Le témoignage poignant de Mathieu, fils d’un Marocain mort dans l’attentat de Nice

15 octobre 2022 - 16h15 - France - Ecrit par : P. A

Mathieu Bousfiha, dont les parents sont morts dans l’attentat de Nice survenu le 14 juillet 2016, a témoigné vendredi devant la cour d’assises spéciale à Paris. Il raconte la mort atroce de son père, Adib, d’origine marocaine.

Les témoignages de familles anéanties par l’attentat du 14 juillet à Nice se succèdent à la barre au palais de justice de Paris depuis plusieurs semaines. Mathieu Bousfiha, 27 ans, a livré son histoire vendredi. Il était sur la Promenade des Anglais le soir de l’attentat avec son père Adib, sa mère Céline et sa petite sœur. Ses deux parents étaient en situation de handicap physique. La mère était hémiplégique du côté droit depuis des années et le père était atteint de myopathie et se déplaçait en fauteuil roulant, a-t-il confié à la barre.

La famille, ayant quitté Beaucroissant en Isère pour passer quelques jours à Nice, s’est rendue sur la Promenade des Anglais pour admirer le feu d’artifice. Alors qu’ils se dirigeaient vers le parking où était garée leur voiture, sa sœur a aperçu le camion qui fonçait droit dans leur direction. « Dans un réflexe automatique, j’ai poussé ma mère d’un côté, ma sœur de l’autre et moi, j’ai sauté du côté de ma sœur… J’ai le temps de me retourner et le camion tape mon père. J’ai encore le bruit de l’impact métallique sur le fauteuil de mon père », raconte-t-il.

À lire : Attentat de Nice : inconsolable depuis la mort de son fils, il meurt de chagrin

Après le passage du camion, Mathieu et sa sœur retrouvent le corps de leur père. « Je vous épargne l’état », dit-il à la cour. Ils cherchent ensuite leur mère en vain, avant de se décider à se mettre à l’abri. Ils sont accueillis par un jeune couple. Depuis la perte de ses parents, Mathieu a complètement changé. Âgé de 21 ans seulement au moment des faits, il a dû mener une série de formalités administratives liées au décès de ses deux parents, malgré la douleur de leur perte dans des conditions aussi tragiques.

Le jeune homme a organisé les funérailles de son père au Maroc et le rapatriement du corps de sa mère à Lyon pour son enterrement aux côtés de son père. Il assiste aussi sa petite sœur de 18 ans qui doit faire sa rentrée en classe préparatoire à Orléans. Mais aujourd’hui, leur relation s’est totalement dégradée, au point où ils ne se parlent plus et ne se voient plus. Mathieu poursuit ses études d’ingénieur pour obtenir son diplôme. Mais que faire après ? Le jeune homme « s’en fout », marqué à vie par la perte de ses parents.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : France - Terrorisme - Procès - Nice - Attentat à Nice

Aller plus loin

Attentat de Nice : relaxe d’un quatrième suspect

Mohamed Oualid G., 43 ans, a été remis en liberté après plus de trois ans de détention préventive.

« Justice pour Anouar », étudiant retrouvé mort à Tanger

Tanger est sous le choc après la mort d’Anouar, jeune étudiant connu sur TikTok. Son corps sans vie a été retrouvé dans son appartement. Des Marocains réclament justice pour la...

États-Unis : Une Marocaine raconte comment son fils, 3 ans, a été tué par son père

Aux États-Unis, un procès pour enlèvement et terrorisme s’est ouvert avec le témoignage émouvant d’une Marocaine, mère d’un enfant malade dont le corps a été découvert dans un...

Deux Marocaines parmi les rescapés de l’attentat d’Istanbul

L’attentat qui a touché Istanbul dimanche a fait au moins six morts et 81 blessés. Deux touristes marocaines figurent parmi les rescapés.

Ces articles devraient vous intéresser :

Au Maroc, la lutte contre le blanchiment d’argent rapporte

Le Maroc mène efficacement la lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme. En tout, près de 11 milliards de dirhams ont été saisis en 2022.

Terrorisme au Maroc : une lutte permanente depuis 2003

L’extrémisme islamiste au Maroc a été marqué par cinq moments forts, dont notamment les attentats de Casablanca en 2003 et 2007, le printemps arabe en 2011, et la création de l’État islamique (EI) en 2014. Pour lutter contre le phénomène, les autorités...

Une cellule préparant des attentats au Maroc démantelée

Le Bureau central des investigations judiciaires (BCIJ), se basant sur des informations fournies par la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST), a annoncé le démantèlement d’une cellule terroriste liée à l’organisation Daech. Cette...

Le Maroc, bon élève en matière de lutte antiterroriste

Le Maroc affiche l’un des niveaux de sécurité antiterroriste les plus élevés au monde. Avec un score de 0,757, le royaume est classé 83ᵉ dans la catégorie des pays les plus épargnés des actes terroristes, selon l’édition 2023 de l’Indice mondial du...

Latifa Ibn Ziaten : « J’ai réussi à sauver beaucoup de jeunes, de familles… »

11 ans après l’assassinat de son fils, le maréchal des logis-chef Imad, une des victimes du terroriste Mohammed Merah, la militante franco-marocaine Latifa Ibn Ziaten poursuit son combat pour la paix et la promotion du dialogue et du respect mutuel.

Blanchiment d’argent : Le Maroc serre la vis et ça paye

La lutte contre les activités de blanchiment des capitaux et de financement du terrorisme connaît des progrès significatifs au Maroc. En témoigne le nombre de déclarations de soupçon reçues par l’Autorité nationale du renseignement financier (ANRF) en...

Projet d’attentat déjoué au Maroc : Treize individus arrêtés par le BCIJ

Treize personnes ont été arrêtées par le Bureau Central d’Investigations Judiciaires (BCIJ), jeudi dernier. Soupçonnés d’être partisans de l’organisation terroriste « État islamique », les individus ont été arrêtés lors d’opérations menées dans...

Coup de filet au Maroc contre une cellule terroriste planifiant des attaques

Cinq individus, âgés entre 22 et 46 ans, soupçonnés d’appartenir à l’organisation terroriste Daesh et de préparer des attentats contre des installations vitales et des institutions sécuritaires, ont été arrêtés par les forces de sécurité marocaines.

Décès de Malika El Aroud, « La Veuve noire du Jihad »

Malika El Aroud, condamnée pour terrorisme en 2008, est décédée à l’âge de 64 ans. Cette femme, qui avait la double nationalité belge et marocaine, avait été déchue de sa nationalité belge en 2017 pour avoir « gravement manqué à ses devoirs de...

Le Maroc frappe un grand coup dans la lutte contre le terrorisme

Une cinquantaine d’individus ont été arrêtés mercredi au Maroc lors d’une importante opération visant des membres présumés de groupes djihadistes.