Vers un basculement du PJD dans l’opposition ?

24 mai 2021 - 18h00 - Maroc - Ecrit par : S.A

En difficulté sur l’échiquier politique national, le Parti de la justice et du développement (PJD) pourrait basculer dans l’opposition à l’issue des prochaines législatives. Son secrétaire général, Saâdeddine El Othmani annonce la couleur.

À quelques mois des législatives 2021, le ciel s’assombrit pour le PJD. Le parti islamiste redoute la débâcle et se prépare à toutes éventualités. Sur le terrain, il travaille déjà sur son probable retour dans l’opposition aussi bien au niveau parlementaire qu’à l’échelle des collectivités territoriales, rapporte Al Ahdath Al Maghribia. Le secrétaire général du parti la lampe a donné le ton lors d’une réunion le 22 mai dernier. Saâdeddine El Othmani a préparé la psychologie des responsables locaux du parti à cette éventualité.

Plusieurs facteurs amènent le parti à se pencher sur cette option. Après deux mandats au pouvoir, la cote de popularité du PJD a chuté, les divisions s’aggravent au sein du parti, et bon nombre de cadres refusent de se présenter au scrutin du 8 septembre. À ces facteurs s’ajoutent le changement du mode de calcul du quotient électoral et la suppression du seuil électoral.

El Othmani a d’ailleurs réaffirmé la position de son parti sur cette réforme des lois électorales. «  Le PJD s’oppose, et continuera à le faire, à l’abolition du seuil électoral et au nouveau quotient électoral qu’il considère comme antidémocratique  », a-t-il martelé. Aux yeux du patron du PJD, il s’agit «  d’une opération de balkanisation sans précédent de la scène politique  ».

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Elections - Parti de la Justice et du Développement (PJD) - Saâdeddine El Othmani

Aller plus loin

Le PJD maintient son opposition au nouveau quotient électoral

Le Parti justice et développement (PJD) a réaffirmé son opposition au nouveau quotient électoral. Cette nouvelle réaction fait suite à une décision de la Cour constitutionnelle.

Hamid Chabat ne veut pas de PJD à la tête du pays

L’ancien secrétaire général du parti de l’Istiqlal, Hamid Chabat, après une longue période d’absence au parlement et sur la scène politique, avertit qu’en cas de « victoire du...

Vote sanction pour le syndicat du PJD aux élections professionnelles

L’Union nationale du travail au Maroc (UNTM), bras syndicat du Parti de la justice et du développement (PJD) subit un lourd revers aux élections professionnelles.

Quotient électoral : le PJD crie au favoritisme

La bataille pour les législatives et les locales a démarré au Parlement. Remettant en cause le quotient électoral voté par la majorité des élus, le Parti justice et...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : les réformes des lois sur les libertés individuelles passent mal

Les réformes des lois sur les libertés individuelles initiées par le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi sont loin de faire l’unanimité. Après le parti de la justice et du développement (PJD), parti de l’opposition, c’est au tour du parti de la...

Abdelilah Benkirane met en garde contre le capitalisme occidental

Le secrétaire général du Parti Justice et développement (PJD), Abdelilah Benkirane, a dénoncé le capitalisme occidental qui, à terme, nuira au peuple et à l’économie marocaine.

Jamaa Mouatassim démissionne du PJD, crise au sein de la formation islamiste

Le secrétaire général du Parti de la Justice et du développement (PJD), Jamaa Mouatassim, a démissionné vendredi du bureau du parti, après les rumeurs affirmant qu’il serait le conseiller politique d’Aziz Akhannouch, le chef du gouvernement.

Le PJD exprime son regret après la mise en garde du Cabinet royal

Le Parti Justice et Développement (PJD) est sorti de son silence après avoir été recadré par le Cabinet royal au sujet des relations du Maroc avec Israël. Dans un communiqué signé par son secrétaire général, Abdelilah Benkirane, le parti a exprimé son...

Maroc : la réforme du Code de la famille fait toujours jaser

La réforme du Code de la famille a du mal à passer au Maroc. Face aux conservateurs et chefs religieux, le gouvernement n’arrive pas encore à trouver la bonne formule pour mettre fin aux discriminations envers les femmes en matière de succession, à la...

Maroc : les démolitions sur les plages sont elles légales ?

Abdelouafi Laftit, ministre de l’Intérieur a été interpellé par Abdellah Bouanou, président du groupe parlementaire du Parti de la Justice et du Développement (PJD), sur le respect de la loi dans le processus de démolition de plusieurs résidences...

La mise en garde d’Abdelilah Benkirane à Aziz Akhannouch

Abdelilah Benkirane, secrétaire général du parti de la justice et du développement (PJD) a poussé un coup de gueule contre le gouvernement d’Aziz Akhannouch. Il l’a par ailleurs mis en garde contre l’éventualité d’un déclenchement des manifestations...

Code de la famille : les féministes marocaines face à l’opposition de Benkirane

Le secrétaire général du Parti justice et développement (PJD), Abdelilah Benkirane, a vivement critiqué le mouvement féministe qui milite pour l’égalité des sexes dans le cadre de la réforme du Code de la famille, estimant que son combat vise à...

Maroc : la fumée de la chicha empoisonne l’école

Touria Afif, membre du groupe parlementaire du Parti de la Justice et du Développement (PJD), a interpellé le ministre de l’Intérieur et celui de l’Éducation nationale sur la prolifération des cafés à chicha à proximité des écoles au Maroc et plus...

Le PJD en colère contre le nouveau Code de la famille

Le parti de la justice et du développement (PJD) dirigé par Abdelilah Benkirane, affiche son opposition à la réforme du Code de la famille. Du moins, pour certaines propositions.