Elections 2021 : ça chauffe entre le PJD et le RNI

23 avril 2021 - 13h00 - Maroc - Ecrit par : J.K

Des attaques virulentes de la part des militants du PJD à l’encontre d’Aziz Akhannouch, le président du Rassemblement national des indépendants, sont menées ces derniers jours sur les réseaux sociaux. La campagne électorale en vue des prochaines élections risque d’être houleuse.

Les milices électroniques des islamistes du PJD sont en état d’attaque maximale contre le leader du RNI et ses principales figures. Leur arsenal compte pas moins de cinq comptes sur les réseaux sociaux qui s’illustrent ces cinq derniers jours en tribunes d’invectives contre le RNI, fait part Al Akhbar, indiquant que les pages Facebook du PJD sont inondées de « montages » de vidéos de citoyens pas du tout tendres vis-à–vis de la Fondation « Joud » pour le développement.

Vieille de plus de cinq ans, celle-ci est curieusement accusée d’électoralisme, fait observer le quotidien Al Akhbar, ajoutant que toutes les pages relevant du PJD participent à cette campagne qui ne ménage nullement le parti de la colombe. Tout discours anti-RNI est le bienvenu, à l’instar de celui très récent de Abdellatif Ouahbi, SG du PAM, qui veut se positionner comme un potentiel futur allié des islamistes, avec le rêve de former un éventuel gouvernement à l’issue des prochaines consultations.

C’est à travers le même canal, c’est-à-dire une vidéo publiée sur sa page Facebook que le président du RNI a répliqué à ses détracteurs du PAM et du PJD : « … Cela fait un moment que nous faisons l’objet de nombreuses attaques de la part de certains individus, et ce, à coup de fake news et de fausses accusations. Mais je veux insister sur le fait que c’est la Fondation qui en paie aujourd’hui le prix. Or, c’est une fondation privée que j’ai l’honneur d’avoir créée et développée avec de nombreux contributeurs. Le tout, dans la discrétion la plus absolue puisque je n’ai jamais parlé de ce que nous faisons au sein de Joud. Mais entre les tentatives de semer le doute autour de son projet et les campagnes de dénigrement de ses initiatives, la Fondation est aujourd’hui le prétexte parfait pour nos détracteurs afin de nous attaquer » a-t-il fustigé.

Ce n’est là qu’un avant-goût de la campagne de tirs croisés entre les formations politiques, qui, au fur et à mesure que s’approchent les élections de l’automne 2021, ne vont pas se faire des cadeaux, conclut le journal.

Sujets associés : Elections - Parti de la Justice et du Développement (PJD) - Rassemblement National des Indépendants (RNI) - Parti Authenticité et Modernité (PAM)

Aller plus loin

A cause des échéances électorales, l’Intérieur et le PJD, encore à couteaux tirés

Bisbille entre le Parti de la justice et du développement (PJD) et les hommes de Abdelouafi Laftit, ministre de l’Intérieur à l’approche des élections. Dans la région de...

Le PJD propose le report des élections en février 2022

Le Parti pour la justice et le développement (PJD) a fait une curieuse proposition lors des concertations sur la loi électorale. Le parti de la lampe souhaite le report des...

Elections au Maroc : le RNI In, le PJD Out

À l’issue des élections des Chambres professionnelles, qui se sont déroulées vendredi, sur l’ensemble du territoire national, le Rassemblement national des indépendants (RNI)...

L’actrice Fatima Khair se lance en politique

L’actrice marocaine Fatima Khair fait son entrée dans le monde de la politique. Elle est candidate aux élections législatives sur la liste du Rassemblement National des...

Ces articles devraient vous intéresser :

Jamaa Mouatassim démissionne du PJD, crise au sein de la formation islamiste

Le secrétaire général du Parti de la Justice et du développement (PJD), Jamaa Mouatassim, a démissionné vendredi du bureau du parti, après les rumeurs affirmant qu’il serait le conseiller politique d’Aziz Akhannouch, le chef du gouvernement.

16 deputés marocains perdent leurs sièges

La Cour constitutionnelle vient d’annuler l’élection de 16 membres de la Chambre des représentants, suite aux recours relatifs au scrutin du 8 septembre 2021.

Les restaurateurs marocains accusés d’empoisonner leurs clients

Les propriétaires des cafés et restaurants ont rejeté les accusations de fraude formulées contre eux par une députée du Rassemblement national des indépendants (RNI). Celle-ci a adressé une question écrite au ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit...

Maroc : moins de français dans les administrations

Les Marocains souffrent de la prédominance de la langue française dans les transactions informatiques des administrations marocaines. Tel est le constat fait par le groupe parlementaire du Rassemblement national des Indépendants (RNI), qui appelle la...

Réforme du Code de la famille au Maroc : Abdelilah Benkirane menace

Le secrétaire général du PJD, Abdelilah Benkirane, relance le débat sur la réforme de la Moudawana et du Code pénal, en promettant des actions fortes si le ministre de la Justice y introduit des amendements qui portent atteinte à la cellule familiale.

Le Maroc s’inquiète de « l’influence croissante des homosexuels »

Abdellatif Ouahbi, ministre de la Justice et secrétaire général du Parti authenticité et modernité (PAM), s’est exprimé une fois de plus sur l’homosexualité. Au Maroc, les pratiques homosexuelles restent punies par la loi.

TikTok menacé de suspension au Maroc ?

Hanan Atrakin, députée du Parti de l’Authenticité et de la Modernité (PAM), appelle à l’interdiction de TikTok et d’autres applications de réseaux sociaux au Maroc, afin de protéger leurs utilisateurs, notamment les mineurs.

Maroc : les réformes des lois sur les libertés individuelles passent mal

Les réformes des lois sur les libertés individuelles initiées par le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi sont loin de faire l’unanimité. Après le parti de la justice et du développement (PJD), parti de l’opposition, c’est au tour du parti de la...

Réaction d’Abdellatif Ouahbi sur un éventuel remaniement du gouvernement

Le ministre de la Justice Abdellatif Ouahbi, également secrétaire général du Parti authenticité et modernité (PAM), serait l’un des ministres figurant sur la liste des départs au cas où un réajustement de l’équipe gouvernementale se confirmait.

Le ministère de l’Intérieur recadre le PJD

Le ministère de l’Intérieur a réagi aux rumeurs concernant les élections partielles organisées le 21 juillet dernier, dénonçant « les allégations malveillantes et inacceptables » selon lesquelles le vote aurait été orienté par certains agents d’autorité.