TGV Kénitra - Marrakech : les entreprises françaises se frottent les mains

5 mai 2024 - 07h00 - Economie - Ecrit par : S.A

La récente visite de Bruno Le Maire, ministre français de l’Économie et des Finances au Maroc, apporte de l’espoir au groupe Egis, spécialiste français du conseil et de l’ingénierie de la construction, ayant une antenne à Casablanca. L’entreprise est le principal partenaire de l’Office national des Chemins de fer (ONCF) dans le domaine des trains à grande vitesse.

En déplacement avec le Medef à Rabat, le ministre français de l’économie, Bruno Le Maire a fait part le 26 avril dernier de l’intérêt de la France pour les projets de trains à grande vitesse que le Maroc met en œuvre dans le cadre de la co-organisation de la Coupe du monde 2030 aux côtés de l’Espagne et du Portugal. L’un de ces projets est l’extension de la ligne ferroviaire à grande vitesse reliant Kénitra à Marrakech. Conçue pour une vitesse maximale de 350 km/h, la ligne Kénitra-Marrakech sera exploitée à 320 km/h, sur un parcours d’environ 450 km. Il est prévu de relier directement Tanger à Marrakech sans passer par Casablanca. Deux itinéraires ont été proposés à l’arrivée du train à Casablanca. Il est également prévu que la ligne de train à grande vitesse passe par un itinéraire alternatif à Benslimane (le stade) vers Nouaceur. Celle-ci accueillera l’implantation d’une nouvelle station ou d’un centre de distribution. Le projet de TGV Kéntira-Marrakech vise à révolutionner les déplacements entre les deux villes. Il fait partie intégrante du plan colossal de l’ONCF visant à interconnecter les villes, les ports et les aéroports du Maroc via des liaisons ferroviaires à grande vitesse fonctionnant à des vitesses allant jusqu’à 350 kilomètres par heure. Son coût est estimé à plus de 50 MMDH.

À lire :La France propose ses centrales nucélaires au Maroc

Egis se réjouit de cette visite du ministre Bruno Le Maire. « On respire enfin, confie Arnaud de Rugy, le directeur Afrique du groupe français auprès du Monde. Il était crucial pour nous que la coopération reprenne, même si nous avons continué à travailler dans ces moments difficiles. » Le groupe français a ouvert sa filiale continentale à Casablanca il y a deux ans, en pleine crise entre la France et le Maroc. Il est le principal partenaire de l’Office national des Chemins de fer (ONCF) dans le domaine des trains à grande vitesse. Depuis 15 ans, il accompagne le Maroc sur les projets de lignes à grande vitesse. L’ONCF a d’ailleurs confié à Egis la mission d’assistance à la gestion du projet TGV Kéntira-Marrakech. Selon l’entreprise d’ingénierie, l’extension de la nouvelle ligne sur 430 kilomètres rendra la réalisation des études en un temps relativement court un « vrai défi ».

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : France - Casablanca - Office national des chemins de fer (ONCF) - Transport ferroviaire

Aller plus loin

Le groupe français Egis s’installe au Maroc

Le groupe Egis, spécialiste français du conseil et de l’ingénierie de la construction, a choisi le Maroc pour son premier siège en Afrique. L’inauguration de cette antenne est...

TGV Kénitra-Marrakech : la France cherche à écraser la concurrence

La France veut profiter du réchauffement de ses relations avec le Maroc pour remporter l’appel d’offres lancé par l’Office national des chemins de fer (ONCF) pour le projet...

Maroc : nouvelle ligne ferroviaire prévue

Le coup d’envoi des travaux de construction d’une nouvelle ligne ferroviaire reliant Casablanca à Béni Mellal en passant par Khouribga est imminent, selon les autorités locales...

Le TGV marocain au cœur d’une rivalité entre la France et l’Espagne

Les projets ferroviaires, dont l’extension des lignes de train à grande vitesse (LGV) entre Kénitra, Marrakech et Agadir qu’entreprend le Maroc dans le cadre des préparatifs de...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le Maroc construira 1000 km d’autoroutes d’ici 2030

Le Maroc veut saisir l’occasion de l’organisation de la coupe du monde 2030 pour moderniser le secteur des transports dans son ensemble, notamment les autoroutes.

Maroc : 1300 km de nouvelles lignes TGV

Le ministre du Transport et de la logistique, Mohamed Adeljalil, a présenté mardi à la Chambre des conseillers, le point des actions menées par l’Office national des chemins de fer (ONCF) en vue de renforcer et de moderniser le transport ferroviaire...

Investissement massif dans le rail marocain

L’Office national des chemins de fer (ONCF) veut renforcer le rail national. Il vient de lancer un appel à concurrence pour acquérir de nouveaux et différents trains.

Le rail marocain au cœur d’une rivalité internationale

Les géants mondiaux du ferroviaire vont se livrer une rude concurrence pour le mégacontrat de l’Office National des Chemins de Fer (ONCF). Celui-ci a lancé un appel à concurrence pour acquérir 168 nouveaux trains, dont 18 trains à grande vitesse.

L’astuce d’une entreprise française pour gagner l’appel d’offres de l’ONCF

Redoutant l’impact négatif du refroidissement des relations diplomatiques entre le Maroc et la France, une entreprise française charge sa filiale espagnole de se lancer dans la concurrence pour le mégacontrat de l’Office national des Chemins de Fer...

Le succès ne se dément pas pour le TGV marocain

Inauguré en 2018, Al Boraq, le Train à grande vitesse marocain, souffle sa quatrième bougie ce mardi 15 novembre. Avec 10 millions de passagers transportés depuis sa mise en service, la grande vitesse affiche un succès remarquable.

Le Maroc va investir de plus de 13,4 MMDH dans le chemin de fer

L’Office national des chemins de fer (ONCF) a prévu un investissement de plus de 13,4 milliards de DH durant la période 2023-2025.

Le Maroc va acquérir de nouveaux trains

Le Maroc s’apprête à lancer un appel d’offres international pour l’acquisition de trains et le développement d’un réseau ferroviaire local, attirant l’intérêt de géants du secteur tels, notamment français et espagnols. C’est ce qu’a révélé Mohamed...

Du nouveau pour le TGV Marrakech-Agadir

Dans le cadre de son accord avec l’Office national des chemins de fer (ONCF), le gouvernement marocain va continuer à financer les études et l’acquisition de biens immobiliers liés à l’extension du réseau de ligne à grande vitesse (LGV) vers les villes...

Un enfant de 4 ans meurt à la gare de Rabat-Agdal : réaction (tardive) de l’ONCF

Plusieurs semaines après la mort d’Omar, garçonnet de 4 ans, à la gare Rabat Agdal, l’ONCF a finalement décidé de réagir.