Un Marocain jugé pour le meurtre de sa femme condamné à 18 ans de prison

20 juin 2003 - 12h34 - France - Ecrit par :

Mohamed El Ablaoui, 31 ans, un Marocain accusé du meurtre de son épouse âgée de 23 ans en janvier 2000 aux Mureaux (région parisienne) a été condamné jeudi par la cour d’assises à dix-huit ans de réclusion criminelle.

La cour a de plus assorti son verdict d’une interdiction définitive du territoire français pour l’accusé.

Si l’accusé a toujours affirmé qu’il s’agissait d’un accident, au cours d’une dispute, la famille de la victime évoquait la thèse d’un mariage blanc, le meurtre étant survenu deux mois après l’arrivée de l’époux d’origine marocaine sur le sol français.

Pour l’avocat général, Jacques Cholet, qui a dénoncé de la part de l’accusé "une violence inouïe" lors des faits qui lui sont reprochés, la jeune femme avait souhaité "un mariage de sentiments" et lui "un mariage intéressé pour avoir la possibilité d’obtenir un titre de séjour" en France.

Awatif, fille d’un couple de Marocains installé en France depuis 1965, avait fait la connaissance de Mohamed au Maroc 1996. Ils s’étaient mariés au Maroc fin 1998 oiyr vivre ensemble un an plus tard, immédiatement dans un climat de violente mésentente.

Le 21 janvier 2000, une dispute éclatait. Selon le mari, sa femme lui aurait jeté un vase à la tête et l’aurait menacé avec une paire de ciseaux qu’il aurait réussi à lui arracher des mains avant qu’elle ne tombe inanimée au sol.

Il s’était lui même rendu au commissariat pour indiquer que sa femme avait fait une chute mais lors de l’autopsie l’expert relèvera 26 entailles dont certaines profondes sur le corps de la victime.

Trois jours plus tôt, la jeune épouse s’était rendue chez les policiers pour indiquer qu’elle ne souhaitait pas que son mari bénéficie d’une régularisation sur le territoire français, alors que son visa touristique venait d’arriver à expiration.

AFP

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : France - Procès - Femme marocaine - Homicide - Prison

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : Les femmes toujours "piégées" malgré des avancées

Le Maroc fait partie des pays de la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord qui travaillent à mettre fin aux restrictions à la mobilité des femmes, mais certaines pratiques discriminatoires à l’égard des femmes ont encore la peau dure. C’est ce...

Un Britannique poignarde l’amant Marocain de sa compagne qu’il surprend chez lui

Un citoyen britannique de 28 ans a été interpellé par la Guardia Civil, suite à une tentative de meurtre envers un Marocain à Santa Ponsa (Baléares).

Le Maroc confronté à la réalité des violences sexuelles

Les femmes marocaines continuent de subir en silence des violences sexuelles. Le sujet est presque tabou au Maroc, mais la parole se libère de plus en plus.

« Épouse-moi sans dot » : un hashtag qui fait polémique au Maroc

Le hashtag « Épouse-moi sans dot » qui s’est rapidement répandu sur les réseaux sociaux ces derniers jours, a suscité une avalanche de réactions au Maroc. Alors que certains internautes adhèrent à l’idée, d’autres la réprouvent fortement.

Maroc : il tue son père pour des cigarettes

Drame dans la commune d’Ait Amira. Un jeune homme a donné un coup de couteau mortel à son père après que ce dernier a refusé de lui donner de l’argent pour acheter un paquet de cigarettes.

Maroc : Abdelali Hamieddine, ancien parlementaire, condamné pour meurtre

La Cour d’appel de Fès a rendu son verdict dans l’affaire de l’ex-parlementaire Abdelali Hamieddine, qui vient d’être condamné à une peine de 3 ans de prison ferme.

Maroc : crise du célibat féminin

Au Maroc, le nombre de femmes célibataires ne cesse d’accroître, avec pour conséquence la chute du taux de natalité. Quelles en sont les causes ?

Maroc : les femmes divorcées appellent à la levée de la tutelle du père

Avant l’établissement de tout document administratif pour leurs enfants, y compris la carte d’identité nationale, les femmes divorcées au Maroc doivent avoir l’autorisation du père. Elles appellent à la levée de cette exigence dans la réforme du Code...

Vers une révolution des droits des femmes au Maroc ?

Le gouvernement marocain s’apprête à modifier le Code de la famille ou Moudawana pour promouvoir une égalité entre l’homme et la femme et davantage garantir les droits des femmes et des enfants.

Code de la famille : les féministes marocaines face à l’opposition de Benkirane

Le secrétaire général du Parti justice et développement (PJD), Abdelilah Benkirane, a vivement critiqué le mouvement féministe qui milite pour l’égalité des sexes dans le cadre de la réforme du Code de la famille, estimant que son combat vise à...