Hamid Chabat ne veut pas de PJD à la tête du pays

28 avril 2021 - 22h00 - Maroc - Ecrit par : A.P

L’ancien secrétaire général du parti de l’Istiqlal, Hamid Chabat, après une longue période d’absence au parlement et sur la scène politique, avertit qu’en cas de « victoire du PJD lors des prochaines législatives, la stabilité du pays serait menacée ». En revanche, il rassure que son parti, en cas de victoire, serait disposé à collaborer avec le PJD.

Hamid Chabat ne veut pas d’une victoire du Parti de la justice et du développement (PJD) aux législatives. Il l’a fait savoir dans une interview accordée au quotidien Assabah où il a indiqué que selon ses pronostics, c’est plutôt son parti qui « va remporter » ces élections. Pour l’ancien secrétaire général de l’Istiqlal, le PJD aura le choix entre intégrer un gouvernement dirigé par le parti de la Balance, ou rester dans l’opposition.

Hamid Chabat est aussi revenu sur le retrait de l’Istiqlal du gouvernement PJDiste dirigé par Abdelilah Benkirane, précisant que son parti a pris cette décision pour des raisons qui ne sont pas d’ordre idéologique. La preuve, l’Istiqlal a milité pour que le PJD ne soit plus traité de parti « islamiste », parce qu’il considère que la majorité des Marocains sont musulmans, et que bien de décisions du PJD sont contraires aux préceptes de l’Islam.

Selon Chabat, les PJDistes ayant occupé de hautes fonctions dans l’administration publique, se sont suffisamment enrichis sur le dos de l’État, soulignant que les membres de ce parti qui menaient une lutte farouche contre la corruption, sont devenus les « politico-affairistes les plus corrompus au Maroc » après leur entrée au gouvernement.

L’ancien secrétaire général du parti de l’Istiqlal a par ailleurs salué la réforme qui instaure désormais le quotient électoral, indiquant qu’il permettra de booster le taux de participation lors des prochaines élections de fin 2021. Chabat a aussi fait savoir qu’il est contre les ministres « technocrates », car selon lui, « ce sont les compétences des partis qui bâtissent la vraie démocratie, à condition qu’on en finisse avec ces patrons de partis qui tiennent toujours à être ministrables avant les autres militants compétents ».

Sujets associés : Elections - Parti de la Justice et du Développement (PJD) - Hamid Chabat

Aller plus loin

Le PJD maintient son opposition au nouveau quotient électoral

Le Parti justice et développement (PJD) a réaffirmé son opposition au nouveau quotient électoral. Cette nouvelle réaction fait suite à une décision de la Cour constitutionnelle.

Vers un basculement du PJD dans l’opposition ?

En difficulté sur l’échiquier politique national, le Parti de la justice et du développement (PJD) pourrait basculer dans l’opposition à l’issue des prochaines législatives. Son...

Elections 2021 : ça chauffe entre le PJD et le RNI

Des attaques virulentes de la part des militants du PJD à l’encontre d’Aziz Akhannouch, le président du Rassemblement national des indépendants, sont menées ces derniers jours...

Maroc : l’heure de la division a-t-elle sonné au PJD ?

Le Conseil national du Parti de la justice et du développement (PJD) tiendra une session extraordinaire les samedi et dimanche 20 et 21 mars dans un contexte marqué par des...

Ces articles devraient vous intéresser :

Pourquoi le PJD s’oppose-t-il à l’encradrement des dons ?

Le Parti de la justice et du développement (PJD) n’adhère pas au projet de loi relatif aux appels à la générosité publique et a choisi de s’abstenir lors de son adoption en commission à la première Chambre.

Maroc : la réforme du Code de la famille fait toujours jaser

La réforme du Code de la famille a du mal à passer au Maroc. Face aux conservateurs et chefs religieux, le gouvernement n’arrive pas encore à trouver la bonne formule pour mettre fin aux discriminations envers les femmes en matière de succession, à la...

Abdelilah Benkirane met en garde contre le capitalisme occidental

Le secrétaire général du Parti Justice et développement (PJD), Abdelilah Benkirane, a dénoncé le capitalisme occidental qui, à terme, nuira au peuple et à l’économie marocaine.

Maroc : Abdelali Hamieddine, ancien parlementaire, condamné pour meurtre

La Cour d’appel de Fès a rendu son verdict dans l’affaire de l’ex-parlementaire Abdelali Hamieddine, qui vient d’être condamné à une peine de 3 ans de prison ferme.

Le PJD doit payer plus de 5 millions de dirhams

La Cour des comptes a récemment publié son rapport annuel sur l’audit des comptes des partis politiques pour l’année 2021. Selon ce rapport, le Parti de la justice et du développement (PJD) est en tête de liste des partis qui doivent rembourser des...

Jamaa Mouatassim démissionne du PJD, crise au sein de la formation islamiste

Le secrétaire général du Parti de la Justice et du développement (PJD), Jamaa Mouatassim, a démissionné vendredi du bureau du parti, après les rumeurs affirmant qu’il serait le conseiller politique d’Aziz Akhannouch, le chef du gouvernement.

Maroc : les réformes des lois sur les libertés individuelles passent mal

Les réformes des lois sur les libertés individuelles initiées par le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi sont loin de faire l’unanimité. Après le parti de la justice et du développement (PJD), parti de l’opposition, c’est au tour du parti de la...

Le PJD évoque un lien entre le séisme et les péchés collectifs du Maroc

Le Parti de la Justice et du Développement (PJD) s’est exprimé sur le puissant et dévastateur tremblement de terre du 8 septembre qui a endeuillé le Maroc et a lancé un appel aux Marocains. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que cela ne devrait...

Abdelkader Amara claque la porte du PJD, voici pourquoi

Abdelkader Amara n’est plus membre du parti de la justice et du développement (PJD). Lundi, l’ancien ministre de l’Équipement, du Transport, de la Logistique et de l’Eau a annoncé sa démission du parti islamiste après une réflexion sur ce que...

Le ministère de l’Intérieur recadre le PJD

Le ministère de l’Intérieur a réagi aux rumeurs concernant les élections partielles organisées le 21 juillet dernier, dénonçant « les allégations malveillantes et inacceptables » selon lesquelles le vote aurait été orienté par certains agents d’autorité.