Les raisons de la suppression de certains membres du PJD des listes électorales

27 juillet 2021 - 17h00 - Maroc - Ecrit par : S.A

La suppression de plusieurs membres de partis politiques des listes électorales n’est pas du goût de certains organes et membres du Parti de la justice et du développement (PJD) qui accusent les autorités administratives d’«  abus de pouvoir » et de «  sélectivité  ». La Direction générale des affaires intérieures (DGA) relevant du ministère de l’Intérieur apporte un éclairage.

« Contrairement à ce qui a été diffusé, les collectivités territoriales ne sont que membre d’un comité administratif qui comprend également dans ses membres un représentant des conseils élus, auquel le législateur a confié la tâche de superviser le processus de réexamen et de mise à jour des listes électorales et de prendre toutes les décisions liées à ce processus », a clarifié la DGA, soulignant que tout électeur qui s’estime lésé dans le processus de suppression de certains membres de partis politiques des listes électorales peut recourir à la justice comme principal garante de l’exercice des droits des individus et des groupes.

À lire : Quotient électoral : le PJD crie au favoritisme

Réagissant au cas d’Abdelali Hamieddine, la DGA a expliqué « le processus de suppression mené à son encontre par la commission administrative chargée de l’examen des listes électorales, s’est appuyé sur les dispositions de la loi n°57.11 relative aux listes électorales générales, aux opérations référendaires et à l’utilisation des moyens de communication audiovisuels publics lors des campagnes électorales et référendaires, telle qu’elle a été modifiée et complétée, considérant qu’il ne réside pas depuis longtemps dans le territoire de Rabat, ce qu’a confirmé l’intéressé dans la note d’appel déposé devant le tribunal administratif de Rabat.

À lire : Élections 2021 au Maroc : le PJD en mal de candidats

La décision de suppression de Hamieddine « était basée sur un rapport signé par tous les membres du comité administratif, y compris un représentant du conseil du district d’Agdal – Hay Riyad, qui relève du Parti de la justice et du développement », explique-t-on encore. Le cas d’Abdelali Hamieddine est différent à celui d’Abdessamad Al-Sakal. Selon les explications de la DGA, le comité administratif n’a mené aucune procédure de suppression à son encontre. « Cela s’est plutôt fait sur la base d’une décision judiciaire à la suite d’un recours formé par un électeur, conformément aux dispositions de la même loi (57.11), puisque le tribunal administratif de Rabat a justifié sa décision par le fait que l’intéressé réside effectivement en dehors de l’emprise territoriale de Rabat ».

Sujets associés : Administration - Elections - Parti de la Justice et du Développement (PJD) - Ministère de l’Intérieur (Maroc)

Aller plus loin

Élections 2021 : le PJD écarte des membres influents

Le Parti de la justice et du développement (PJD) a dévoilé une deuxième liste de ses candidats pour les prochaines élections. Il ressort que plusieurs membres influents ont été...

Maroc : le PJD se plaint des agressions envers ses candidats

Le Parti justice et développement (PJD) a appelé à la cessation des agressions et intimidations contre ses candidats lors de la campagne électorale qui se déroule actuellement...

Élections 2021 au Maroc : le PJD en mal de candidats

Pour les prochaines élections prévues le 8 septembre prochain au Maroc, les leaders du Parti de la Justice et du Développement (PJD) ont du mal à recruter. Actuellement, les...

El Othmani s’en prend au ministère de l’Intérieur

La suppression de plusieurs membres du Parti de la justice et du développement (PJD) a provoqué la colère de Saâdeddine El Othmani, chef du gouvernement, également secrétaire...

Ces articles devraient vous intéresser :

Voici le nombre de fonctionnaires civils au Maroc

Les données inscrites dans le rapport sur les ressources humaines accompagnant le projet de loi de finances (PLF) de l’année 2023 indiquent que le Maroc compte 565 429 fonctionnaires civils cette année.

Terres soulaliyates : mise en garde du ministère de l’Intérieur

La légalisation des signatures portant sur des transferts de propriété de terres soulaliyates est « illégale » et peut donner lieu à des poursuites judiciaires, a rappelé le ministère de l’Intérieur aux présidents des collectivités territoriales.

Le PJD évoque un lien entre le séisme et les péchés collectifs du Maroc

Le Parti de la Justice et du Développement (PJD) s’est exprimé sur le puissant et dévastateur tremblement de terre du 8 septembre qui a endeuillé le Maroc et a lancé un appel aux Marocains. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que cela ne devrait...

Le racket des gardiens de voitures au Maroc dénoncé

Le groupe parlementaire du Parti du progrès et du socialisme (PPS) exprime son inquiétude face à ce qu’il qualifie de “harcèlement” et “racket” dont sont victimes les automobilistes par les auto-proclamés gardiens de voitures.

Fermeture des hammams au Maroc : la question arrive au parlement

Plutôt que de fermer les bains publics pour rationaliser l’eau, la députée du parti socialiste, Majida Chahid, propose de fixer la capacité d’accueil de ces établissements ou de déterminer la quantité d’eau à utiliser par client.

Au Maroc, certains fonctionnaires ont besoin d’une autorisation pour quitter le territoire

Abdelouafi Laftit, ministre de l’Intérieur, a apporté un démenti formel au sujet de l’existence de toute décision qui interdit à tous les fonctionnaires de quitter le territoire national s’ils ne présentent pas une autorisation dans les aéroports et...

Maroc : la fermeture des hammams fait des malheureux

La Fédération nationale des associations des propriétaires et exploitants des bains traditionnels au Maroc a adressé un courrier au ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, l’invitant à reconsidérer la décision de fermeture des hammams trois jours...

Le Maroc simplifie encore plus les procédures administratives

Le gouvernement entend simplifier et digitaliser prochainement quelque 2500 procédures. C’est ce qu’a déclaré Ghita Mezzour, ministre de la Transition numérique et de la réforme de l’administration, à la Chambre des représentants.

La police marocaine recrute

La Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) annonce avoir programmé pour le mois de septembre, plusieurs concours en vue de recruter 6 000 agents de différents grades.

Pourquoi le PJD s’oppose-t-il à l’encradrement des dons ?

Le Parti de la justice et du développement (PJD) n’adhère pas au projet de loi relatif aux appels à la générosité publique et a choisi de s’abstenir lors de son adoption en commission à la première Chambre.