Une bonne nouvelle pour Dr Hassan Tazi ?

25 septembre 2023 - 11h00 - Maroc - Ecrit par : S.A

Le célèbre chirurgien esthétique, Dr Hassan Tazi, propriétaire de la clinique Chifaa, incarcéré pour notamment traite d’êtres humains, abus de faiblesse et escroquerie pourrait bientôt sortir de prison. C’est la porte qu’entrouvre l’audition d’un témoin mais aussi la non-prise en considération d’un certain nombre de procès-verbaux, jugés comme étant nuls et non avenus.

Il ressort de l’audition par la Chambre criminelle de la responsable du service de facturation de la clinique, également poursuivie dans cette affaire, mais en état de liberté que les facturations de certaines opérations chirurgicales identifiées n’avaient pas été falsifiées. Il n’existe non plus aucune preuve confirmant que Dr Hassan Tazi et ses éventuels complices surfacturaient des interventions de chirurgie esthétique, suite à des aides accordées à des personnes économiquement vulnérables, fait savoir le quotidien arabophone Al Akhbar. Selon les explications du comité de défense du chirurgien, la tarification des actes médicaux est établie selon les directives de l’Agence nationale de la couverture médicale.

À lire : Des témoins convoqués dans l’affaire Hassan Tazi

Un certain nombre de procès-verbaux, considérés comme étant nuls et non avenus, ne seront pas pris en considération au cours du procès, fait savoir l’un des avocats du prévenu, ce qui induit l’allègement des charges qui pèsent sur Dr Hassan Tazi. Le comité de défense du docteur Tazi, ainsi que les autres personnes poursuivies dans cette affaire ont désormais bon espoir que la Cour d’appel de Casablanca va prononcer un jugement en leur faveur, mardi 26 septembre.

À lire :Dr Hassan Tazi reste en prison

Dr Tazi, son frère, son épouse et cinq autres personnes sont accusés séparément de traite d’êtres humains, exploitation de la vulnérabilité des personnes à des fins commerciales, escroquerie envers des bienfaiteurs qui agissaient de bonne foi, falsification de factures de traitement et de dossiers médicaux, exploitation de mineurs souffrant de maladie chronique, faux et usage de faux et constitution d’une bande criminelle. La chambre pénale de première instance de la cour d’appel à Casablanca avait rejeté le 13 avril leur demande de mise en liberté provisoire.

Sujets associés : Droits et Justice - Prison - Escroquerie - Hassan Tazi

Aller plus loin

Hassan Tazi de retour devant la cour d’appel de Casablanca

Le célèbre chirurgien esthétique Dr. Hassan Tazi, propriétaire de la clinique Chifaa, incarcéré à la prison d’Oukacha pour notamment traite d’êtres humains et abus de faiblesse,...

Nouveau rebondissement dans l’affaire Hassan Tazi

Plusieurs témoins ont été auditionnés vendredi devant la cour d’appel de Casablanca dans le cadre du procès de l’affaire dite Dr. Hassan Tazi, du nom du célèbre chirurgien...

Le chirurgien Hassan Tazi ne s’est pas suicidé en prison

Les rumeurs selon lesquelles le chirurgien El Hassan Tazi, incarcéré à la prison d’Oukacha pour notamment traite d’êtres humains et d’escroquerie, tenterait de se suicider sont...

Des témoins convoqués dans l’affaire Hassan Tazi

Le procès de Dr Hassan Tazi, propriétaire de la clinique Chifaa, incarcéré pour notamment traite d’êtres humains et abus de faiblesse, devant la chambre des crimes financiers de...

Ces articles devraient vous intéresser :

Vers une révolution des droits des femmes au Maroc ?

Le gouvernement marocain s’apprête à modifier le Code de la famille ou Moudawana pour promouvoir une égalité entre l’homme et la femme et davantage garantir les droits des femmes et des enfants.

Un ancien ministre interdit de quitter le Maroc après ses propos sur le roi Mohammed VI

Les autorités marocaines ont interdit à l’ancien ministre Mohamed Ziane de quitter le royaume, après ses déclarations contre le roi Mohammed VI dont il dénonçait l’absence prolongée.

Enfants hors mariage : « la fête d’une nuit est à payer pendant 21 ans »

Comme pour les couples mariés, les enfants nés hors mariage au Maroc seront pris en charge par les parents. Une disposition est prévue dans le nouveau Code pénal pour reconnaitre leur droit, a annoncé le ministre de la Justice Abdellatif Ouhabi.

Accusé de viol, Achraf Hakimi se sent « trompé et piégé », selon ses proches

Achraf Hakimi a été mis en examen vendredi pour viol. Le défenseur marocain du Paris Saint-Germain (PSG), qui nie les faits, est soutenu par sa famille et son club. Selon ses proches, il dit se sentir « trompé ».

Mohamed Ihattaren rattrapé par la justice

Selon un média néerlandais, Mohamed Ihattaren aurait des démêlés avec la justice. Le joueur d’origine marocaine serait poursuivi pour agression et tentative d’incitation à la menace.

Affaire "Hamza Mon Bébé" : Dounia Batma présente de nouvelles preuves

La chanteuse marocaine Dounia Batma confie avoir présenté de nouveaux documents à la justice susceptibles de changer le verdict en sa faveur.

Réaction de la mère d’Achraf Hakimi après les accusations de viol

La mère du latéral droit marocain du PSG, Achraf Hakimi, a réagi aux accusations de viol portées par une femme de 24 ans contre son fils. Cette semaine, le joueur a été mis en examen par la justice.

Maroc : révocation en vue des députés poursuivis par la justice

Les députés poursuivis par la justice pour détournement ou dilapidation de fonds au Maroc pourraient être déchus de leurs mandats. La Chambre des représentants s’apprête à voter des amendements dans ce sens.

Affaire de viol : Achraf Hakimi devant le juge

L’international marocain du Paris Saint-Germain, Achraf Hakimi, a eu affaire à la justice ce vendredi matin, en lien avec une accusation de viol portée contre lui.

La justice confirme l’amende de 2,5 milliards de dirhams contre Maroc Telecom

Le recours de Maroc Telecomcontre la liquidation de l’astreinte imposée par l’agence nationale de régulation des télécommunications (ANRT), a été rejeté par la cour d’appel de Rabat.