Satellites : le Maroc délaisse la France au profit d’Israël

26 janvier 2024 - 07h00 - Maroc - Ecrit par : P. A

Le Maroc aurait confié son programme de lancement de deux nouveaux satellites au constructeur israélien Israel Aerospace Industries (IAI), au détriment du consortium formé par Airbus et Thales Alenia Space, qui avaient conduit les programmes de ses deux précédents satellites, Mohammed VI A et B, lancés respectivement en 2017 et 2018.

Les deux nouveaux satellites d’observation marocains seront produits par la société israélienne IAI, dirigée par Amir Peretz, ancien ministre de la Défense et originaire de Bejaâd au Maroc. Le royaume a choisi le fabricant israélien en raison de son offre technique qui serait la meilleure, mais aussi et surtout pour des questions de sécurité nationale (tensions avec l’Algérie et surveillance du Polisario au Sahara), fait savoir La Razón.

« Ce choix, qui peut surprendre en raison de son éloignement du partenaire historique français, s’explique également par le rapprochement récent entre le Maroc et Israël, dont la société IAI a été l’une des principales bénéficiaires, à travers la signature d’un accord de coopération consistant notamment en la construction d’un centre d’excellence à l’Université de Rabat pour la formation d’experts marocains », explique Mathieu Luinaud, professeur d’économie à Sciences Po Paris et expert du secteur spatial.

À lire : Satellites espions : le Maroc lâche la France pour Israël

Dans une tribune publiée dans les colonnes du journal français L’Opinion, l’expert fait observer que le renouvellement des satellites Mohammed VI A et B par le Maroc intervient « dans un contexte de tensions diplomatiques entre la France et le Maroc », soulignant que Rabat a rejeté l’offre du groupement Airbus–Thales Alenia Space et aurait même refusé de recevoir des représentants de la Direction générale de l’armement (DGA), relevant du ministère français de la Défense.

Les satellites d’observation OptSat-3000 proposés par la firme israélienne sont de dernière génération, concède toutefois l’expert. Ce satellite offrirait une résolution de 40 cm, contre 70 cm pour les satellites Mohammed-VI, ainsi qu’une interopérabilité avec la constellation d’imagerie italienne de COSMO. radar-SkyMed, qui permet « de nouvelles perspectives de fusion de données utiles, notamment pour l’État marocain ».

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : France - Israël - Aéronautique - Satellite Mohammed VI - A - Satellite Mohammed VI-B

Aller plus loin

Le Maroc va-t-il lancer de nouveaux satellites ?

Le Maroc a décidé d’élargir ses capacités spatiales. Dans ce sens, il lancera bientôt des satellites d’observation supplémentaires.

Maroc-Israël : un contrat à un milliard de dollars qui passe mal

Le Front marocain contre la normalisation voit d’un mauvais œil le contrat de défense d’un montant d’un milliard de dollars signé entre le Maroc et Israel Aerospace Industries...

Des satellites espions israéliens Ofek-13 pour le Maroc

Les informations selon lesquelles le Maroc a commandé à Israël la construction de deux satellites espions, afin de renforcer son armement – surtout ses capacités en matière de...

Le Maroc achète deux satellites espions à la France

Le Maroc a acheté deux satellites d’observation à la France en 2013. Le contrat confidentiel a été signé avec les groupes français Airbus Space Systems et Thales Alenia Space,...

Ces articles devraient vous intéresser :

Un avion « made in Morocco » d’ici 2030

Le Maroc affiche de grandes ambitions concernant le secteur de l’industrie aéronautique. Il compte fabriquer son propre avion.

Spirit Aerosystems renforce ses effectifs marocains

Après une pause en 2021, les recrutements ont repris au Maroc chez l’Américain Spirit Aerosystems, leader mondial de la fabrication des aérostructures pour l’aviation civile et militaire. Déjà de dizaines de personnes recrutées.

Aéronautique : le Maroc décolle et concurrence les géants européens

À l’heure où les constructeurs aéronautiques de l’Europe peinent à répondre à la demande, le Maroc travaille à devenir une plaque tournante de l’aérospatiale.

L’Office national des aéroports dans le viseur du Parlement marocain

Au Maroc, nombreux sont les dysfonctionnements qui ont été relevés dans les aéroports. Une commission d’enquête parlementaire pourrait être bientôt mise en place pour passer au peigne fin tous les projets pilotés par l’Office national des aéroports...

Le Maroc crée un organe de contrôle de l’aviation militaire

Le Maroc a créé, au sein de l’état-major des Forces armées royales (FAR), la Direction de l’aéronautique militaire (DAM). Elle sera en charge entre autres de la formation du personnel des Forces royales air et des autorisations de vols militaires.

Du changement dans les aéroports marocains

L’Office national des Aéroports (ONDA) poursuit sa politique de modernisation aéroportuaire. Il procédera bientôt à l’installation de portiques électroniques dans cinq aéroports.

Le Maroc va-t-il lancer de nouveaux satellites ?

Le Maroc a décidé d’élargir ses capacités spatiales. Dans ce sens, il lancera bientôt des satellites d’observation supplémentaires.

Le Maroc, un leader potentiel de l’industrie aéronautique, selon Forbes

Le secteur aéronautique marocain est en plein essor. Le royaume dispose d’importants atouts pour devenir une destination de choix pour les investisseurs dans ce domaine.

Airbus présente l’A220 « made in Morocco »

Le constructeur aéronautique européen Airbus a dévoilé, jeudi, à Casablanca, son nouveau modèle d’avion monocouloir : l’A220, moins polluant et dont des centaines de pièces sont produites au Maroc.

Les F-16 Viper de Lockheed Martin bientôt en action au Maroc

Les 25 avions de combat américains F-16 VIPER fabriqués par le groupe américain Lockheed Martin sont en passe d’être livrés au Maroc.