Conseil MRE, les consultations engagées

5 décembre 2006 - 17h42 - Maroc - Ecrit par : L.A

Partager avec Whasapp Partager avec Telegram

Le Conseil consultatif des droits de l’homme a réunit ses membres le 4 décembre dernier en plénière à Rabat. Une 26ème session ordinaire, mais qui a une consonance particulière. Le rendez-vous de ce lundi, 4 décembre, qui boucle la série des rencontres périodiques du Conseil, intervient au moment où ses membres arrivent au terme de leur mandat. Ils ont été installés au mois de décembre 2004. Un mandat, il faut le rappeler, théoriquement reconductible.

De fait, les regards se tournent vers l’institution qui a été investie, au mois de novembre dernier, de la charge supplémentaire d’engager les consultations et de préparer un avis au sujet du Conseil supérieur des MRE.

Les deux questions n’étant pas forcément liées, les observateurs s’interrogent pourtant sur la nouvelle composition et les rapports futurs entre les deux entités. Le CCDH, qui a vu ses prérogatives s’élargir au gré d’un vaste chantier de restructuration, bouclé en 2001, compte parmi ses membres actuels deux personnes choisies parmi la communauté des Marocains résidents à l’étranger. Il s’agit en l’occurrence du peintre Mehdi Qotbi et du sociologue Driss Ajbali.

Conseil MRE, les consultations engagées

Une commission ad hoc a été, par ailleurs, mise sur pied qui traite spécifiquement de la question des MRE. Elle a, notamment, planché sur la préparation d’un rapport sur la question qui attend toujours publication.

Il a été clairement défini que le choix du CCDH, pour mener les consultations au sujet du Conseil des MRE, a été guidé par un souci d’indépendance et de transparence du procès. Il est évident que l’action menée par l’entité - dans sa nouvelle composition - a joué en sa faveur. Les observateurs avertis ne manquent pas de noter le dynamisme de la structure en dépit de quelques défaillances. Le premier reproche porte sur la dominance du dossier de la réparation des violations passées des droits de l’homme sur tous les autres. Le CCDH ayant été chargé officiellement, le 6 janvier 2006, d’assurer la mise en oeuvre des recommandations de l’Instance équité et réconciliation. Un dossier dont la gestion est loin d’être aisée. Les critiques, faites ici et là, n’escamotent pas l’avis majoritaire sur le salut de cette action.

A l’heure d’un premier bilan, cette réalité est mise en avant par les propres membres du CCDH, bousculés à l’évidence par un agenda chargé. En témoigne l’ordre du jour de cette 26e session appelée à se pencher à la fois sur l’examen du rapport sur la situation des droits de l’homme pour l’année 2005, et sur le dossier de suivi des recommandations IER. Mais le moment fort de cette journée est la présentation pour validation du plan national pour la promotion des droits de l’homme.

C’est sur ce sujet, en particulier, que le CCDH, que préside Driss Benzekri, est fortement attendu. Une large concertation a été menée auprès des intervenants dans le domaine des droits de l’homme pour mettre sur pied le projet. Tous ceux-là attendent ce qu’il en sortira aujourd’hui. L’initiative s’étant fixé des objectifs ambitieux comme celui de faire le diagnostic de l’état des droits de l’homme au Maroc, la mise en valeur des besoins sectoriels, la détermination des grandes priorités ainsi que des propositions à moyen et long termes dans les trois domaines des droits de l’homme (éducation, formation et sensibilisation). C’est donc un projet central qui déterminera les choix et les actions futurs en la matière. Installer une culture des droits de l’homme étant le défi majeur.

L’Economiste - Khadija Ridouane

Sujets associés : Vote MRE - Conseil consultatif des droits de l’homme - MRE

Suivez Bladi.net sur Google News

Nous vous recommandons

Vote MRE

Écartés des élections 2021, les MRE appellent le Roi à la rescousse

Lâchés par la plupart des partis politiques, les Marocains du Monde constatent avec surprise leur mise à l’écart des prochaines échéances électorales. Face à cette situation, la coordination des partis politiques à l’étranger sollicite l’intervention...

Elections : les Marocains du Monde tiennent à leur droit constitutionnel

La participation des Marocains du Monde aux élections est un « droit constitutionnel, nécessitant des garanties juridiques pour la pratique de ce droit », a revendiqué Abdellah Boussouf, le secrétaire général du Conseil de la communauté marocaine à...

Les députés disent non à la participation des MRE aux prochaines législatives

Les Marocains résidant à l’étranger (MRE) ne participeront pas aux prochaines élections législatives. Ainsi en ont décidé les députés qui ont largement voté contre l’amendement présenté par le parti Istiqlal.

Exclus des élections, les MRE plaident pour l’arbitrage du roi Mohammed VI

La Coordination des représentants des partis politiques marocains à l’étranger déplore l’exclusion des Marocains du monde des prochaines élections. Elle compte désormais sur l’arbitrage du roi Mohammed VI.

Droit de vote des MRE : plaidoyer et propositions du mouvement « Maan, koulchi moumkine »

Le mouvement « Maan, koulchi moumkine » (Ensemble, tout est possible), a fait un plaidoyer en faveur du droit de vote des Marocains résidant à l’étranger (MRE), sans manquer d’apporter des solutions.

Conseil consultatif des droits de l’homme

Maroc : 2000 déclarations à la CNSS pour les travailleurs domestiques

Quelque 2228 déclarations et 2574 contrats de travail ont été enregistrées par la CNSS depuis le mois d’août dernier, date d’entrée effective de la loi sur les travailleurs domestiques.

MRE

Nice : en service dans une église, un ancien musulman reconverti catholique sous la menace d’un licenciement

En service à l’église du Vœu situé au bord de la Promenade du Paillon à Nice, Christophe, ancien musulman reconverti catholique d’origine marocaine, dit être menacé d’un licenciement parce qu’il a refusé de faire la volonté du père Frédéric Sangès,...

Marhaba 2022 : le secteur du transport prêt pour les Marocains du monde

Le gouvernement affirme avoir pris toutes les dispositions nécessaires en matière de transport pour assurer le bon déroulement de l’opération Marhaba 2022, lancée il y a quelques jours.

Espagne : une Marocaine laisse mourir de faim son bébé de 18 mois

Pour avoir abandonné son enfant pendant 1 mois, le ministère public a requis 21 ans de prison contre une maman marocaine à Malaga. La petite Camelia, 18 mois à peine, est morte de déshydratation et de malnutrition.

Un MRE peut-il prêter sa voiture au Maroc ?

Parmi les nouveautés du Guide de la douane marocaine à destination des Marocains du Monde, l’une se trouve en rapport avec le véhicule accepté dans le cadre de la procédure dite d’Admission temporaire (AT).

Des Marocains interdits d’accès en Espagne

Malgré un visa Schengen et les documents justifiant de l’objet et des conditions de voyage, des voyageurs marocains ont été interdits d’accès au territoire espagnol. L’incident a eu lieu en début de semaine à l’aéroport international de Barcelone-El Prat.