Au Maroc, Safran utilise "la finesse et la tendresse de la femme" pour produire des pièces d’Airbus

17 décembre 2007 - 23h45 - Ecrit par : A.S

Au bord de la longue route cabossée de Rhboula, à l’entrée d’Aïn Atiq, cité pauvre du Maroc, des enfants sortis de classe font du stop. A quelques mètres d’eux, une usine de bois et de verre. Rien de clinquant, mais la modernité de ce bâtiment tranche avec le dénuement du lieu.

Sous la tôle "high-tech" de Labinal Maroc - filiale du groupe Safran, née du mariage entre l’électronicien Sagem et le motoriste Snecma - c’est le royaume des femmes. Sur les 410 employés de ce site, à 20 minutes à peine de Rabat, à peine 10 % d’hommes. Plus de 300 ouvrières, âgées de 18 à 30 ans, s’attellent méticuleusement à la tâche. Relier, fixer, souder, dénuder, vérifier, assembler d’interminables câbles électriques, aux nombreuses ramifications. Ils sont destinés aux tableaux de bord des avions A320 ou A400M d’Airbus.

En cette fin d’après-midi, les "filles" sont dissipées. Ça discute. Un peu trop fort, même. Une musique arabe commence à couvrir les bavardages. C’est le signal pour baisser le ton. Parfois, c’est une sirène qui retentit. Malgré cette agitation, les ouvrières restent concentrées. Elles répètent les mêmes gestes, neuf heures par jour, 45 heures par semaine, du lundi au vendredi. Le tout au Smic du pays (9,66 dirhams de l’heure - un peu moins d’un euro). Et elles ont, en plus, une mutuelle. "Ce n’est pas parce que nous sommes dans un pays "low cost" que nous devons faire du "low social"", note Patrick Gaillard, directeur général de Labinal Maroc.

Dans cette unité de production de haute technicité, il n’y a qu’un seul Français : le patron. "Je n’ai pas besoin de compatriotes, insiste M. Gaillard. Je ne veux surtout pas de Français." Les onze ingénieurs - sept hommes et quatre femmes - sont pratiquement tous diplômés de grandes écoles de Casablanca.

Quant aux ouvrières, la majorité ont au moins leur bac + 2. Des diplômes universitaires malheureusement encore infructueux dans ce pays. C’est le cas de Nadia Moujahib, 25 ans. Licence de droit privé en poche, elle se voyait avocate. "Je me suis rendu compte un peu tard qu’il n’y avait pas de travail dans ce domaine", explique-t-elle tout en connectant de minuscules fils à une prise. Leila Moukit, 26 ans, ancienne institutrice, dit ne pas avoir eu d’autre choix que de devenir ouvrière pour gagner plus d’argent.

L’entreprise ne veut pas d’hommes à la production. "Notre travail demande de la finesse et la tendresse de la femme", explique Rachida El Atbani, 38 ans, chargée de la formation. Elles sont aussi moins contestataires, "plus faciles à diriger et plus enclines que les hommes à comprendre le français", estime M. Gaillard. La maîtrise de cette langue est d’ailleurs exigée si l’on veut avoir une chance d’être embauché.

Et pas seulement. Il faut aussi réussir trois épreuves "psychologiques" difficiles. Un test d’intelligence, notamment, mis en place il y a plus de trente ans par le professeur Raymond Bonnardel. Il s’agit de reproduire seize images en dix minutes à l’aide de cubes.

Puis il y a "les rondelles de Piorkowski", un test de dysfonctionnement fonctionnel. L’ouvrière doit placer des tranches d’acier dans une tige. Il n’existe qu’une possibilité. Il faut trouver l’astuce. Enfin, l’examen d’entrée se termine par un exercice de dextérité manuelle et de rapidité. La candidate est notée, et doit avoir au moins huit sur vingt pour espérer être recrutée. Si elle est embauchée, elle rejoindra "une classe" où, pendant cinq semaines, elle se formera au monde du câblage électrique.

"Nous n’avons pas le droit à l’erreur, souligne M. Gaillard. C’est pour cela que nous sommes si exigeants lors de l’embauche." Rachida El Atbani ajoute : "Nous leur faisons comprendre qu’il y a des vies en jeu. Elles ne construisent pas des jouets, mais de vrais avions qui volent."

Et est-ce que "construire" des avions donne envie à ces ouvrières de quitter le Maroc ? "Non, lâche Wissa Dahoudi, 19 ans. L’avenir du pays, comme disent nos parents, c’est l’aéronautique."

Depuis son installation dans le royaume en 2004, Labinal Maroc a vu son chiffre d’affaires passer de 350 000 euros à 20 millions en 2007, et ses effectifs de 42 salariés à 410. La société prévoit 150 nouvelles embauches en 2008.

Le Monde - Mustapha Kessous

Tags : Femme marocaine - Aéronautique - Aïn Atiq

Aller plus loin

Safran renforce sa présence au Maroc

La société Safran Nacelles Maroc, spécialisée dans la construction des équipements de pointe, a inauguré mardi l’extension de son usine à Nouaceur, dédiée à la production des nacelles...

Nous vous recommandons

L’Espagne appelle ses ressortissants à quitter le Maroc

Les Espagnols se trouvant encore au Maroc sont invités à planifier leur retour, en raison de la fermeture des frontières par le royaume.

Visas : vers un accord entre le Maroc et la France ?

Les autorités françaises et marocaines multiplient ces derniers jours les échanges sur la mesure de restrictions de visa imposées par la France. On s’achemine vers un accord entre les deux parties.

Le Maroc impose le cachet d’entrée pour les habitants de Melilla

La déléguée du gouvernement à Melilla, Sabrina Moh, a annoncé que les autorités marocaines vont imposer le cachet d’entrée sur les passeports aux habitants de la ville autonome désireux de traverser la frontière pour se rendre dans le...

Les premiers touristes israéliens arrivent cette semaine au Maroc

Les compagnies aériennes El Al et Israir vont opérer des vols directs entre Israël et le Maroc le 25 juillet. En tout, près de 400 touristes israéliens vont rejoindre Marrakech dimanche prochain.

Annulation de Marhaba : les entreprises affectées vont être aidées

Le parlement d’Andalousie demande au gouvernement espagnol d’apporter une aide financière à tous les secteurs touchés par l’annulation, pour la deuxième année consécutive, de l’Opération Marhaba.

Mina El Hammani (Elite) s’est fait aider pour « garder la tête sur les épaules »

L’actrice espagnole d’origine marocaine, Mina El Hammani, a déclaré qu’elle a dû avoir recours à un spécialiste pour garder la tête sur les épaules après avoir joué dans la célèbre série Netflix « Elite...

Maroc-Russie : le troc pour contourner les sanctions occidentales

L’ambassadeur de Russie à Rabat, Valerian Chouvaev, a fait des propositions devant permettre à son pays et au Maroc de contourner les sanctions occidentales contre Moscou sur les échanges commerciaux.

Voici la prime que recevront les joueurs du Raja en cas de victoire

Pour motiver les joueurs, la direction du Raja a décidé d’accorder une belle prime aux joueurs s’ils remportent la finale de la Coupe Mohammed VI. Les dirigeants attendent énormément de cette finale parce qu’une victoire pourrait redonner du souffle aux...

Hôtellerie : une pluie de récompenses pour Marrakech

La cité ocre est une fois de plus placée sous les projecteurs. Plusieurs hôtels marrakchis ont été récompensés grâce à leur excellence dans le domaine du tourisme et du bien-être, après un vote des professionnels du secteur. Les détails ...

Maroc : suspension des liaisons maritimes avec la France

À l’instar des vols, les autorités marocaines ont décidé de suspendre les liaisons maritimes entre le Maroc et la France, et ceci dans les deux sens. Cette mesure prend effet dès le dimanche 28 novembre à...