Saïd Taghmaoui : « Je suis en quelque sorte un petit Obama »

4 février 2009 - 00h47 - Culture - Ecrit par : L.A

De «  trahison  » à « Lost  » en passant par « House of Saddam », Saïd Taghmaoui ne cesse d’émerveiller son public par ses succès. Jeune acteur de 35 ans et issu de parents ayant immigré de la région de «  Haha  » du Maroc vers la France, Saïd Taghmaoui est aujourd’hui en tête d’affiche des grands films de Hollywood.

Vous présidez cette édition du Festival Agadir Cinéma et Migrations organisée dans votre pays d’origine, qu’est-ce que vous ressentez à la suite de cette désignation ?

C’est un sentiment magique. C’est pour la première fois que je préside un festival, je suis un jeune président. Toutefois je reste sérieux et discipliné. J’ai hâte de voir tout ce qui se passe.

On n’est pas là pour juger mais pour voir qui a mené son travail jusqu’au bout et surtout dans l’objectif de rencontrer les gens. C’est un lieu d’interaction, c’est là où les gens viennent et travaillent tous sur le même thème qui est l’immigration.

Et en ce qui me concerne, mes parents sont de la région de « Haha », ce sont des vrais « chleuh » qui ont immigré en France. Moi, j’ai immigré de la France vers l’Amérique. Alors c’est un sujet que je connais bien.

Trouvez-vous que le cinéma a réussi à poser les vraies problématiques de l’immigration  ?

C’est difficile d’imaginer un arbre sans racines. C’est pour cela que je crois que l’immigration est un sujet inépuisable. Il peut y avoir des thèmes très dramatiques et comiques en même temps. En général, on parle beaucoup plus de la douleur parce que c’est un peu difficile de quitter sa terre natale pour aller ailleurs. On immigre à la recherche d’une vie meilleure mais on se rend compte que c’est un autre monde. Toutefois, il ne faut pas confondre immigration et tourisme, c’est très différent. Il se peut qu’on soit fasciné par un pays lorsqu’on le visite pendant les vacances, mais quand on s’y installe on se rend compte que la réalité est différente. Je pense que c’est un thème de prédilection pour les cinéastes. L’un des premiers films que j’avais vu sur l’immigration c’était « America, America » il y a 15 ans. C’est un chef d’œuvre. Il constitue un bon thème pour le cinéma.

Vous avez immigré de France à Los Angeles, Comment avez-vous vécu cette transition  ?

Cette transition est une immigration. Cela peut constituer une inspiration pour un film. Ce n’est pas facile de quitter sa famille, sa terre, ses habitudes et de découvrir une nouvelle culture en essayant de s’y adapter.

Veuillez bien nous parler de votre expérience dans le tournage de la 5ème série de « Lost »   ?

C’est une expérience formidable, on était à Hawaï. Les conditions de travail étaient superbes, les gens étaient très gentils avec moi. Je suis un acteur de cinéma qui vient pour jouer dans un film télévisé, j’étais en quelque sorte un « guest ». J’étais fier de représenter le Maroc et du coup à Hawaï ils savent aujourd’hui où se trouve le Maroc.

C’est la plus grande série du monde et cette expérience a été un honneur et une chance incroyable. J’ai l’impression que cela va m’ouvrir encore des portes.

Et concernant votre rôle dans «  House of Saddam »   ?

C’était un très grand challenge. Parler de « Saddam Hussein » et de toute sa vie depuis qu’il a pris le pouvoir jusqu’à sa mort. Interpréter le rôle du frère de Saddam, « Barazan Takriti » était quelque chose d’exceptionnel pour moi. Mais c’était aussi une très grande responsabilité. Surtout que ce sont les deux meilleures chaînes du monde, BBC et JBO qui ont produit ce film. Elles étaient là pour témoigner. C’est pourquoi, il fallait produire un film sous forme de documentaire.

Sur quelle base faîtes-vous le choix de vos rôles  ?

Je fais des choix en fonction de ma culture, mes désirs et mes envies , mais surtout de l’âge. Au fil du temps, on change. Il faut savoir rester très honnête. Ma ligne de conduite c’est l’honnêteté artistique.

Et quoi de neuf pour Saïd Taghmaoui  ?

« Trahison » qui est un film sur le terrorisme et l’espionnage international. Dans ce film, j’ai participé avec Don Cheadel. Mon rôle dans ce film est l’un des premiers rôles principaux qu’on me donne à Hollywood. Ce film sera projeté le 4 février en Europe et dans le monde. Sans toutefois oublier mes deux films « Lost » et « House of Saddam ». Il y a un autre rôle de super héros que j’interprèterai dans un autre film. C’est en quelque sorte le genre de «  Super man ».

Et c’est pour la première fois qu’un Arabe interprétera le rôle d’un super héros américain. C’est une grande victoire pour l’amour et la tolérance. Je suis en quelque sorte un petit « Obama », alors on peut m’appeler « Saïd Obama ».

Source : Aujourd’hui le Maroc - Majda Saber

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Cinéma - Festival - Saïd Taghmaoui - Immigration - Los Angeles

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : Gladiator 2 dope les recettes de tournage

Le Maroc voit cette année une reprise exceptionnelle des recettes issues des tournages de films étrangers, entretenant l’espoir d’une année record. Parmi ces productions, « Gladiator 2 » de Ridley Scott, une superproduction au budget colossal de 200...

Tarek Boudali : l’accident sur un tournage qui aurait pu lui coûter la vie

L’acteur franco-marocain Tarek Boudali se confie sur le tournage de son nouveau film intitulé 3 Jours max, au cours duquel il s’est gravement blessé.

Ali Zaoua ressort au cinéma, les recettes reversées aux acteurs du film

Le réalisateur marocain Nabil Ayouch est de retour dans les salles de cinéma avec une version plus actuelle de son film Ali Zaoua, sorti il y a 20 ans. Les recettes de ces projections qui démarrent le 26 octobre serviront à des causes sociales.

Game of thrones : une actrice garde un mauvais souvenir du tournage au Maroc

À l’origine, Tamzin Merchant était celle qui devait épouser Khal Drogo dans « Game of thrones » qui a été tourné au Maroc. Mais l’actrice a fini par abandonner le projet, sans que personne en comprenne la raison.

Gad Elmaleh évoque « le modèle marocain de fraternité judéo-musulmane »

À l’occasion de la sortie de son film « Reste un peu » qui sort le 16 novembre, l’humoriste marocain Gad Elmaleh revient sur la richesse spirituelle du Maroc, « une terre de fraternité judéo-musulmane » dont le modèle n’existe « nulle part ailleurs ».

Les 10 ans du Marrakech du Rire en rediffusion sur W9

W9 passe en mode rediffusion ce jeudi à partir de 21h15, les 10 ans du Marrakech du Rire. Un programme de divertissement qui a le don de faire grimper l’audience des chaines de télévision.

Une série documentaire sur Alexandre le Grand en tournage au Maroc

La plateforme de streaming Netflix prépare une série documentaire sur la vie de l’ancien roi de Macédoine, Alexandre le Grand, dont le tournage se déroule au Maroc.

Tournages de films au Maroc : chiffre d’affaires record pour le CCM en 2022

Très sollicité pour les tournages étrangers, le Maroc devrait renouer avec les bénéfices cette année. De nombreuses productions annulées en raison de la crise sanitaire et des mesures restrictives, sont de retour, selon le centre cinématographique...

Jamel Debbouze lance "Terminal", 25 ans après "H"

L’humoriste franco-marocain Jamel Debbouze retrouve son confrère Ramzy Bedia dans le cadre d’un nouveau projet pour Canal+. Le duo est connu pour son rôle dans la série à succès H (1998-2002).

Du nouveau sur le film Gladiator 2 tourné en partie au Maroc

Après une suspension due à la grève des acteurs de cinéma d’Hollywood, le tournage du film américano-britannique Gladiator à Malte reprend bientôt. Une partie du film a été déjà tournée à Ouarzazate, au Maroc.