Abdellatif Ouahbi, fake news et accident

22 mai 2021 - 15h00 - Maroc - Ecrit par : A.P

Le Parti authenticité et modernité (PAM) a expliqué que les informations et photos d’un accident publiées sur les réseaux sociaux, n’ont aucun rapport avec celui dont a été victime mercredi soir, son secrétaire général qui se porte d’ailleurs bien.

Le PAM s’est fendu d’un communiqué pour donner des détails sur les circonstances de l’accident dont a été victime Me Abdellatif Ouahbià Rabat, déplorant les fake news et photos publiées sur les réseaux sociaux au sujet de cet accident. Ces informations mensongères n’ont d’autre but que de nuire à l’image et à la bonne réputation du parti et à celle de son secrétaire général, a ajouté le parti dans son communiqué.

Me Ouahbi, de son côté, a rassuré l’opinion publique sur son état de santé. Le secrétaire général du PAM a indiqué qu’il s’en est sorti avec une légère blessure à l’épaule et précisé qu’il était présent à son poste de travail vendredi matin.

Sujets associés : Accident - Parti Authenticité et Modernité (PAM) - Abdellatif Ouahbi

Aller plus loin

Abdellatif Ouahbi victime d’un accident de la circulation

Le secrétaire général du Parti authenticité et modernité (PAM), Abdellatif Ouahbi a été victime d’un accident de la circulation survenu jeudi 20 mai à Rabat. Il s’en est sorti...

Ces articles devraient vous intéresser :

Blanchiment d’argent : des notaires, avocats et adouls marocains sanctionnés

Des campagnes d’inspection et de contrôle menées par un comité spécial du ministère de la Justice ont révélé l’implication de notaires, d’avocats et d’adouls dans des réseaux de blanchiment d’argent.

Maroc : un ministre veut des toilettes pour femmes dans les tribunaux

Le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, s’est indigné face à l’absence de toilettes pour les femmes dans les tribunaux, ce qui selon lui constitue un « véritable problème » pour les détenues.

Maroc : le registre national des mariés bientôt disponible

Dans quelques jours, le ministère de la Justice marocain va procéder au lancement du registre national des mariés dans le but de mettre fin aux infractions constatées dans le domaine.

Réforme du Code pénal au Maroc : un ancien prédicateur salafiste à la rescousse

L’ancien prédicateur salafiste, Abdelwahab Rafiki, plus connu sous le nom d’Abou Hafs, est dorénavant conseiller du ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, selon une source proche du ministère.

Le Maroc s’inquiète de « l’influence croissante des homosexuels »

Abdellatif Ouahbi, ministre de la Justice et secrétaire général du Parti authenticité et modernité (PAM), s’est exprimé une fois de plus sur l’homosexualité. Au Maroc, les pratiques homosexuelles restent punies par la loi.

Qu’est ce qui explique l’augmentation des divorces au Maroc ?

Les cas de divorce se sont envolés ces deux dernières années au Maroc. Rien qu’en 2021, près de 27 000 divorces ont été enregistrés. Pour le ministre de la Justice, cela s’explique par une prise de conscience des couples sur la nécessité de mettre fin...

Maroc : vers l’égalité des sexes dans les contrats de mariage

Le ministre marocain de la Justice, Abdellatif Ouahbi, a réaffirmé son engagement en faveur de l’égalité entre les sexes lors de la conclusion de contrats de mariage et autres actes juridiques.

Enfants hors mariage : « la fête d’une nuit est à payer pendant 21 ans »

Comme pour les couples mariés, les enfants nés hors mariage au Maroc seront pris en charge par les parents. Une disposition est prévue dans le nouveau Code pénal pour reconnaitre leur droit, a annoncé le ministre de la Justice Abdellatif Ouhabi.

Maroc : le débat sur l’interdiction de TikTok s’invite au parlement

Plusieurs députés marocains appellent à l’interdiction de TikTok au Maroc. Ils s’inquiètent de la qualité des contenus publiés sur ce réseau social chinois qui, selon eux, constitue un danger pour la jeunesse.

Réforme du Code de la famille au Maroc : Abdelilah Benkirane menace

Le secrétaire général du PJD, Abdelilah Benkirane, relance le débat sur la réforme de la Moudawana et du Code pénal, en promettant des actions fortes si le ministre de la Justice y introduit des amendements qui portent atteinte à la cellule familiale.