Élections 2021 : le PJD écarte des membres influents

3 août 2021 - 15h20 - Maroc - Ecrit par : S.A

Le Parti de la justice et du développement (PJD) a dévoilé une deuxième liste de ses candidats pour les prochaines élections. Il ressort que plusieurs membres influents ont été écartés et que bon nombre de jeunes militants et de nouvelles compétences n’ont pas été accrédités.

Mustapha Ramid, ministre d’État chargé des droits de l’Homme et des relations avec le Parlement, El Moukriî Abouzayd, député d’El Jadida, Amina Maelainine, députée de Hay Hassani à Casablanca, Mohamed Yatim élu de Sidi Bernoussi ne figurent pas sur la deuxième liste des candidats du PJD pour les prochaines élections. Ceux-ci ont été tout simplement écartés par le parti islamiste.

À lire : Les raisons de la suppression de certains membres du PJD des listes électorales

Parmi les candidats désignés pour conduire les listes de La Lampe, il y a les anciens ministres Habib Choubani et Mustapha El Khalfi qui se présenteront respectivement à Midelt et Sidi Bennour, l’ancienne ministre, Bassima El Hakkaoui à Anfa et l’actuel ministre de l’Emploi et de l’insertion sociale, Mohamed Amekraz, à Tiznit. Le maire de Meknès, Abdellah Bouanou, conduira la liste du PJD dans la même circonscription. Quant au maire de Casablanca, Abdelaziz El Omari, il se présentera à Ain Chock.

Dans la circonscription de Hay Hassani, Reda Hakim Bennani a été désigné en remplacement d’Amina Maelainine, à Sid Bernoussi, Mohamed Yatim a été remplacé par son adjoint Abdelmajid Ait Laâdila. A El Jadida, le parti a porté son choix sur Abderrahim Azmi au lieu d’El Moukriî Abouzayd. A Fès et à Sala Al Jadida, le parti islamiste n’a pas encore désigné ces candidats.

À lire : Élections 2021 au Maroc : le PJD en mal de candidats

Autres candidatures : Mustapha El Alaoui (Berchid), Rafik Oulbachir (Berkane), Jamal Massoudi (Taza), Said Al Aarabi (Taounante-Tissa), Said Chakir (El Karia-Ghafsaye), Mustapha Belfdile (Boulemane), Driss Meskine (Sefrou), Abdelmajid Mzour (Ben M’sik Sidi Othmane), Mohcine Moufidi (Moulay Rchid), El Fatmi Ramid (Al Fida Mers Sultan), Najib Bekkali (Mohammedia), Mohamed Benjelloul (Benslimane) et Mohamed Bakiri (Agadir-Ida Outanane).

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Elections - Parti de la Justice et du Développement (PJD) - Mustapha Ramid

Aller plus loin

Confrontation entre El Othmani et Benabdallah aux prochaines législatives

Le chef du gouvernement sortant, Saâdeddine El Othmani, également secrétaire général du Parti de la justice et du développement (PJD) et Nabil Benabdallah, secrétaire du Parti...

Absence de certains cadres PJD aux élections : retraite politique ou peur d’échouer ?

Plusieurs membres influents du Parti de la Justice et du Développement (PJD) ne seront pas en lice pour les prochaines législatives prévues pour septembre. Retraite politique ou...

Vague de démissions au PJD à Marrakech et région

À quelques semaines de la tenue des élections communales et législatives prévues le 8 septembre, plusieurs conseillers communaux, présidents de communes de Marrakech, Safi et...

Quotient électoral : le PJD crie au favoritisme

La bataille pour les législatives et les locales a démarré au Parlement. Remettant en cause le quotient électoral voté par la majorité des élus, le Parti justice et...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le PJD exprime son regret après la mise en garde du Cabinet royal

Le Parti Justice et Développement (PJD) est sorti de son silence après avoir été recadré par le Cabinet royal au sujet des relations du Maroc avec Israël. Dans un communiqué signé par son secrétaire général, Abdelilah Benkirane, le parti a exprimé son...

Maroc : les démolitions sur les plages sont elles légales ?

Abdelouafi Laftit, ministre de l’Intérieur a été interpellé par Abdellah Bouanou, président du groupe parlementaire du Parti de la Justice et du Développement (PJD), sur le respect de la loi dans le processus de démolition de plusieurs résidences...

Rappel à l’ordre du cabinet royal : quelle sera la réaction du PJD ?

Jusqu’à présent, le Parti Justice et développement (PJD), dirigé par Abdelilah Benkirane, s’est gardé de tout commentaire après la mise en garde du cabinet royal, mais il pourrait réagir dans les tout prochains jours.

Code de la famille : les féministes marocaines face à l’opposition de Benkirane

Le secrétaire général du Parti justice et développement (PJD), Abdelilah Benkirane, a vivement critiqué le mouvement féministe qui milite pour l’égalité des sexes dans le cadre de la réforme du Code de la famille, estimant que son combat vise à...

Le PJD en colère contre le nouveau Code de la famille

Le parti de la justice et du développement (PJD) dirigé par Abdelilah Benkirane, affiche son opposition à la réforme du Code de la famille. Du moins, pour certaines propositions.

Maroc : les réformes des lois sur les libertés individuelles passent mal

Les réformes des lois sur les libertés individuelles initiées par le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi sont loin de faire l’unanimité. Après le parti de la justice et du développement (PJD), parti de l’opposition, c’est au tour du parti de la...

Le PJD évoque un lien entre le séisme et les péchés collectifs du Maroc

Le Parti de la Justice et du Développement (PJD) s’est exprimé sur le puissant et dévastateur tremblement de terre du 8 septembre qui a endeuillé le Maroc et a lancé un appel aux Marocains. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que cela ne devrait...

Le calvaire des MRE à Casablanca dénoncé par une députée

Les Marocains résidant à l’étranger (MRE) vivent un calvaire lors de la réception des corps de leurs êtres chers, à l’aéroport international Mohammed V de Casablanca. Une députée du Parti de la Justice et du Développement (PJD) interpelle le ministre...

Réforme du Code de la famille au Maroc : Abdelilah Benkirane menace

Le secrétaire général du PJD, Abdelilah Benkirane, relance le débat sur la réforme de la Moudawana et du Code pénal, en promettant des actions fortes si le ministre de la Justice y introduit des amendements qui portent atteinte à la cellule familiale.

Maroc : la réforme du Code de la famille fait toujours jaser

La réforme du Code de la famille a du mal à passer au Maroc. Face aux conservateurs et chefs religieux, le gouvernement n’arrive pas encore à trouver la bonne formule pour mettre fin aux discriminations envers les femmes en matière de succession, à la...