Élections 2021 au Maroc : le PJD en mal de candidats

18 mai 2021 - 16h00 - Maroc - Ecrit par : J.K

Pour les prochaines élections prévues le 8 septembre prochain au Maroc, les leaders du Parti de la Justice et du Développement (PJD) ont du mal à recruter. Actuellement, les candidats ne se bousculent pas, donnant de l’insomnie au Conseil du PJD.

Bien que le parti dispose de plusieurs figures bien connues, nul n’a encore déposé sa candidature pour les prochaines élections, a déclaré à Al Ahdath Al Maghribia, un haut cadre du PJD ayant requis l’anonymat. Ainsi, les prochaines élections risquent de se dérouler sans la participation des grands candidats du PJD si rien n’est fait. Récemment, plusieurs hauts cadres du parti dont des ministres, des présidents de collectivités territoriales et autres se sont retirés du parti.

Toutefois, leur départ de la formation politique pourrait être dû aux pressions exercées sur eux, a avancé le quotidien, sans pour autant expliquer la raison de ces pressions et leurs origines. Mais, vu que ces départs ne sont pas encore officiels, le PJD pourrait précipiter les démarches au niveau central afin de convaincre les leaders du Parti à se présenter aux prochains scrutins.

Par ailleurs, les procédures « utopiques » dont le PJD se vantait, semblent révéler les insuffisances du parti surtout avec le nouveau quotient électoral fondé sur le nombre des inscrits sur les listes électorales et non sur le nombre de voix obtenues. Face à cette situation, au cours de sa récente session, le Conseil national du PJD présidé par Driss El Azami El Idrissi, a supprimé plusieurs recommandations du comité des règles et des règlements, étant donné qu’ils n’ont pas grande importance pour les prochaines élections, a ajouté la même source, précisant que cela pourrait également limiter la compétitivité du parti qui veut remporter un troisième mandat à la tête du gouvernement.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Elections - Parti de la Justice et du Développement (PJD)

Aller plus loin

Les raisons de la suppression de certains membres du PJD des listes électorales

La suppression de plusieurs membres de partis politiques des listes électorales n’est pas du goût de certains organes et membres du Parti de la justice et du développement (PJD)...

Le PJD maintient son opposition au nouveau quotient électoral

Le Parti justice et développement (PJD) a réaffirmé son opposition au nouveau quotient électoral. Cette nouvelle réaction fait suite à une décision de la Cour constitutionnelle.

Miriam Peretz, native du Maroc, part favorite à la présidentielle israélienne

Native de Casablanca, Miriam Peretz est la candidate favorite des électeurs israéliens pour la présidentielle 2021. Isaac Herzog, ancien ministre travailliste, est son challenger.

Vote sanction pour le syndicat du PJD aux élections professionnelles

L’Union nationale du travail au Maroc (UNTM), bras syndicat du Parti de la justice et du développement (PJD) subit un lourd revers aux élections professionnelles.

Ces articles devraient vous intéresser :

Akhannouch attaque, Benkirane contre-attaque

Abdelilah Benkirane, secrétaire général du PJD et ancien chef du gouvernement a réagi aux propos du président du RNI, Aziz Akhannouch, actuel chef du gouvernement qui a accusé son parti d’avoir fait de « l’obstruction au développement » pendant dix...

Abdelkader Amara claque la porte du PJD, voici pourquoi

Abdelkader Amara n’est plus membre du parti de la justice et du développement (PJD). Lundi, l’ancien ministre de l’Équipement, du Transport, de la Logistique et de l’Eau a annoncé sa démission du parti islamiste après une réflexion sur ce que...

Maroc : les réformes des lois sur les libertés individuelles passent mal

Les réformes des lois sur les libertés individuelles initiées par le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi sont loin de faire l’unanimité. Après le parti de la justice et du développement (PJD), parti de l’opposition, c’est au tour du parti de la...

La mise en garde d’Abdelilah Benkirane à Aziz Akhannouch

Abdelilah Benkirane, secrétaire général du parti de la justice et du développement (PJD) a poussé un coup de gueule contre le gouvernement d’Aziz Akhannouch. Il l’a par ailleurs mis en garde contre l’éventualité d’un déclenchement des manifestations...

Le PJD en colère contre le nouveau Code de la famille

Le parti de la justice et du développement (PJD) dirigé par Abdelilah Benkirane, affiche son opposition à la réforme du Code de la famille. Du moins, pour certaines propositions.

Le PJD évoque un lien entre le séisme et les péchés collectifs du Maroc

Le Parti de la Justice et du Développement (PJD) s’est exprimé sur le puissant et dévastateur tremblement de terre du 8 septembre qui a endeuillé le Maroc et a lancé un appel aux Marocains. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que cela ne devrait...

Abdelilah Benkirane met en garde contre le capitalisme occidental

Le secrétaire général du Parti Justice et développement (PJD), Abdelilah Benkirane, a dénoncé le capitalisme occidental qui, à terme, nuira au peuple et à l’économie marocaine.

Le PJD exprime son regret après la mise en garde du Cabinet royal

Le Parti Justice et Développement (PJD) est sorti de son silence après avoir été recadré par le Cabinet royal au sujet des relations du Maroc avec Israël. Dans un communiqué signé par son secrétaire général, Abdelilah Benkirane, le parti a exprimé son...

Le PJD doit payer plus de 5 millions de dirhams

La Cour des comptes a récemment publié son rapport annuel sur l’audit des comptes des partis politiques pour l’année 2021. Selon ce rapport, le Parti de la justice et du développement (PJD) est en tête de liste des partis qui doivent rembourser des...

Rappel à l’ordre du cabinet royal : quelle sera la réaction du PJD ?

Jusqu’à présent, le Parti Justice et développement (PJD), dirigé par Abdelilah Benkirane, s’est gardé de tout commentaire après la mise en garde du cabinet royal, mais il pourrait réagir dans les tout prochains jours.