des plats traditionnels durant cette période. Les habitants de la métropole ne boudent pas leur plaisir à consommer des recettes modernes proposées par les boulangeries et pâtisseries.

« Actuellement, nous enregistrons une nette augmentation (30 à 40 %) par rapport à la même période de l’année dernière, mais toujours en baisse par rapport à 2019 », a indiqué à la MAP, Said Moueden, Manager dans une grande pâtisserie de Casablanca qui emploie 70 personnes.

Selon Said Moueden, les clients s’approvisionnent particulièrement en début d’après midi et penchent plus pour le pain (pain complet, baguette), les viennoiseries et les produits salées destinées aux bourses diversifiées. Ce responsable de structure a tenu à relever que la situation est différente de l’année dernière où tout le secteur a souffert du manque de la clientèle à cause du confinement imposé par les autorités sanitaires.

« S’il est vrai que pour la femme marocaine, le Ramadan est l’occasion propice pour montrer son savoir-faire culinaire en préservant les plats traditionnels, elle se voit obligée de recourir aux boulangeries pour acheter de la viennoiserie, Mhencha ou autre pain complet, car elle n’a plus le temps pour tout préparer à la maison, comme cela a été le cas dans le passé », explique Saida. Cette fonctionnaire du quartier de Californie est fidèle à son boulanger pour récupérer tous les jours à 15 heures, ses viennoiseries, Briouates et autres mini-pizza.

Se voulant un goût diversifié, cette quadragénaire souligne que les boulangeries offrent aussi bien des gâteaux et autres délices traditionnelles que modernes. Elle fait remarquer aussi que ces lieux constituent la solution pour ceux qui manquent de temps. Les demandes sont également fortes en chebakia, viennoiseries, pain de tout genre et Briouates, assure un quarantenaire qui vit loin de sa famille.

Pour sa part, le président de la Fédération nationale des boulangeries et pâtisseries du Maroc (FNBP) et vice-président du réseau bio-professionnel des céréales, Lhoucine Azaz, confie qu’à l’approche de l’Iftar, les clients viennent s’approvisionner en aliments nécessaires pour garnir leurs tables. Pour lui, ce regain d’activité est dû à la réorganisation forcée par les mesures restrictives relatives à la lutte contre la pandémie.

La rationalisation des dépenses constitue un pari à gagner à cause des contraintes qu’a connues le secteur liées à l’augmentation des coûts, l’arrêt de travail imposé par les mesures préventives et la baisse de la demande des propriétaires de cafés, de restaurants et des traiteurs qui constituent les principaux clients.

Sujets associés : Bénéfice - Consommation - Alimentation

Aller plus loin

Le débat sur le danger du pain pour la santé reprend au Maroc

Le débat sur la qualité du pain marocain s’anime avec en toile de fond la polémique entretenue par deux fédérations de professionnels de boulangerie et de pâtisserie. Alors que...

Ramadan 2023 : les filles du Prince Moulay Ismaïl préparent chebbakia (photos)

À l’instar de nombreuses familles marocaines, celle du Prince Moulay Ismaïl, cousin du roi Mohammed VI, s’est préparée pour le mois du ramadan qui a débuté au Maroc et dans de...

Voici la date de début du mois de ramadan au Maroc

L’expert marocain en astronomie, Hicham El Aissaoui vient de prédire les dates de début et de la fin du mois de ramadan 2022.

Maroc : une fin d’année difficile pour les pâtissiers

Il y a encore un an, la période des fêtes de fin d’année rimait avec débordements et rentrées d’argent chez les pâtissiers qui fixaient la date au-delà de laquelle, plus aucune...

Ces articles devraient vous intéresser :

Interdiction d’abattage des vaches laitières : le gouvernement s’explique

Face à une polémique qui enfle, le gouvernement a apporté des clarifications concernant la décision d’interdiction d’abattre les vaches laitières.

Maroc : faire du thé à la menthe coûtera plus cher

Les prix du thé vert sont restés stables au Maroc, malgré la volatilité des cours internationaux des matières premières. Mais jusqu’à quand cette stabilité sera-t-elle maintenue ?

L’eau Aïn Ifrane ne trouve pas encore de repreneur

Le groupe Castel est activement à la recherche d’un repreneur pour la marque d’eau Aïn Ifrane, sans succès pour l’instant. Les discussions avec des opérateurs locaux et internationaux via une banque d’affaires n’ont visiblement pas encore abouti.

Maroc : explosion des exportations de produits alimentaires et maritimes

Les exportations des produits alimentaires agricoles et maritimes ont connu un boom en 2022 pour dépasser les 80 milliards de dirhams (MMDH). Un record.

Les Marocains paieront plus cher certains produits

En raison d’une décompensation annoncée, les prix de certains produits de grande consommation comme le gaz, la farine et le sucre reviendront plus cher aux consommateurs marocains.

Maroc : la quête d’autosuffisance en dattes face aux défis climatiques

Le Maroc est le septième producteur mondial de dattes, avec un volume de 170 000 tonnes par an. Toutefois, des défis restent à relever pour le développement de la filière et satisfaire la demande nationale.

Maroc : voici les villes où les prix ont baissé (et augmenté)

Les prix à la consommation ont affiché une légère baisse de 0,3%, selon les derniers chiffres dévoilés par le Haut Commissariat au Plan (HCP).

Maroc : des marchés de gros pour combattre la spéculation

Le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, a annoncé la création de douze nouveaux marchés régionaux de gros, équipés d’installations modernes pour combattre la spéculation alimentaire exacerbant l’inflation. Cette démarche, a-t-il dit, s’inscrit...

Maroc : les raisons de la flambée du prix des volailles

La flambée des prix des volailles au Maroc serait due à la chaleur, la saison estivale et la multiplication des intermédiaires. C’est du moins l’explication qu’avance la fédération interprofessionnelle du secteur avicole (Fisa).

Pénurie de lait : les éleveurs marocains lancent un cri de détresse

Touchés de plein fouet par la sécheresse->95421 et surtout l’augmentation du coût de l’élevage, les éleveurs réclament une aide urgente à l’État, en vue de faire face à la pénurie de lait que connait le royaume.