Le PJD maintient son opposition au nouveau quotient électoral

13 avril 2021 - 12h40 - Maroc - Ecrit par : S.A

Le Parti justice et développement (PJD) a réaffirmé son opposition au nouveau quotient électoral. Cette nouvelle réaction fait suite à une décision de la Cour constitutionnelle.

Le PJD perd définitivement une bataille. Les trois lois modifiant respectivement la loi organique relative à la Chambre des représentants, celle relative à la Chambre des conseillers et celle relative à l’élection des collectivités territoriales ont été validées par la Cour constitutionnelle. La Cour vient ainsi de débouter le parti de lampe.

Dans un communiqué, le parti islamiste a indiqué que l’adoption du quotient électoral sur la base des électeurs inscrits est « un choix antidémocratique » et contraire à toutes les règles à la base du choix démocratique. Ce nouveau quotient électoral porte « atteinte aux institutions élues et les rend incapables d’exprimer véritablement la volonté générale de la nation, qui résulte d’un vote libre et juste exprimé à travers la participation au scrutin », dénonce le PJD, ajoutant que ce quotient électoral contribuera à aggraver encore plus l’abstention au lieu de renforcer la confiance des citoyens en les élections et en les institutions élues.

« L’adoption du quotient électoral sur la base des inscrits constitue un recul édicté par des motifs politiques visant à plafonner les résultats électoraux et à répartir de manière égale les sièges entre tous », dénonce encore le parti de Saâdeddine El Othmani, faisant remarquer que ce quotient met à mal le caractère concurrentiel et politique des élections et leur rôle de responsabilisation des partis politiques. Le PJD ajoutera par ailleurs que ce quotient « contribuera à l’affaiblissement de l’action des institutions et à les rendre incapables de remplir leurs rôles constitutionnels et juridiques et de remplir, notamment, leur fonction de développement ».

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Elections - Parti de la Justice et du Développement (PJD) - Saâdeddine El Othmani

Aller plus loin

Vers un basculement du PJD dans l’opposition ?

En difficulté sur l’échiquier politique national, le Parti de la justice et du développement (PJD) pourrait basculer dans l’opposition à l’issue des prochaines législatives. Son...

Le roi Mohammed VI limite la visibilité médiatique des ministres

Le chef du gouvernement, Saad Dine El Otmani, a fait part aux ministres de nouvelles instructions du roi Mohammed VI à l’approche de la fin du mandat de l’équipe gouvernementale.

Cherche-t-on à tuer le PJD ?

Le Parti de la justice et du développement (PJD) a peu de chances de s’imposer à la tête d’un gouvernement à l’issue des prochaines élections législatives. En cause, la nouvelle...

Maroc : le quotient électoral validé, le PJD grand perdant

La Cour constitutionnelle vient de débouter le PJD en validant le nouveau quotient électoral. Cette décision, intervenue jeudi 8 avril 2021, constitue le dernier recours...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le PJD exprime son regret après la mise en garde du Cabinet royal

Le Parti Justice et Développement (PJD) est sorti de son silence après avoir été recadré par le Cabinet royal au sujet des relations du Maroc avec Israël. Dans un communiqué signé par son secrétaire général, Abdelilah Benkirane, le parti a exprimé son...

Le PJD en colère contre le nouveau Code de la famille

Le parti de la justice et du développement (PJD) dirigé par Abdelilah Benkirane, affiche son opposition à la réforme du Code de la famille. Du moins, pour certaines propositions.

Code de la famille : les féministes marocaines face à l’opposition de Benkirane

Le secrétaire général du Parti justice et développement (PJD), Abdelilah Benkirane, a vivement critiqué le mouvement féministe qui milite pour l’égalité des sexes dans le cadre de la réforme du Code de la famille, estimant que son combat vise à...

Abdelkader Amara claque la porte du PJD, voici pourquoi

Abdelkader Amara n’est plus membre du parti de la justice et du développement (PJD). Lundi, l’ancien ministre de l’Équipement, du Transport, de la Logistique et de l’Eau a annoncé sa démission du parti islamiste après une réflexion sur ce que...

Maroc : les réformes des lois sur les libertés individuelles passent mal

Les réformes des lois sur les libertés individuelles initiées par le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi sont loin de faire l’unanimité. Après le parti de la justice et du développement (PJD), parti de l’opposition, c’est au tour du parti de la...

Abdelilah Benkirane met en garde contre le capitalisme occidental

Le secrétaire général du Parti Justice et développement (PJD), Abdelilah Benkirane, a dénoncé le capitalisme occidental qui, à terme, nuira au peuple et à l’économie marocaine.

Le PJD évoque un lien entre le séisme et les péchés collectifs du Maroc

Le Parti de la Justice et du Développement (PJD) s’est exprimé sur le puissant et dévastateur tremblement de terre du 8 septembre qui a endeuillé le Maroc et a lancé un appel aux Marocains. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que cela ne devrait...

Jamaa Mouatassim démissionne du PJD, crise au sein de la formation islamiste

Le secrétaire général du Parti de la Justice et du développement (PJD), Jamaa Mouatassim, a démissionné vendredi du bureau du parti, après les rumeurs affirmant qu’il serait le conseiller politique d’Aziz Akhannouch, le chef du gouvernement.

Maroc : les démolitions sur les plages sont elles légales ?

Abdelouafi Laftit, ministre de l’Intérieur a été interpellé par Abdellah Bouanou, président du groupe parlementaire du Parti de la Justice et du Développement (PJD), sur le respect de la loi dans le processus de démolition de plusieurs résidences...

Réforme du Code de la famille au Maroc : Abdelilah Benkirane menace

Le secrétaire général du PJD, Abdelilah Benkirane, relance le débat sur la réforme de la Moudawana et du Code pénal, en promettant des actions fortes si le ministre de la Justice y introduit des amendements qui portent atteinte à la cellule familiale.