Détention prolongée pour la Youtubeuse Fatiha et son mari, leurs enfants placés

14 octobre 2022 - 12h01 - Maroc - Ecrit par : G.A

Le tribunal de première instance de Témara a décidé de reporter au 19 octobre prochain le procès de la youtubeuse Fatiha et son mari, poursuivis pour attentat à la pudeur. Il a par la même occasion, rejeté la demande de mise en liberté provisoire déposée par la défense des deux accusés.

La youtubeuse Fatiha et son mari reste en détention. Devenue célèbre via des vidéos publiées sur YouTube dénommée sur routine quotidienne (Routini al Yaoumi), Fatiha a été arrêtée, de même que son époux, le 7 octobre dernier par la brigade de police de Témara. Ils sont poursuivis pour « outrage public à la pudeur, mauvais exemple pour les enfants et incitation à commettre des délits ».

À lire : Fatiha en prison, fin de l’umpunité pour les vidéos « rutini al yawmi » ?

Lors de l’audience du mercredi dernier, le tribunal a demandé le placement des enfants du couple (3 enfants âgés de 4, 12 et 15 ans) dans une institution de bienfaisance, en raison de la détention prolongée de leurs parents.

À lire : « Routini al yawmi » discuté au Parlement

L’affaire de la youtubeuse marocaine remonte à la semaine dernière. Alors que malgré la polémique, elle a pu diffuser ses vidéos pendant de nombreux mois, Fatiha a été vivement critiquée après la publication d’une vidéo décrite par les internautes comme « dégoutante », « honteuse », de « mauvais goût », « profondément répugnante » et contraire aux bonnes mœurs. 

Sujets associés : Procès - Témara - Prison - Youtube

Aller plus loin

Fatiha en prison, fin de l’umpunité pour les vidéos « rutini al yawmi » ?

La blogueuse Fatiha « ma routine quotidienne » et son mari ont été arrêtés et placés en «  détention provisoire  » pour atteinte à la morale et à la pudeur. Ils comparaitront...

Parti pour porter plainte contre Sofia Taloni pour diffamation, il se retrouve poursuivi

Parti pour porter plainte à la police contre Sofia Taloni, une femme transgenre, véritable star sur la toile, pour diffamation, Abdelatif, jeune étudiant en art dramatique, se...

« Routini al yawmi » discuté au Parlement

La question liée à la régulation des contenus sur les réseaux sociaux était au cœur de la session des questions orales tenue lundi et au cours de laquelle, le ministre de la...

Des messages sur Facebook les envoient en prison

Deux individus dont un influent homme d’affaires ont été placés en détention suite à une affaire de diffamation de personnalités publiques via les réseaux sociaux à Tétouan.

Ces articles devraient vous intéresser :

La Youtubeuse marocaine "Mi Naima" au cœur d’un nouveau scandale

“Mi Naïma” fait à nouveau parler d’elle. La Youtubeuse marocaine, connue pour ses controverses, a récemment publié une vidéo dans laquelle on la voit lire certains versets du Coran de manière désinvolte. La vidéo a suscité la colère des internautes.

Les influenceurs marocains traqués par le Fisc

Les influenceurs marocains sont dans le viseur de la direction générale des impôts, qui a déployé de grands moyens pour lutter contre la fraude et la sous-déclaration.

YouTube : des Marocains gagnent jusqu’à 100 000 dirhams par mois, le fisc en alerte

Au Maroc, les services de la Direction générale des impôts (DGI) ont adressé un avis aux influenceurs, des youtubeurs et aux créateurs de contenus pour les appeler à déclarer leurs revenus et à payer leurs impôts.

"YouTube", l’autre source de revenus des artistes marocains

De nombreux artistes marocains se tournent vers la plateforme YouTube qui est devenu un moyen pour eux de gagner de l’argent et d’éviter la marginalisation.

Maroc : les avertissements de la DGI aux influenceurs

Les influenceurs marocains sont sommés par la Direction générale des impôts (DGI) de déclarer leurs revenus et de payer leurs impôts. Ils ont reçu des lettres de relance, certainement le dernier avertissement avant la phase de répression.