Le Sahel, l’autre territoire qui divise le Maroc et l’Algérie

14 février 2024 - 18h00 - Maroc - Ecrit par : S.A

En réponse au projet de coopération entre le Maroc et le Mali visant à relier le Sahel à l’Atlantique via le Sahara, le président algérien Abdelmadjid Tebboune annonce la « création de zones de libre-échange avec les pays frères à commencer par la Mauritanie, puis Mali et Niger, en plus de la Tunisie et la Libye ».

« J’annonce à mes collègues présidents qu’en 2024, l’Algérie connaîtra la création de zones de libre-échange avec les pays frères à commencer par la Mauritanie, puis les pays du Sahel, Mali et Niger, en plus de la Tunisie et la Libye ». Ainsi s’exprimait mardi en visioconférence Abdelmadjid Tebboune cité dans un communiqué à la 41ᵉ réunion du Comité directeur des chefs d’État et de gouvernement du NEPAD. Il a également appelé « au soutien des initiatives visant à promouvoir le développement en Afrique, en particulier les projets liés aux infrastructures et à la transformation industrielle, car ceux-ci sont liés à l’établissement de la sécurité et à la réalisation du développement souhaité ». Aussi, a-t-il assuré que son pays « est déterminé à atteindre les objectifs de développement économique et d’intégration continentale et souligne l’importance d’œuvrer pour améliorer le niveau d’efficacité des processus d’intégration économique africaine ».

À lire :Le rapprochement Maroc-Mali, une menace majeure pour l’Algérie ?

Cette intégration porte notamment sur « l’amélioration des infrastructures en multipliant les partenariats entre les secteurs public et privé et en mettant à profit les ressources nationales », mais aussi « sur l’utilisation des fonds de développement et d’autres outils de financement innovants, l’amélioration des réseaux régionaux de production et de commerce en renforçant les capacités de production et la poursuite des efforts visant à renforcer le rôle du secteur industriel », a précisé le chef d’État algérien dans son discours, rappelant par ailleurs les « grands projets à dimension continentale » lancés par son pays notamment la route transsaharienne reliant six pays africains, et le projet routier reliant la ville de Tindouf en Algérie à la ville de Zouerate en Mauritanie.

À lire : L’Algérie accuse le Maroc d’être derrière la crise avec le Mali

Cette annonce est synonyme d’une réponse algérienne au principal projet de coopération entre le Maroc et le Mali visant à relier le Sahel à l’Atlantique via le Sahara. Présenté au Burkina Faso, au Mali, au Niger et au Tchad le 23 décembre à Marrakech, ce projet marocain vise à transformer les économies du Sahel, à améliorer la vie de ses populations et à favoriser la sécurité dans la région en connectant les pays du Sahel à l’Atlantique. Un projet qui fait peur à l’Algérie. Récemment, les services secrets algériens ont mis en garde les dirigeants algériens contre les conséquences du rapprochement Maroc-Mali, deux pays avec qui Alger n’entretient plus de bonnes relations.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Algérie - Niger - Mali - Libye - Mauritanie - Sahara Marocain - Abdelmadjid Tebboune

Aller plus loin

L’Algérie rejoue la crise avec l’Espagne après la visite de Sánchez au Maroc

Comme on pouvait s’y attendre, la visite de Pedro Sánchez à Rabat cette semaine n’a pas été vue d’un bon œil par l’Algérie. Le pays d’Abdelmadjid Tebboune est en crise avec...

Le rapprochement Maroc-Mali, une menace majeure pour l’Algérie ?

Le rapprochement entre le Maroc et le Mali constitue une menace majeure pour l’Algérie. C’est du moins ce qu’indique un rapport que les services secrets algériens ont transmis à...

Crise au Sahel : le Maroc IN, la France et l’Algérie OUT

Contrairement à la France et l’Algérie, le Maroc a intelligemment géré la crise au Sahel, selon Jeune Afrique.

L’Algérie accuse le Maroc d’être derrière la crise avec le Mali

Le Maroc et Israël sont une fois de plus dans le viseur de l’Algérie qui ne cesse de voir la menace des ennemis extérieurs marocain et israélien partout.

Ces articles devraient vous intéresser :

Brahim Ghali dénonce le « silence complice » de l’ONU sur les «  abus  » du Maroc

Le secrétaire général du Front Polisario, Brahim Ghali, a accusé le secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, de maintenir un « silence complice et injustifiable » sur «  la violation par le Maroc du cessez-le-feu  », menaçant qu’il n’y...

Sahara : l’ONU accuse, le Polisario récuse et critique le Maroc

Le Polisario critique le rapport du secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, sur la situation au Sahara qui l’accable et accuse le Maroc de violation continue de la présence et du travail de la MINURSO.

Brahim Ghali s’en prend à nouveau au Maroc

Le président de la « République arabe sahraouie démocratique » (RASD), Brahim Ghali, a mis en garde lundi contre les politiques hostiles du Maroc dans la région, allusion faite à son alliance avec Israël.

Explosions à Smara : le Polisario impliqué ?

Quatre explosions ont retenti dans la nuit de samedi à dimanche dans la ville de Es-Semara, au Sahara. Le bilan fait état d’un mort et de trois blessés. Le Polisario s’est félicité de ses attaques.

Le Polisario craint les drones marocains

Le Polisario se plaint de l’utilisation par le Maroc de drones chinois contre ses milices dans le Sahara.

Rachid M’Barki sanctionné à cause du Sahara : Lahcen Haddad crie à l’indignation

La mise en retrait par BFMTV de son journaliste franco-marocain, Rachid M’Barki, à qui la chaîne française reproche d’avoir prononcé à l’antenne l’expression « Sahara marocain » a suscité une réaction de la part du parlementaire et ancien ministre...

Soupçons de corruption par le Maroc au Parlement européen

Le scandale de corruption qui secoue le Parlement européen continue de livrer ses secrets. Le Maroc est, lui, aussi soupçonné d’avoir sollicité des eurodéputés pour qu’ils interviennent en sa faveur notamment sur la question du Sahara.

Antonio Guterres reçu par le roi Mohammed VI

Le Secrétaire Général des Nations Unies, Antonio Guterres, a été reçu mercredi en audience par le roi Mohammed VI, annonce le cabinet royal dans un communiqué.

Staffan de Mistura tiendra des « consultations bilatérales » avec le Maroc et le Polisario

L’envoyé du secrétaire général des Nations unies pour le Sahara occidental, Staffan de Mistura, tiendra des « consultations bilatérales » avec les représentants des autorités marocaines et du Front Polisario, a annoncé le porte-parole du secrétaire...

Élections en Espagne : la droite remettra-t-elle en cause la marocanité du Sahara ?

Au lendemain de la débâcle électorale de son parti, Pedro Sanchez, le président du gouvernement espagnol, vient d’annoncer la tenue d’élections anticipées pour le 23 juillet. Ces élections pourraient voir l’arrivée du Parti populaire (PP) et la remise...