Nouveau report du procès de la youtubeuse Fatiha et son mari

20 octobre 2022 - 19h00 - Maroc - Ecrit par : G.A

Le tribunal de première instance de Témara a décidé une nouvelle fois de reporter le procès de la youtubeuse Fatiha et son mari, poursuivis depuis le 7 octobre dernier pour atteinte à la pudeur.

À l’ouverture de l’audience de ce mercredi, l’avocat de la défense a demandé que sa cliente soit autorisée à consulter un médecin pour des raisons de santé. Selon ce dernier, la youtubeuse souffre d’une « maladie mentale » et son état exige un traitement auquel elle n’a pas accès en prison. Elle aurait soumis à plusieurs reprises la demande au directeur de l’établissement pénitentiaire sans succès.

À lire : Fatiha en prison, fin de l’umpunité pour les vidéos « rutini al yawmi » ?

Cette semaine encore, l’avocat Bouchaib Essoufi a demandé au juge la mise en liberté provisoire de ses clients pour le bien être de leurs trois enfants mineurs. Il a mis en avant la situation difficile de ces derniers qui ne doivent pas payer pour les fautes de leurs parents. La semaine dernière, le juge avait ordonné que les trois enfants soient placés sous la tutelle de leur tante. Mais pour l’avocat, cela entraînera chez eux de graves préjudices. « Dans quel état psychique ces enfants pourront-ils rejoindre un autre établissement scolaire dans une autre ville ? », a-t-il déclaré.

À lire : Détention prolongée pour la Youtubeuse Fatiha et son mari, leurs enfants placés

Le substitut du procureur considère que la défense présente un tableau trop sombre de la situation. Il souligne qu’actuellement, la meilleure chose qui puisse arriver aux enfants est de rester avec leur tante et qu’ils se trouvent dans de « bonnes conditions ». Après avoir rejeté la demande de remise en liberté provisoire, le tribunal a annoncé le report du procès pour la semaine prochaine.

À lire : « Routini al yawmi » discuté au Parlement

Fatiha et son mari risquent gros dans cette affaire, puisque les enquêtes menées ont prouvé que la blogueuse a, de façon intentionnelle, filmé des « scènes indécentes » à son domicile et aurait procédé à leur diffusion sur la plateforme YouTube. Des vidéos qui ont suscité de vives réactions sur les réseaux sociaux. Ils ont été arrêtés le 7 octobre dernier par la brigade de police de Témara.

Sujets associés : Procès - Témara - Youtube

Aller plus loin

Deux ans de prison ferme pour un couple de Youtubeurs marocains

Poursuivis par le tribunal de première instance de Témara, pour atteinte à la pudeur, la youtubeuse Fatiha et son mari ont été finalement condamnés, mercredi, à deux ans de...

La Youtubeuse marocaine "Mi Naima" au cœur d’un nouveau scandale

“Mi Naïma” fait à nouveau parler d’elle. La Youtubeuse marocaine, connue pour ses controverses, a récemment publié une vidéo dans laquelle on la voit lire certains versets du...

Maroc : une Youtubeuse en prison, sa mère en appelle au roi Mohammed VI

Le tribunal pénal de Casablanca a ordonné le placement en détention de Naïma El Jouk à la prison locale “Oukacha”. La Marocaine publiait de nombreuses vidéos personnelles,...

Une influenceuse marocaine risque des ennuis après s’être moquée du Coran

Les informations selon lesquelles « Mi Naima, Youtubeuse marocaine, connue pour ses vidéos provocantes et polémiques, est visée par une enquête après la diffusion d’une vidéo...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : les avertissements de la DGI aux influenceurs

Les influenceurs marocains sont sommés par la Direction générale des impôts (DGI) de déclarer leurs revenus et de payer leurs impôts. Ils ont reçu des lettres de relance, certainement le dernier avertissement avant la phase de répression.

Les influenceurs marocains traqués par le Fisc

Les influenceurs marocains sont dans le viseur de la direction générale des impôts, qui a déployé de grands moyens pour lutter contre la fraude et la sous-déclaration.

"YouTube", l’autre source de revenus des artistes marocains

De nombreux artistes marocains se tournent vers la plateforme YouTube qui est devenu un moyen pour eux de gagner de l’argent et d’éviter la marginalisation.

YouTube : des Marocains gagnent jusqu’à 100 000 dirhams par mois, le fisc en alerte

Au Maroc, les services de la Direction générale des impôts (DGI) ont adressé un avis aux influenceurs, des youtubeurs et aux créateurs de contenus pour les appeler à déclarer leurs revenus et à payer leurs impôts.

La Youtubeuse marocaine "Mi Naima" au cœur d’un nouveau scandale

“Mi Naïma” fait à nouveau parler d’elle. La Youtubeuse marocaine, connue pour ses controverses, a récemment publié une vidéo dans laquelle on la voit lire certains versets du Coran de manière désinvolte. La vidéo a suscité la colère des internautes.