Sauvés du suicide, 30 "diplômés chômeurs" veulent croire en leur espoir

27 septembre 2002 - 22h26 - Maroc - Ecrit par :

Ils ont frôlé la catastrophe et en sont encore tout retournés. Parce qu’ils n’en pouvaient plus de rester sans travail après des années de recherches, et que personne ne s’intéressait à leurs sit-in quotidiens de protestation depuis dix-huit mois, trente jeunes "diplômés chômeurs" avaient décidé de s’immoler par le feu, mercredi 25 septembre.

L’opération devait avoir lieu devant le Parlement, quarante-huit heures avant les élections législatives, pour "marquer les esprits".
Ils avaient lancé leur ultimatum un mois plus tôt, en leur nom et en celui de 152 camarades également chômeurs. Le matin, à l’expiration du délai qu’ils s’étaient fixé, alors qu’ils étaient tous en larmes, épouvantés à l’idée qu’il allait falloir passer à l’acte, le gouvernement s’est engagé, par écrit, à leur trouver un emploi d’ici à la fin de l’année. Abderrahamane Youssoufi, le premier ministre sortant, a reçu plusieurs d’entre eux en délégation, jeudi, à son domicile privé, pour le leur confirmer. En partie soulagés, mais prudents, car échaudés par de précédents faux espoirs, ces jeunes, âgés de 25 à 34 ans et licenciés de littérature, linguistique, physique-chimie, sciences économiques... ne désarment pas. Plutôt que de se séparer et de regagner leurs villes d’origine – ils viennent des quatre coins du royaume –, ils ont décidé de maintenir la pression en restant dans l’appartement qui leur a été prêté par un tout nouveau parti politique, le Parti marocain libéral, et qu’ils occupent depuis février 2001. Dans ce local d’environ 200 m2, ils vivent à 182, 117 hommes et 65 femmes.

UN CAMPEMENT AHURISSANT

Au troisième étage d’un immeuble plutôt bourgeois, on découvre un campement ahurissant. Hommes et femmes se sont réparti les pièces, disposant par terre des couvertures, des duvets, des cartons et des journaux. La nuit, dans une chaleur étouffante, ils dorment en rangs d’oignons, couchés à même le sol, au milieu des cafards. Sur les murs, ils ont planté des clous où accrocher leurs vêtements. Ils disposent d’une seule salle de bains et d’un seul WC. Ils s’y succèdent à partir de 6 heures, suivant un ordre déterminé. Même chose pour le ménage et les repas. Car ils se sont imposé une discipline rigoureuse pour ne pas craquer, et cet effort les rend encore plus pathétiques. Ils vivent avec 5 dirhams (0,50 € ) par jour et par personne depuis un an et demi, se nourrissant de lentilles et de pois chiches.

Seraient-ils passés à l’acte, s’ils n’avaient pas obtenu satisfaction ? "Sans aucun doute !", répondent-ils. Dehors, une centaine d’autres "diplômés chômeurs"poursuivent leur sit-in. Jusqu’où iront-ils, poussés par un désespoir identique à celui qui fait partir, chaque semaine, des dizaines d’entre eux sur des "pateras", ces barques chargées d’émigrés clandestins, pour des allers sans retour vers les côtes espagnoles ?

Fl. B pour Le Monde

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Etudiants - Emploi - Pauvreté

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : Trop de centres commerciaux ?

Au Maroc, la multiplication des malls soulève des inquiétudes. Les fermetures de plusieurs franchises enregistrées ces derniers temps amènent à s’interroger sur la viabilité de ce modèle commercial.

Le Maroc va distribuer les aides directes aux plus pauvres cette année

Le gouvernement prévoit d’accorder une aide financière mensuelle directe à l’ensemble des familles démunies. Cette mesure phare du processus de généralisation de la protection sociale, enclenché par le pays, sera effective dès cette année, selon le...

Statut d’auto-entrepreneur au Maroc : après l’euphorie, le flop ?

Lancé en 2015, le statut auto-entrepreneurs semble ne plus être une solution à l’informel et au chômage. Le bilan en est la parfaite illustration.

Royal Air Maroc recrute

Royal Air Maroc (RAM) a lancé via sa filiale Atlas multi services (AMS), une opération de recrutement de personnel navigant commercial au Maroc. Le dernier délai de l’appel à candidatures est fixé au 1ᵉʳ décembre prochain.

Une lettre particulière d’Amine et de Yasmine à Emmanuel Macron

Dans une correspondance, Amine et Yasmine, deux enfants de huit ans expriment des inquiétudes quant à l’avenir de Casino Saint-Étienne où travaillent leurs parents et demandent au président de la République française Emmanuel Macron de sauver le groupe.

Maroc : une aide versée aux familles

Comme annoncé, l’aide prévue pour les familles marocaines dans le besoin sera versée par le gouvernement. Celle-ci devrait intervenir sous peu. Quel montant ? quand est-ce qu’elle sera versée ?

Maroc : le roi Mohammed VI annonce des aides directes aux plus pauvres

Le Roi Mohammed VI, dans un discours prononcé à l’ouverture de la session parlementaire, a fait part de l’introduction d’un programme d’aide sociale à la fin de l’année 2023.

Appel à lutter contre la mendicité au Maroc

Le niveau de pauvreté et de vulnérabilité n’a pas baissé au Maroc. En 2022, il est revenu à celui enregistré en 2014, selon une note du Haut-Commissariat au Plan (HCP) publiée en octobre dernier. Une situation qui contribue à la hausse de la mendicité...

Hausse historique du prix du gaz au Maroc, une première en 30 ans

La bonbonne de gaz vendue au Maroc devrait voir son prix augmenter progressivement pendant trois ans, vient de révéler le Premier ministre Aziz Akhannouch.

Investissements massifs au Maroc, 76,7 milliards de dirhams, 20 000 emplois

La Commission nationale des investissements a donné son aval à une série de 21 projets. L’investissement global de ces projets s’élève à 76,7 milliards de dirhams, l’équivalent de 6,98 milliards d’euros, selon un communiqué officiel du gouvernement.