Les non-dits du retour au pays

12 février 2008 - 00h01 - Economie - Ecrit par : L.A

Partager avec Whasapp Partager avec Telegram

Le come-back des enfants du bled et leur réintégration au bercail s’apparente à un parcours du combattant pour certains, à en croire les conclusions de la dernière enquête menée sur cette question par l’Institut Universitaire Européen, sis à Florence, en Italie. L’étude en question a été menée auprès de 1.000 migrants de retour au Maroc, en Algérie et en Tunisie.

A souligner que cette enquête entre dans le cadre d’un projet financé notamment par l’UE, le MIREM, visant à soutenir la réintégration des migrants dans leur pays d’origine. Les résultats de ladite étude mettent en lumière de multiples aspects méconnus du retour des “exilés”, si l’on peut dire, à leur pays d’origine. Pour ce qui est du cas particulier du Maroc, on apprend ainsi que sur les 330 migrants de retour interrogés, seuls 12,7% sont des femmes.

Celles-ci sont en outre moins concernées par le retour forcé ou contraint par les circonstances (19,1% ) que les hommes, touchés à hauteur de 31,6%. Et, contrairement à une idée répandue, plus de la moitié (55,1%) des MRE qui décident de plier bagage pour le Maroc ont moins de 40 ans, tandis que les générations plus âgées ne représentent que 15,2% pour les 50-64 ans et 7% pour les 65 ans et plus. Intéressant aussi, ceux qui font leur baluchon pour l’étranger sont plus citadins (65,5% ) que ruraux et se réinstallent en ville à leur retour pour la plupart (84,2%). Beaucoup parmi eux sont étudiants à la veille du départ (29,4%), salariés (près de 20%) ou ayant des emplois instables (22,7%). De plus, alors que par le passé, la quasi-totalité des Marocains qui quittaient leur terre natale étaient sans instruction ni formation, aujourd’hui, 47,9% ont déjà atteint le niveau secondaire ou universitaire au moment de leur départ et 42,4% de ceux titulaires d’un diplôme affirment avoir pu le faire reconnaître à l’étranger.

Famille

L’exil porterait en outre bonheur aux âmes seules... Ainsi, si 67,9% des migrants de retour au Maroc étaient célibataires avant leur départ du pays, seulement 23% parmi eux ont conservé ce statut à leur rentrée au bercail. En outre, les divorcés sont très rares (1,7%) à opter pour l’immigration, contre 28,1% des personnes mariées. Les Marocains qui quittent leur pays le font certainement avec un gros pincement au cœur. 93% d’entre eux laissent en effet derrière eux une vie en famille élargie, avec leurs parents, leurs frères et sœurs et d’autres membres de la famille.

Des familles généralement modestes par ailleurs. Si l’on se fie à la situation financière (moyenne à très mauvaise pour 78% des cas) et au type d’habitat occupé avant le départ. Les migrants enquêtés résidaient le plus souvent dans des maisons traditionnelles (46,7%) ou rurale (25,2%) à la veille de leur départ. Et, à leur retour au Maroc, rareté du foncier et cherté du logement en Europe (notamment) oblige, seuls 10,9% des MRE sont déjà propriétaires d’un logement dans leur dernier pays de séjour.

Autre caractéristique : nombre de migrants marocains qui choisissent ou sont contraints de revenir au Maroc travaillaient auparavant à l’étranger dans des secteurs exigeant généralement peu de qualification ou d’études comme l’agriculture (28,8%), le commerce (17,8%) ou encore le bâtiment, l’hôtellerie et la restauration. Ceci dit, rares parmi eux (10,1% pour les forcés au retour et 1,3% pour ceux qui reviennent de leur plein gré) rentrent au pays en tant que chômeurs. Et 47,6% des interrogés affirment avoir voulu dès le départ revenir un jour ou l’autre au Maroc. Très peu parmi eux (9,7%) disent avoir eu des problèmes avec la société de leur pays d’accueil. Ces soucis, quand ils survenaient, concernaient l’accès au logement (44%), les difficultés d’intégration (32,7%) et la discrimination et le racisme (28,5%).

Tracasseries

Est-ce ce qui les incite à rentrer au Maroc ? Probablement, mais pas uniquement. En effet, s’ils sont 12,1% à confier être rentrés par nostalgie du pays et de ses traditions. Ils sont 14,7% à le faire pour gérer leurs affaires et 12,6% pour créer des projets. Mais que deviennent-ils une fois revenus au Maroc ? La majorité s’orientent vers le commerce (24,9%), l’agriculture (13,8%), le secteur des transports, l’hôtellerie et la restauration (12,6%) et le bâtiment (7,9%).

A souligner également que beaucoup (75,5%) sont parvenus à améliorer leur situation matérielle durant leur séjour à l’étranger et, loin d’être individualistes, ils ont en fait profiter leurs proches restés au bercail : seuls 23% des MRE de retour avouent n’avoir jamais envoyé de l’argent à leur famille. Et parmi les “bons” époux, enfants, frères ou sœurs, 28% envoyaient plus de 1.000 euros par an.

Où va cet argent, à savoir 45 milliards de dirhams par an, première source de devises pour le Maroc ? En priorité à la satisfaction des besoins de la famille (plus de 80%), à la scolarisation des enfants (24%), à la construction ou l’acquisition d’un logement (25%), à des projets économiques (14%), à des biens agricoles (12%) et, dans une moindre mesure, à la construction de monuments publics comme les mosquées ou les hôpitaux (2%).

Contrairement à certains discours rassurants, 57% des Marocains qui s’installent dans leur pays d’origine n’y réalisent aucun investissement à leur retour. Sur le banc des accusés : les difficultés financières (insuffisance d’épargne), le manque d’expérience et de formation ou encore les contraintes administratives et institutionnelles liées à l’investissement au Maroc. Car l’épargne personnelle est citée par 88% des migrants de retour comme la principale source de financement de leurs projets au Maroc contre, 16,3% pour les crédits bancaires.

Réticentes envers les MRE, les banques locales, derrière leurs slogans charmeurs ? C’est ce que soutiennent en tous cas les investisseurs migrants de retour au Maroc, dont plus de 90% confient par ailleurs n’avoir bénéficié d’aucune aide institutionnelle à leur rentrée au pays. Par dépit, ils se tournent vers les prêts auprès des parents ou des amis.

Les investisseurs MRE reconnaissent toutefois des avantages à investir au pays comme la disponibilité du foncier (28,5%), la facilitation des procédures (24,5%) et les avantages fiscaux (17,6%). Enfin, ils sont trois migrants sur cinq, soit 59,1%, à déclarer vouloir demeurer définitivement au Maroc et 57,3% à s’estimer satisfaits de leur décision de retour. Les mécontents (23,9%) dénoncent pour leur part en premier lieu les failles du système de santé marocain, les tracasseries administratives, le chômage et les difficultés à se réinsérer et se réadapter au contexte socio-économique de leur pays d’origine. Autant de matière à méditer.

Source : Maroc Hebdo - Mouna Izddine

Sujets associés : Transferts des MRE - Retour - Enquête - Immigration - MRE

Suivez Bladi.net sur Google News

Nous vous recommandons

Transferts des MRE

Malgré la crise, les MRE ont aidé leurs familles au Maroc

Malgré la crise sanitaire, les Marocains résidant à l’étranger continuent de soutenir l’économie nationale. Leurs transferts n’ont pas été impactés, confirmant leur bonne résilience pendant la pandémie.

Échange automatique de données fiscales : inquiétude grandissante chez les MRE

Depuis l’annonce de l’entrée en vigueur de l’échange automatique de données fiscales entre le Maroc et les pays de l’OCDE, les Marocains résidant à l’étranger (MRE) expriment une inquiétude grandissante.

Forte baisse des transferts d’argent des MRE

Le flux net des Investissements directs étrangers (IDE) au Maroc a baissé de 7,2% et s’est établi à près de 8,34 milliards de dirhams (MMDH) à fin juin 2020, selon l’Office des changes. C’est également le cas pour les envois des Marocains du...

Les transferts de Marocains résidant à l’étranger en baisse de près de 10%

Les transferts des Marocains résidant à l’étrange (MRE) ont baissé de 8,1% à 24 milliards de DH à la fin du premier semestre de 2020. Ils ont pu couvrir 59,4% du déficit commercial, contre 63,1%, un an...

Les transferts de fonds des MRE augmentent de plus de 40%

Entre janvier et mars 2021, les transferts de fonds réalisés par les Marocains résidant à l’étranger (MRE) ont connu une augmentation de 41,8 %. Ces transferts ont ainsi atteint plus de 20,89 milliards de dirhams (MMDH) à fin mars 2021, contre 14,73 MMDH...

Retour

Mineurs marocains en Europe : la France se félicite de l’engagement du Maroc

Le Maroc a récemment pris l’engagement de mettre définitivement un terme à la question des mineurs marocains non accompagnés en Europe. Cette décision a été très bien accueillie par la France.

Les Marocains renouent avec les espaces publics

Les Marocains renouent avec les principaux espaces publics. Il est noté un regain de mobilité dans les lieux de commerces et loisirs, ainsi que dans les parcs.

Des Français bloqués au Maroc rapatriés ce samedi

Les autorités françaises ont prévu un rapatriement ce samedi 8 mai de leurs ressortissants bloqués au Maroc. Le départ s’effectuera par bateau à partir de Tanger Med vers Marseille.

Ali Aarrass libéré au Maroc après 12 ans de prison pour faits de terrorisme

Une bonne nouvelle pour le Belgo-Marocain, Ali Aarrass. Incarcéré au Maroc depuis 12 ans pour terrorisme, il a été libéré le jeudi matin à 8 h 30.

Enquête

Près de 800 kilos de cannabis dans des « valises marocaines » saisis en France

Plusieurs centaines de kilogrammes de résine de cannabis en provenance du Maroc et conditionnée en forme de tomates, ont été interceptés la semaine dernière sur l’A63 à Castets (Landes), selon la brigade des douanes de...

Sahara : l’armée marocaine tire sur des séparatistes

Les éléments des Forces Armées Royales (FAR) ont tiré sur des trafiquants de drogue qui se dirigeaient vers la zone militaire interdite près du mur de la défense. À Tata, les séparatistes ont tenté d’exploiter cet incident pour saper l’image du royaume. Une...

Maroc : la justice ouvre une enquête pour violation du confinement

Suite aux violations du confinement dans les villes de Tanger, Tétouan, Fès et Salé, le parquet a décidé d’ouvrir une enquête.

Maroc : directeur de banque, mais surtout escroc

Le directeur d’une agence bancaire à Témara ainsi que son complice, un militaire, impliqués tous deux dans une affaire de falsification en échange de crédits bancaires, ont été placés lundi en détention préventive à la prison de...

Conserveries fermées à Safi : les syndicats demandent l’ouverture d’une enquête

Suite à la fermeture de 18 conserveries à Safi, l’Association démocratique des femmes du Maroc (ADFM) demande l’ouverture d’une enquête. Plusieurs foyers de contamination au Covid-19 avaient été découverts dans ces...

Immigration

Plaidoyer pour simplifier le regroupement familial en Belgique

Face aux difficultés de regroupement familial en Belgique, des voix s’élèvent pour réclamer la simplification des procédures.

Immigration : le Canada veut privilégier les francophones

Les candidats francophones à l’immigration seront plus favorisés au Canada dans les prochaines années. Ainsi en a décidé le gouvernement canadien qui veut atteindre un taux de 4,4% de francophones admis à l’immigration d’ici...

Canada : la résidence permanente aux demandeurs d’asile, mais à une condition

Le ministre canadien de l’Immigration, des réfugiés et de la citoyenneté, Marco Mendicino, a annoncé que son pays est disposé à accorder la résidence permanente aux demandeurs d’asile qui ont pris le risque d’assister des malades du...

13% des Bruxellois issus de l’immigration placent la foi avant la loi

Une étude sur la deuxième génération des Bruxellois issus de l’immigration démontre l’attachement d’une partie de cette communauté à la religion, plutôt qu’à la loi.

Journée internationale des migrants : le CCME organise plusieurs émissions au profit des MRE

Dans le cadre de la journée internationale des migrants célébrée le 18 décembre, le Conseil de la communauté marocaine à l’étranger (CCME) organise du 17 au 21 décembre une série d’émissions-débats destinée aux Marocains du...

MRE

Un Marocain entre la vie et la mort à Motril après une agression

Trois Marocains ont été arrêtés jeudi à Motril (Grenade) après avoir agressé à l’arme blanche un homme de 44 ans. La victime a été transférée dans un état critique à l’hôpital Santa Ana de Motril.

Les transferts de fonds des MRE augmentent de 40 % en 2021

Les envois de fonds effectués par les Marocains Résidant à l’Étranger (MRE) au titre de l’année dernière, ont augmenté de 40 %, grâce à la reprise des activités dans les pays d’accueil de l’Union européenne ainsi que par les migrations de...

Une rencontre sur le rôle des MRE dans le développement du Maroc à Paris

Les Marocains résidant à l’Étranger (MRE) constituent des acteurs importants du développement du royaume. La problématique a été une fois encore, au centre d’une rencontre tenue à Paris, à l’initiative de l’association franco-marocaine « Dynamic Maroc....

Espagne : un couple de MRE arrêté avec 100 000 euros (photo)

Un ressortissant britannique et son épouse, Marocains d’origine, apparemment pressés d’effectuer la traversée, ont tenté de corrompre un policier espagnol pour éviter le contrôle au port de Tarifa.

Les MRE sont au "cœur des préoccupations" du ministère de la Justice

Le ministère de la Justice travaille à renforcer les services juridiques et judiciaires destinés aux Marocains résidant à l’étranger (MRE). Lundi à Nador, le ministre de la Justice, Mohamed Benabdelkader, a déclaré que son département accorde un intérêt...