Risques Pays : le Maroc décroche la meilleure note « B3 » en Afrique

1er avril 2023 - 15h00 - Maroc - Ecrit par : A.P

Avec un « B3 », le Maroc décroche la meilleure note parmi les grandes puissances économiques en Afrique en termes de risque pays, devant le Nigeria (D3), l’Afrique du Sud (C3), l’Égypte (D4) et l’Algérie (C3). C’est ce que révèle la nouvelle carte Risque Pays au premier trimestre 2023, publiée par Allianz Trade.

Selon ce classement, le Maroc, avec sa note « B3 », est dans le Top 3 des pays africains qui résistent mieux à la crise, derrière le Botswana (BB1) et ex æquo avec l’île Maurice (B3). Ce classement tient compte de la Note Pays dégagée après l’analyse de plusieurs critères comme les déséquilibres macroéconomiques, l’environnement des affaires, la stabilité politique, l’indicateur d’alertes à court terme et les risques de financement de l’économie.

En Afrique, le tableau dressé par Allianz Trade concernant le risque pays en 2023, est sombre. Il décrit un risque élevé d’impayés et de défaillances d’entreprises dans la plupart des entreprises sur le continent, en raison de la volatilité de l’environnement international. Ainsi, la croissance économique mondiale devrait chuter à 2,2 % en 2023 (contre +3 % en 2022), avant de rebondir à 2,3 % en 2024, indique l’assureur-crédit qui prévoit une hausse de l’inflation à l’échelle mondiale, attendue à +6,6 % en 2023 et à +4 % en 2024.

À lire : Standard & Poor’s : le Maroc conserve sa note avec perspective stable

Au niveau de la zone euro, durement touchée par la crise économique mondiale, « la récession sera évitée de peu, mais l’Allemagne ne devrait pas y échapper. Avec un PIB qui devrait reculer de 0,1 % cette année, le pays paie le prix fort de la crise énergétique actuelle ». Cette année, la France devrait connaître une croissance de +0,4 % (-2,2 points par rapport à 2022), contre +0,3 % pour l’Italie (-3,5 points) et +1 % pour l’Espagne (-4,5 points). Dans la zone euro, l’inflation restera élevée, atteignant en moyenne +5,6 %.

L’économie marocaine devrait afficher une croissance annuelle d’environ +3 % en 2023, induite par la reprise du secteur agricole et l’exportation de produits agricoles, de phosphates et d’industrie automobile. Selon Allianz Trade, le volume des échanges commerciaux mondiaux devrait chuter à +0,9 % en 2023 (-2,8 points par rapport à 2022). En valeur, le commerce mondial devrait se contracter de – 0,3 %, après une hausse de +9,6 % en 2022 du fait de l’accélération de l’inflation.

Sujets associés : PIB - Crise économique

Aller plus loin

Fitch Ratings maintient la note du Maroc avec des perspectives stables

L’agence américaine Fitch Ratings a confirmé la note de défaut d’émetteur en devises étrangères à long terme du Maroc à BB+ avec perspectives stables.

De bonnes perspectives pour l’économie marocaine en 2022

L’économie marocaine devrait progresser de 3,2 % en 2022, selon les données du ministère de l’Économie et des finances qui annoncent des perspectives de croissance favorables.

Fitch Ratings note l’économie marocaine

Fitch Ratings, agence américaine de notation, a confirmé la note de défaut de l’émetteur à long terme du Maroc en devises étrangères (IDR) à ‘BB+’ avec perspectives stables.

Moody’s confirme la note du Maroc et relève la perspective de négative à stable

Malgré un contexte international difficile, l’agence de notation financière Moody’s a salué les progrès économiques enregistrés par le Maroc. Elle a changé la perspective du...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le Roi appelle à combattre les spéculateurs

Dans son discours adressé aux Marocains à l’occasion de la fête du Trône, le Roi Mohammed VI a appelé à une lutte efficace contre les spéculations et la manipulation des prix.

La Banque Mondiale revoit à la baisse la croissance économique marocaine

De 7,9% en 2021,la croissance de l’économie marocaine devrait s’établir à 1,3% en 2022, selon les précisions données mercredi par l’économiste principal de la Banque Mondiale au Maroc, Javier Diaz Cassou.

Maroc : forte hausse de la dette publique

En 2021, l’encours de la dette publique a connu une augmentation de 117 milliards, s’établissant à 1180 milliards de dirhams (MMDH), ce qui représente un ratio au Produit intérieur brut (PIB) de 88,9%.

Séisme : l’économie marocaine touchée en plein cœur

Le puissant séisme qui a touché le Maroc dans la nuit du vendredi 8 septembre, n’a pas causé que des dégâts humains et matériels. Il affecte durement l’économie du royaume, en plein essor depuis une dizaine d’années.

Le sport, pilier de l’économie marocaine

Au Maroc, le sport est un secteur d’activité très rentable et qui contribue significativement au PIB.

L’incertitude plane sur le marché immobilier marocain

L’offre immobilière partout au Maroc serait abondante et les prix abordables, selon les professionnels et les notaires. La réalité est pourtant toute autre.

Immobilier au Maroc : des contraintes en série

Au Maroc, les professionnels de l’immobilier affichent peu d’optimisme quant à une reprise de leur secteur. Tant les problèmes s’accumulent pour un secteur qui ne s’est pas encore suffisamment remis de la crise sanitaire de Covid-19.

Le Maroc ne touche pas à la subvention du gaz, du sucre et du pain

Malgré la conjoncture internationale, le gouvernement marocain va maintenir les subventions pour garantir la stabilité des prix du gaz butane, du blé et du sucre sur le marché national en 2023.

Maroc : hausse vertigineuse des faillites d’entreprises

Une « hausse vertigineuse » du nombre de défaillances d’entreprises devrait toucher le Maroc, selon Allianz Trade, leader mondial de l’assurance-crédit.

Maroc : les autorités veulent imposer une réduction de la facture énergétique de 30%

Pour faire face à la hausse de la facture énergétique, les autorités ont demandé aux collectivités de baisser drastiquement la consommation de l’électricité des établissements publics et des réseaux d’éclairage public.