La langue amazighe interdite au parlement ?

14 mai 2012 - 23h00 - Maroc - Ecrit par : J.L

Partager avec Whasapp Partager avec Telegram

Les députés n’ont pas le droit de poser les questions orales en langue amazighe jusqu’à nouvel ordre, a fait savoir la semaine dernière la députée Khadija Rouissi, en sa qualité de quatrième vice-président de l’hémicycle.

Suite à une décision du Bureau de la Chambre des Représentants, les questions ne pourront plus être posées en langue amazighe, jusqu’à ce que le parlement prenne les dispositions nécessaires.

Ce nouveau règlement fait suite à l’intervention le 30 avril dernier de la députée RNI, Raïssa Fatima Tabaamrant, de son vrai nom Fatima Chahou, qui avait posé la première question en tamazight dans l’histoire du parlement marocain, soulevant une forte polémique au Maroc.

La question est pourtant d’actualité depuis que l’amazigh a été reconnu langue officielle par la Constitution marocaine, mais mobiliser un service de traduction instantanée et toute la logistique qui va avec serait mal vu au Maroc, où le parlement coûte déjà au budget de l’Etat plus d’un million de dirhams par jour.

Sujets associés : Amazigh - Khadija Rouissi - Raissa Tabaamrant - Réforme de la constitution - Constitution marocaine

Suivez Bladi.net sur Google News

Nous vous recommandons

Amazigh

Mise au point du ministère de l’Éducation nationale sur l’enseignement de l’amazigh dans les écoles

Les heures de cours consacrées à l’enseignement de l’amazigh dans les écoles primaires n’ont connu aucune modification, indique le ministère de l’Éducation, réagissant à plusieurs rumeurs diffusées sur les réseaux...

« Bank Of Africa » parle amazigh

Les institutions et agences de la banque « Bank Of Africa » du BMCE Group qui appartient au célèbre homme d’affaires marocain Othmane Benjelloun, adoptent des enseignes en langue amazighe, à côté de l’arabe et du français. Cette initiative sera généralisée...

Willow Smith critiquée pour sa description des musulmans et des Amazighs

Le nouveau livre de l’actrice et chanteuse américaine Willow Smith suscite des mécontentements dans le rang de ses fans. Ils jugent insultantes l’interprétation qui est faite des musulmans et des...

Maroc : de grands pas vers l’officialisation de l’amazigh

Le gouvernement d’Aziz Akhannouch franchit de grands pas vers l’officialisation de l’amazigh, mais des efforts considérables restent à fournir pour que la langue retrouve sa place qui lui est échue.

Maroc : un projet de loi pour inscrire l’Amazighe dans le livret de famille

Un projet de loi destiné à inscrire la langue amazighe dans l’état civil comme langue officielle du Royaume a été déposé par le parti de l’Istiqlal. Son usage dans les domaines de l’enseignement, la législation, l’information et l’administration figure parmi...

Khadija Rouissi

Raissa Tabaamrant

Réforme de la constitution

Constitution marocaine

La corruption fait perdre au Maroc, annuellement, 5% de son PIB

Les nombreux efforts engagés par le Maroc depuis des décennies pour lutter contre la corruption ne semblent pas porter leurs fruits. Lancée en 2015 et mise en œuvre l’année suivante, la stratégie nationale de lutte contre la corruption dont l’échéance...

Libertés individuelles : les « Hors-la-loi » reviennent à la charge

Les « Hors-la-loi » comptent sur le nouveau parlement pour faire aboutir leurs propositions pour la défense des libertés individuelles. Le Collectif appelle les nouveaux parlementaires, « à construire une vraie démocratie et une vraie égalité...

Elections 2021 : la parité, non négociable pour les féministes marocaines

A quelques mois des élections, la coalition « mounassafa daba » (la parité maintenant) s’active pour renforcer la présence des femmes dans les instances élues du Maroc. L’organisation appelle à la mise en place d’une loi-cadre sur l’égalité et la parité ainsi...

Maroc : une « liste des vieux » aux prochaines élections ?

À l’instar des listes dédiées aux femmes et aux jeunes, il faut une liste des « vieux » pensent certains partis politiques. Là-dessus, le ministère marocain de l’Intérieur émet des réserves.

Maroc : plusieurs nominations à de hautes fonctions

Plusieurs propositions de nominations à de hautes fonctions, ont été approuvées par le Conseil de gouvernement, réuni ce jeudi à Rabat, sous la présidence de Saâdeddine El Othmani.