Non-lieu dans l’affaire Soulaïmane Jamili, la famille du Marocain fait appel

9 novembre 2015 - 16h20 - Belgique - Ecrit par : Bladi.net

La justice belge a décidé de classer l’affaire Soulaïmane Jamili, jeune Belge d’origine marocaine mort en février 2014 à Molenbeekm, dans la région bruxelloise, après avoir été happé par une rame de métro.

La justice a donc prononcé un non-lieu dans cette affaire, mais les parents ont décidé de faire appel de la décision. Les faits remontent au 21 février 2014 quand, le jeune Souleïmane, 14 ans, avait été interpellé par la police en compagnie de ses deux amis.

Retenu pendant 45 minutes par les agents de police des chemins de fer et ceux de la STIB (compagnie de transport de Bruxelles), ce dernier échappe à leur vigilance et se dirige vers la rame de métro qui le percute.

Pour les agents de police, le jeune adolescent s’est suicidé, ce que réfutent catégoriquement ses parents. « La question est : que s’est-il passé pour qu’il se lève et aille ainsi vers la rame ? C’était un gamin pour qui tout allait bien, à l’école comme dans sa famille, ça n’a pas de sens », s’interroge l’avocat de la famille.

Plus mystérieux, les enregistrements de la vidéo de surveillance sont amputés d’une dizaine de minutes, qui expliqueraient, selon la famille ce qui s’est vraiment passé ce jour là. Cette affaire avait ému une partie de la population de Molenbeek qui avait décidé de faire une marche blanche à la mémoire du jeune Solaïmane.

N’acceptant pas ce non-lieu décision, la famille de la victime a décidé de faire appel de la décision.

Sujets associés : Belgique - Bruxelles - Faits divers - Droits et Justice - Molenbeek

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : un ancien diplomate accusé de prostitution de mineures risque gros

L’association Matkich Waldi (Touche pas à mon enfant) demande à la justice de condamner à des « peines maximales » un ancien ambassadeur marocain, poursuivi pour prostitution de mineures.

Les avocats marocains passent à la caisse

Les avocats marocains doivent désormais s’acquitter d’une avance sur l’impôt sur le revenu ou sur les sociétés au titre de l’exercice en cours auprès du secrétaire–greffier à la caisse du tribunal pour le compte receveur de l’administration fiscale....

Vers une révolution des droits des femmes au Maroc ?

Le gouvernement marocain s’apprête à modifier le Code de la famille ou Moudawana pour promouvoir une égalité entre l’homme et la femme et davantage garantir les droits des femmes et des enfants.

Le harcèlement sexuel des mineures marocaines sur TikTok dénoncé

Lamya Ben Malek, une militante des droits de la femme, déplore le manque de réactivité des autorités et de la société civile marocaines face aux dénonciations de harcèlement sexuel par des mineures sur les réseaux sociaux.

Carte du Maroc sans le Sahara : l’ONCF annonce des poursuites judiciaires

L’Office national des chemins de fer (ONCF) aurait publié sur l’une de ses affiches une carte incomplète du Maroc, suscitant la colère des internautes marocains. L’Office vient de démentir l’information et envisage de poursuivre les auteurs de cette...

Corruption : Rachid M’barki reconnaît les faits

Après avoir juré, sous serment, en mars dernier devant la commission d’enquête parlementaire sur les ingérences étrangères, n’avoir jamais perçu de rémunération occulte en contrepartie de la diffusion d’informations erronées ou très orientées pour...

Maroc : le casier judiciaire électronique enfin lancé

Le ministère de la Justice a procédé mardi, au lancement de quatre nouveaux services numériques dont le casier judiciaire électronique.

Maroc : l’utilisation de WhatsApp interdite dans le secteur de la justice

Le procureur général du Maroc, Al-Hassan Al-Daki, a interdit aux fonctionnaires et huissiers de justice d’installer et d’utiliser les applications de messagerie instantanée, et principalement WhatsApp, sur leurs téléphones professionnels.

Des ennuis judiciaires pour deux anciens ministres (15 milliards de DH en jeu)

L’Association marocaine de la protection des deniers publics vient de déposer une plainte devant la justice contre deux anciens ministres de la Jeunesse et des sports et d’autres responsables pour avoir dilapidé environ 15 milliards de dirhams.

Maroc : vers l’égalité des sexes dans les contrats de mariage

Le ministre marocain de la Justice, Abdellatif Ouahbi, a réaffirmé son engagement en faveur de l’égalité entre les sexes lors de la conclusion de contrats de mariage et autres actes juridiques.