Imider : des militants condamnés à de la prison ferme

10 juillet 2014 - 20h26 - Maroc - Ecrit par : Bladi.net

Trois militants luttant contre les conditions de gestion et d’exploitation de la mine d’argent d’Imider, dans le sud-est du Maroc, théâtre depuis plus de 3 ans de sit-ins et de manifestations, ont été condamnés à trois ans de prison ferme par la cour d’appel de Ouarzazate.

Poursuivis pour, entres autres, constitution d’une bande criminelle, vol d’argent, rassemblement sans autorisation et coups et blessures prémédités, les militants, âgés de 21 à 25 ans, ont été arrêtés le 1er mars dernier alors qu’ils se dirigeaient en voiture en direction du lieu du sit-in.

Condamnés une première fois à 6 mois de prison ferme en mars dernier, les militants du collectif « Sur la voie de 96 », voient non seulement leur peine aggravée par la cour d’appel de Ouarzazate, mais en plus ils devront également s’acquitter de 180.000 dirhams de dommages et intérêts.

La mine d’Imider, ouverte depuis 1969, est la plus importante mine d’argent de toute l’Afrique avec une production annuelle de plus de 270 tonnes. Elle est la propriété de la Société métallurgique d’Imider, elle même appartenant au groupe Managem. En 2010, elle a réalisé un chiffre d’affaires de près de 829,2 millions de dirhams.

Ce que reprochent les habitants d’Imider à la mine

Le conflit entre les habitants du village d’Imider et la société gérant la mine dure depuis plus de 3 ans. Il est considéré par certains comme le plus vieux conflit au Maroc. Depuis le début, les habitants, dont des familles entières, campent au sommet du mont Ablan, d’où ils ont fermé les vannes de ce puits.

Parmi les revendications des manifestants, on retrouve bien sûr le recrutement des habitants du village. Les manifestants demandent à ce que 75% des emplois soient réservés à des habitants de la région, alors que la direction en propose, pour l’instant, "que" 60%.

Les villageois reprochent également à l’entreprise d’avoir asséché la nappe phréatique de la région. D’après Moha Ouberka, l’un des habitants du village interrogé par l’AFP, la nappe phréatique aurait connu une baisse de près de 60% entre juin 2004 et 2005. A cela, il faut ajouter l’utilisation d’eau polluée pour le traitement du minerai, surtout que son stockage n’obéirait, toujours d’après les habitants, à aucune norme de sécurité.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Manifestation - Droits et Justice - Ouarzazate - Managem

Ces articles devraient vous intéresser :

Affaire "Hamza Mon Bébé" : Dounia Batma présente de nouvelles preuves

La chanteuse marocaine Dounia Batma confie avoir présenté de nouveaux documents à la justice susceptibles de changer le verdict en sa faveur.

Affaire de viol : Achraf Hakimi devant le juge

L’international marocain du Paris Saint-Germain, Achraf Hakimi, a eu affaire à la justice ce vendredi matin, en lien avec une accusation de viol portée contre lui.

Une famille marocaine au tribunal de Beauvais pour un mariage blanc

Une famille marocaine est jugée devant le tribunal de Beauvais pour association de malfaiteurs dans le but d’organiser un mariage blanc. Le verdict est attendu le 12 janvier 2023.

Maroc : les crimes financiers ont baissé de 47% en 2021

La lutte contre les crimes financiers et économiques au Maroc porte peu à peu ses fruits. En 2021, les affaires liées à ces délits ont fortement régressé de 47,30%, selon le rapport annuel de la présidence du parquet.

Maroc : 20 affaires de détournement de fonds publics devant la justice

Le président du ministère public a été saisi par le procureur général du Roi près la Cour des comptes de 20 affaires de détournement de deniers publics au titre de l’année 2021.

Accusé de viol, Achraf Hakimi se sent « trompé et piégé », selon ses proches

Achraf Hakimi a été mis en examen vendredi pour viol. Le défenseur marocain du Paris Saint-Germain (PSG), qui nie les faits, est soutenu par sa famille et son club. Selon ses proches, il dit se sentir « trompé ».

Maroc : 30 députés éclaboussés par des affaires de corruption

Au total, 30 députés marocains sont poursuivis par la justice en leur qualité de président de commune pour leur implication présumée dans des affaires de corruption, de dilapidation de deniers publics, de chantage, et de falsification de documents...

Plaidoyer pour l’abolition de la peine de mort au Maroc

La lutte contre l’abolition de la peine capitale est toujours d’actualité au Maroc. En témoigne la récente participation des réseaux et militants marocains contre la peine de mort, à la 8ᵉ édition du congrès mondial qui s’est tenu à Berlin du 18 au 25...

BMW, Renault et Managem au cœur d’un scandale écologique au Maroc ?

Une enquête dévoile la pollution importante de certains villages marocains où sont déchargés des résidus miniers. BMW, Renault et la Managem, grande entreprise minière marocaine, sont pointés du doigt.

Maroc : plus de droits pour les mères divorcées ?

Au Maroc, la mère divorcée, qui obtient généralement la garde de l’enfant, n’en a pas la tutelle qui revient de droit au père. Les défenseurs des droits des femmes appellent à une réforme du Code de la famille pour corriger ce qu’ils qualifient...