Relance de l’économie : le Maroc va protéger sa production nationale

5 novembre 2020 - 05h40 - Economie - Ecrit par : Bladi.net

La relance de l’économie est une équation difficile pour tous les pays durement frappés par la pandémie du Covid-19. Pour soutenir les entreprises fragilisées par cette crise sévère, le Maroc entend protéger la production de certains produits et promouvoir l’industrie locale.

Plusieurs réformes sont envisagées par le royaume dans le Projet de loi de finances (PLF) au titre de l’exercice 2021 pour favoriser la relance économique. On note notamment qu’«  une série d’augmentations des droits de douanes devrait être appliquée à diverses catégories de produits afin de doper les recettes douanières marocaines  », souligne La Map. Et d’ajouter que «  cette augmentation des tarifs des droits d’importation vise à protéger la production locale de certains produits et à renforcer leur compétitivité  ». À terme, relève le média, le PLF prévoit que «  les recettes des droits d’importation devraient s’élever à 10,67 milliards de dirhams en 2021, soit une hausse de 36% par rapport à 2020  ».

Entre autres mesures, on note également, une augmentation de la quotité du droit d’importation applicable à certains produits dont le chocolat et des préparations alimentaires contenant du cacao (17,5% à 40%), les étoffes de bonneterie (10% à 40%). Pour le chocolat et le cacao, les statistiques de l’Office des changes, précise que «  près de 14 322 tonnes ont été importées entre janvier et août 2020, pour une valeur de plus de 493 millions de dirhams (MDH), contre 13 482 tonnes pour 441 MDH, la même période de l’année dernière, tandis que, 43 965 tonnes d’étoffes de bonneterie ont été importées pour une valeur de 2,96 milliards de dirhams  ».

Abdelaziz Arji, Expert-comptable, Auditeur et Commissaire aux comptes, a confié à La Map, que «  le protectionnisme est un réflexe naturel des États en période de crise  » qui se manifeste par l’édification de barrières douanières dans le but à la fois de «  protéger la production nationale mais également de rapporter des ressources au budget de l’État  ». Dans le cas actuel, appuie-t-il, le Maroc, “n’est pas en reste en cette période de pandémie”.

«  Il est certain que le plan économique qui se profile ne ressemblera à aucun autre en raison des conséquences de la pandémie. Cette dernière a eu l’effet d’un électrochoc qui mène le Maroc à se faire violence à travers des mesures drastiques, comme une hausse des droits de douane. Les effets à court terme seront ressentis par le citoyen à travers une hausse des prix  », a par ailleurs précisé M. Arji, également Président de la Commission appui aux entreprises de la Chambre française de commerce et d’industrie du Maroc (CFCIM).

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Loi de finances (PLF 2024 Maroc) - Coronavirus au Maroc (Covid-19)

Aller plus loin

Maroc : chute importante des recettes fiscales

Une baisse importante des recettes fiscales est prévue d’après les prévisions du projet de Loi de finances (PLF) 2021. Comme on pouvait s’y attendre, les effets néfastes de la...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le prince Moulay Rachid a contracté le Covid-19

Ayant contracté le Covid-19, le prince Moulay Rachid n’a pas pu accompagner le roi Mohammed VI, vendredi 14 octobre 2022, à l’occasion de l’ouverture de la première session de la deuxième année législative de la onzième législature.

Netflix, Spotify... Le Maroc serre la vis

Selon la loi de finances 2024, les fournisseurs de services non-résidents au Maroc ont désormais l’obligation de s’enregistrer sur la plateforme dédiée et d’obtenir un identifiant fiscal.

Maroc : les écoles privées veulent augmenter les frais de scolarité

Les écoles privées au Maroc menacent d’augmenter les frais de scolarité d’environ 5 %, ce qui leur permettra de récupérer le montant de l’Impôt sur le revenu (IR) pour les enseignants vacataires, qui est passé de 17 à 30 % depuis le 1ᵉʳ janvier de...

Carrières de sable illégales au Maroc : de hauts responsables pointés du doigt

De hauts responsables figurent parmi les exploitants « clandestins » de carrières de sable qui commercialisent du sable de mauvaise qualité partout au Maroc. D’ailleurs, cette activité échappe à la taxation imposée dans la loi de finances 2023.

Maroc : le parlement discute de la fiscalité des auto-entrepreneurs

Au Parlement marocain, des groupes de l’opposition ont proposé des amendements concernant le projet de loi de finances (PLF) pour l’année 2024 dont l’un vise à encourager l’engagement dans l’économie organisée et à améliorer l’attractivité du système...

On reparle encore d’un impôt sur la fortune au Maroc

L’impôt sur la fortune pourrait être instauré dans le projet de loi de finances 2023 (PLF2023) actuellement en cours de finalisation par le gouvernement. Il devrait contribuer à renflouer les caisses de l’État en ces temps de crise.

Fonctionnaires marocains : une décennie de croissance salariale

Entre 2012 et 2022, le salaire moyen dans la fonction publique marocaine a connu une hausse de 15,1 %, selon le ministère de l’Économie et des finances.

Maroc : une aide directe pour les plus pauvres

Le gouvernement envisage d’accorder en 2023 une aide financière mensuelle directe à l’ensemble des familles démunies. Plus précisément, sept millions d’enfants et 3 millions de familles seront concernés.

Le Maroc investit massivement dans sa défense et son industrie militaire

Le budget du ministère marocain de la Défense nationale devrait atteindre 124,7 milliards de dirhams l’année prochaine, selon le Projet de loi de finances (PLF) 2024. Un budget en hausse d’environ 5 milliards de dirhams par rapport à 2023.

Fisc : Le Maroc ajuste l’IS et l’IR dans la Loi de finances 2024

Au Maroc, des ajustements ont été apportés à l’Impôt sur les sociétés (IS) et l’Impôt sur le revenu (IR) dans le cadre de la Loi de finances 2024.