Bâtiment : quelques signes d’essoufflement

4 février 2009 - 20h00 - Economie - Ecrit par : L.A

Les indicateurs du secteur du bâtiment restent à un niveau relativement élevé et rien ne laisse présager pour le moment une crise, quoique le spectre de la récession économique mondiale plane sur le secteur. D’ailleurs, le segment du logement « haut standing » commence déjà à en ressentir l’effet avec le ralentissement du rythme de l’absorption de l’offre et des ventes qui se font de plus en plus rares.

En outre, les investisseurs étrangers ont tendance à revoir leurs projets d’investissement, faute de liquidités (le recul, au troisième trimestre 2008, des investissements directs étrangers dans le secteur en est la preuve), et les ménages semblent différer leurs achats de logement en attendant d’éventuelles baisses des prix : c’est le phénomène d’attentisme qui s’installe.

Au quatrième trimestre de 2008, l’activité du secteur progresserait à un rythme relativement moins soutenu par rapport aux trimestres précédents. D’une part, l’activité dans le bâtiment se situerait en dessous de la tendance de moyen terme, comme l’attestent les dernières enquêtes de conjoncture. D’autre part, l’activité dans les travaux publics poursuivrait son ralentissement entamé depuis 2007, comme le confirme la baisse des carnets de commandes et la progression continue des capacités non utilisées depuis le début de l’année.

Des signes d’essoufflement ont également été notés au niveau des ventes de ciment, qui ont connu une décélération de leur rythme de progression (3,8% en glissement annuel au quatrième trimestre 2008, soit le taux le plus faible depuis le quatrième trimestre 2005), et des crédits immobiliers qui ont marqué une quasi-stagnation du rythme de la progression annuelle. Quant à l’indicateur synthétique de conjoncture du BTP, il indique un climat des affaires peu favorable pour la fin de l’année 2008.

Toutes ces considérations ont conduit à estimer une hausse de 8,8%, en glissement annuel, de la valeur ajoutée du secteur pour le quatrième trimestre 2008, tandis qu’une progression de 7,5% est estimée pour le premier trimestre 2009. Le secteur marquerait, ainsi, le taux le plus bas depuis le deuxième trimestre 2006, ce qui consoliderait du fait l’hypothèse du ralentissement de l’activité de la construction. Le secteur du bâtiment et des travaux publics avait connu une dynamique de croissance au cours des quatre dernières années.

Plusieurs facteurs avaient joué en faveur de la poursuite de cette tendance : le programme du logement social et du logement économique pour la classe moyenne, l’importance du déficit de logements, l’amélioration de la solvabilité des ménages à travers l’augmentation des salaires et la réduction de l’impôt sur le revenu, ainsi que les efforts entrepris par les pouvoirs publics en matière de développement des infrastructures de base et des infrastructures touristiques.

Néanmoins, au troisième trimestre 2008, la valeur ajoutée du secteur de la construction n’a progressé que de 9,4% en glissement annuel, marquant, ainsi, un léger retrait par rapport au trimestre précédent (10,6%). Ce léger ralentissement dans l’activité a été, également, relevé au niveau des ventes de ciment (6% en glissement annuel, contre 13,5% au deuxième trimestre) et des crédits immobiliers (7,2% en glissement trimestriel, contre 9,5% un an auparavant). Une décélération a été observée au niveau de l’indice de la production des minéraux de carrières (2,1% en variation annuelle, contre 7,6% au deuxième trimestre). L’investissement en constructions est demeuré soutenu, comme l’atteste la hausse de 46,8% des crédits immobiliers, à fin novembre. De même, l’investissement en travaux publics profite toujours de l’exécution des grands projets d’infrastructures de base.

Des logements à faible coût

Le Programme de logements à faible coût consiste en la réalisation de logement à Valeur Immobilière Totale (V.I.T) plafonnée à 140.000 DH, destiné aux ménages à faibles revenus. Ce nouveau type de logement dont la superficie couverte est comprise entre 50 et 60m² bénéficie d’exonération fiscale lorsque le promoteur concerné s’engage à réaliser dans un délai de 5 ans, 500 logements en milieu urbain ou 100 logements en milieu rural. Ce programme vise à diversifier l’offre en logements à faible V.I.T et élargir les possibilités d’accès à la propriété en faveur des ménages à faible revenu. Outre le développement d’une politique de prévention de l’habitat précaire, le but est d’améliorer les performances des actions de résorption de l’habitat insalubre et initier une politique d’habitat adaptée au milieu rural.

Source : Le Matin - Abdelali Boukhalef

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Immobilier - BTP - Crise économique - Crise immobilière Maroc

Ces articles devraient vous intéresser :

L’immobilier marocain en berne, les acheteurs attendent l’aide du gouvernement

Le marché de l’immobilier au Maroc a connu une tendance à la baisse ces derniers mois, en raison de la sévérité des conditions d’octroi de crédit. Selon le dernier tableau de bord des crédits et dépôts bancaires de Bank Al-Maghrib, cette tendance se...

Maroc : l’afflux des MRE va booster le secteur immobilier cet été

L’arrivée au Maroc cet été des Marocains du monde dans le cadre de l’Opération Marhaba, va contribuer à booster le secteur de l’immobilier.

Le roi Mohammed VI lance l’aide au logement

Les choses se précisent pour la mise en œuvre du nouveau programme d’aide au logement visant à renouveler l’approche d’accès à la propriété, en suppléant au pouvoir d’achat des ménages, via une aide financière directe aux acquéreurs.

L’inclusion des MRE à l’aide au logement passe mal

Les Marocains résidant à l’étranger (MRE) peuvent bénéficier de l’aide directe au logement au même titre que les Marocains résidant au Maroc, ce qui n’est pas du goût de bon nombre d’internautes. Certains d’entre eux n’hésitent pas à appeler à...

Le Maroc va instaurer une aide à l’achat de logement

L’achat de logements au Maroc pourrait bien connaître un nouveau souffle. Fatima Zahra Mansouri, ministre de l’Aménagement du territoire national, de l’Urbanisme, de l’habitat et de la Politique de la ville, a laissé entendre que des dispositions...

Aide au logement : succès auprès des MRE

Près d’un quart des potentiels bénéficiaires de l’aide au logement sont des Marocains résidant à l’étranger (MRE). Les inscriptions ont démarré le 1ᵉʳ janvier.

Aide au logement : gros succès auprès des MRE

Des Marocains résidant à l’étranger (MRE) figurent parmi les 8 500 bénéficiaires du nouveau programme d’aide au logement lancé par le roi Mohammed VI en octobre dernier.

Immobilier au Maroc : les MRE en première ligne

L’apport considérable des Marocains résidant à l’étranger (MRE) devrait contribuer à booster le marché de l’immobilier au Maroc au troisième trimestre 2023.

Aide au logement : Un vrai succès chez les MRE

Fatima Zahra Mansouri, ministre de l’Aménagement du territoire national, de l’Urbanisme, de l’Habitat et de la Politique de la ville, confirme l’intérêt des Marocains résidant à l’étranger (MRE) pour le nouveau programme d’aide directe au logement.

Maroc : du changement pour l’impôt sur le revenu foncier

La loi de finances 2023 a établi un nouveau régime fiscal en matière d’impôt sur le revenu au titre des profits fonciers. Objectif, permettre aux contribuables prévoyant de céder leurs biens immeubles ou de droits réels s’y rattachant, de solliciter un...