Quotient électoral : le PJD crie au favoritisme

16 juillet 2021 - 21h00 - Maroc - Ecrit par : A.T

La bataille pour les législatives et les locales a démarré au Parlement. Remettant en cause le quotient électoral voté par la majorité des élus, le Parti justice et développement (PJD) a donné de la voix lundi, pour dénoncer ce qu’il estime être « un soutien » en faveur de ses adversaires. Ses alliés estiment qu’il s’agit encore d’une « logique de lamentations ».

« Alors que nous sommes à la veille des élections législatives et locales, nous attirons l’attention sur le retour aux mêmes vieilles méthodes et outils… on a seulement changé un parti par autre pour lui accorder tout le soutien nécessaire afin qu’il arrive en tête aux élections et aussi pour maîtriser le paysage politique et ce contre l’expression libre de la volonté populaire », a affirmé le président du groupe de la Lampe, Mustapha Ibrahimi lors du débat sur le bilan du gouvernement.

Dans sa déclaration relayée par Hespress, le PJDiste pointe du doigt le Rassemblement national des indépendants (RNI), soulignant que le quotient électoral est « antidémocratique et sans pareil dans le monde, car il prend en compte les morts, les émigrés, les absents, et ceux qui boycottent le scrutin au lieu des votants ».

A lire : Maroc : le quotient électoral validé, le PJD grand perdant

Pour la formation islamiste, le quotient électoral se traduira par une « balkanisation des institutions élues où siégeront 16 à 20 partis politiques, dont la plupart sans poids populaire réel, une situation qui conduira au chantage lors de la formation des conseils et de leurs instances dirigeantes et à l’instabilité, et finalement à l’intervention de l’administration territoriale pour diriger les collectivités à la place des élus ».

De son côté, le groupe de l’Union constitutionnelle (UC) à la Chambre des représentants a rejeté les accusations de son allié au gouvernement, estimant qu’elles s’inscrivent dans une « logique de lamentation ».

Sujets associés : Lois - Parti de la Justice et du Développement (PJD) - Rassemblement National des Indépendants (RNI) - Parlement marocain

Aller plus loin

Élections 2021 : le PJD écarte des membres influents

Le Parti de la justice et du développement (PJD) a dévoilé une deuxième liste de ses candidats pour les prochaines élections. Il ressort que plusieurs membres influents ont été...

Le torchon brûle entre le PJD et Al Adl Wal Ihsane

Le Parti de la justice et du développement (PJD) et Al Adl Wal Ihsane sont à couteaux tirés. Motif du désaccord : l’interdiction des prières de Tarawih dans les mosquées durant...

El Othmani s’en prend au ministère de l’Intérieur

La suppression de plusieurs membres du Parti de la justice et du développement (PJD) a provoqué la colère de Saâdeddine El Othmani, chef du gouvernement, également secrétaire...

Les raisons de la suppression de certains membres du PJD des listes électorales

La suppression de plusieurs membres de partis politiques des listes électorales n’est pas du goût de certains organes et membres du Parti de la justice et du développement (PJD)...

Ces articles devraient vous intéresser :

27 000 Marocains ont quitté le Maroc en 2022 pour travailler à l’étranger

Quelque 27 000 Marocains ont quitté le pays en 2022, selon le ministre de l’Inclusion économique, de la Petite entreprise, de l’Emploi et des Compétences, Younes Sekkouri. Ce sont des départs réguliers via des canaux officiels.

Maroc : une centaine de nouveaux trains à acquérir

L’Office national des chemins de fer (ONCF) a annoncé l’acquisition progressive de 100 nouveaux trains fabriqués localement, et ceci dans les 10 prochaines années.

Akhannouch attaque, Benkirane contre-attaque

Abdelilah Benkirane, secrétaire général du PJD et ancien chef du gouvernement a réagi aux propos du président du RNI, Aziz Akhannouch, actuel chef du gouvernement qui a accusé son parti d’avoir fait de « l’obstruction au développement » pendant dix...

Maroc : Vague d’enquêtes sur des parlementaires pour des crimes financiers

Une vingtaine de parlementaires marocains sont dans le collimateur de la justice. Ils sont poursuivis pour faux et usage de faux, abus de pouvoir, dilapidation et détournement de fonds publics.

La mise en garde d’Abdelilah Benkirane à Aziz Akhannouch

Abdelilah Benkirane, secrétaire général du parti de la justice et du développement (PJD) a poussé un coup de gueule contre le gouvernement d’Aziz Akhannouch. Il l’a par ailleurs mis en garde contre l’éventualité d’un déclenchement des manifestations...

Code de la famille : les féministes marocaines face à l’opposition de Benkirane

Le secrétaire général du Parti justice et développement (PJD), Abdelilah Benkirane, a vivement critiqué le mouvement féministe qui milite pour l’égalité des sexes dans le cadre de la réforme du Code de la famille, estimant que son combat vise à...

Abdelilah Benkirane met en garde contre le capitalisme occidental

Le secrétaire général du Parti Justice et développement (PJD), Abdelilah Benkirane, a dénoncé le capitalisme occidental qui, à terme, nuira au peuple et à l’économie marocaine.

Au Maroc, les cafetiers accusés d’empoisonner leurs clients

Alors que les accusations de fraude formulées contre eux par une députée du Rassemblement national des indépendants (RNI) persistent, les propriétaires des cafés et restaurants pointent du doigt l’Office national de sécurité sanitaire des produits...

Maroc : les réformes des lois sur les libertés individuelles passent mal

Les réformes des lois sur les libertés individuelles initiées par le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi sont loin de faire l’unanimité. Après le parti de la justice et du développement (PJD), parti de l’opposition, c’est au tour du parti de la...

Trafic de billets de match : le député Mohamed El Hidaoui interrogé par la police

Soupçonné d’être impliqué dans une affaire de vente illégale de billets au Mondial 2022, le député RNI, Mohamed El Hidaoui, a été entendu, vendredi, par la justice.