Maroc : le quotient électoral validé, le PJD grand perdant

10 avril 2021 - 21h40 - Maroc - Ecrit par : J.K

La Cour constitutionnelle vient de débouter le PJD en validant le nouveau quotient électoral. Cette décision, intervenue jeudi 8 avril 2021, constitue le dernier recours juridique avant l’entrée en vigueur des nouvelles dispositions pour les élections législatives au Maroc prévues en septembre 2021.

Cette disposition, incluse dans la loi organique relative à la Chambre des représentants, est conforme à la Constitution de 2011, a tranché la Cour. Désormais, plus d’obstacle pour sa mise en œuvre pour les élections législatives prévues en septembre 2021.

Ainsi, le PJD qui s’opposait fermement au nouveau quotient électoral, vient d’être fixé. Pour le parti de la Lampe, ce calcul lui coûterait une vingtaine de sièges en moins à la Chambre des représentants qui en compte 395. Et le voici du coup, plus isolé sur la scène politique.

Auparavant, le quotient électoral se basait sur le nombre des suffrages exprimés et valides. Les bulletins nuls ne sont pas pris en compte. C’est ce mode de calcul qui a permis au PJD d’avoir 125 sièges lors des élections législatives 2016-2021.

Sujets associés : Elections - Parti de la Justice et du Développement (PJD) - Constitution marocaine

Aller plus loin

Elections : les Marocains du Monde tiennent à leur droit constitutionnel

La participation des Marocains du Monde aux élections est un « droit constitutionnel, nécessitant des garanties juridiques pour la pratique de ce droit », a revendiqué Abdellah...

Maroc : le «  mercato hivernal des partis politiques  » est lancé

Alors que les échéances électorales s’approchent à grands pas, c’est la veillée d’armes au sein des partis politiques. Le marché de la transhumance politique sera très animé. Le...

Élections : l’optimisme n’est pas unanimement partagé au sein du PJD

Pour les échéances électorales prochaines, une partie de la direction du PJD est certaine que le parti sortira victorieux. Mais pour d’autres, point n’est besoin de se voiler la...

Vers un basculement du PJD dans l’opposition ?

En difficulté sur l’échiquier politique national, le Parti de la justice et du développement (PJD) pourrait basculer dans l’opposition à l’issue des prochaines législatives. Son...

Ces articles devraient vous intéresser :

Abdelkader Amara claque la porte du PJD, voici pourquoi

Abdelkader Amara n’est plus membre du parti de la justice et du développement (PJD). Lundi, l’ancien ministre de l’Équipement, du Transport, de la Logistique et de l’Eau a annoncé sa démission du parti islamiste après une réflexion sur ce que...

Le PJD évoque un lien entre le séisme et les péchés collectifs du Maroc

Le Parti de la Justice et du Développement (PJD) s’est exprimé sur le puissant et dévastateur tremblement de terre du 8 septembre qui a endeuillé le Maroc et a lancé un appel aux Marocains. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que cela ne devrait...

Réforme du Code de la famille au Maroc : Abdelilah Benkirane menace

Le secrétaire général du PJD, Abdelilah Benkirane, relance le débat sur la réforme de la Moudawana et du Code pénal, en promettant des actions fortes si le ministre de la Justice y introduit des amendements qui portent atteinte à la cellule familiale.

Akhannouch attaque, Benkirane contre-attaque

Abdelilah Benkirane, secrétaire général du PJD et ancien chef du gouvernement a réagi aux propos du président du RNI, Aziz Akhannouch, actuel chef du gouvernement qui a accusé son parti d’avoir fait de « l’obstruction au développement » pendant dix...

La mise en garde d’Abdelilah Benkirane à Aziz Akhannouch

Abdelilah Benkirane, secrétaire général du parti de la justice et du développement (PJD) a poussé un coup de gueule contre le gouvernement d’Aziz Akhannouch. Il l’a par ailleurs mis en garde contre l’éventualité d’un déclenchement des manifestations...

Le ministère de l’Intérieur recadre le PJD

Le ministère de l’Intérieur a réagi aux rumeurs concernant les élections partielles organisées le 21 juillet dernier, dénonçant « les allégations malveillantes et inacceptables » selon lesquelles le vote aurait été orienté par certains agents d’autorité.

Maroc : Abdelali Hamieddine, ancien parlementaire, condamné pour meurtre

La Cour d’appel de Fès a rendu son verdict dans l’affaire de l’ex-parlementaire Abdelali Hamieddine, qui vient d’être condamné à une peine de 3 ans de prison ferme.

Jamaa Mouatassim démissionne du PJD, crise au sein de la formation islamiste

Le secrétaire général du Parti de la Justice et du développement (PJD), Jamaa Mouatassim, a démissionné vendredi du bureau du parti, après les rumeurs affirmant qu’il serait le conseiller politique d’Aziz Akhannouch, le chef du gouvernement.

Le PJD exprime son regret après la mise en garde du Cabinet royal

Le Parti Justice et Développement (PJD) est sorti de son silence après avoir été recadré par le Cabinet royal au sujet des relations du Maroc avec Israël. Dans un communiqué signé par son secrétaire général, Abdelilah Benkirane, le parti a exprimé son...

16 deputés marocains perdent leurs sièges

La Cour constitutionnelle vient d’annuler l’élection de 16 membres de la Chambre des représentants, suite aux recours relatifs au scrutin du 8 septembre 2021.