Le PJD menace de quitter le gouvernement

17 mars 2021 - 18h00 - Maroc - Ecrit par : S.A

L’adoption de la nouvelle formule du quotient électoral n’est pas du goût du Parti de la justice et du développement (PJD) qui menace non seulement de couper les ponts avec les partis de la majorité mais également de quitter le gouvernement avant les prochaines élections.

Le PJD n’adhère pas à la nouvelle formule du quotient électoral. Lors d’une réunion avec les militants à El Kelaa des Sraghna, Saâdeddine El Othmani, chef du gouvernement, également secrétaire général du PJD s’attend à l’annulation du nouveau quotient électoral qui porte,dit-il, atteinte à la démocratie. En attendant, le parti de la lampe menace de rompre ses relations avec l’USFP, l’UC, le MP et le RNI qui se sont alignés derrière l’opposition, qui avait initié l’amendement de cet article dans les deux Chambres du Parlement, rapporte Assabah. De même, les membres du PJD comptent quitter le gouvernement avant les prochaines élections.

Ces décisions ne font pas l’unanimité au sein du parti. Le chef du gouvernement, les ministres Mustapha Ramid, Aziz Rabbah, Abdelkader Amara et Mohamed Amekraz, ainsi que les anciens ministres Mohamed Yatim et Lahcen Daoudi n’apportent pas leur caution. Ils estiment que la position du PJD diffère de celle de l’Istiqlal quand il avait quitté le gouvernement de Benkirane ou de celle du PPS qui avait fait de même durant le mandat d’El Othmani sans que la majorité ne soit ébranlée.

Le maintien ou le départ du PJD fera l’objet de discussions à la prochaine session extraordinaire du conseil national du parti, prévue samedi 20 mars 2021. « Le secrétariat général du parti n’a pas pris de décision définitive sur ce sujet. C’est en fonction du débat politique qui aura lieu lors de la session extraordinaire du Conseil national que nous allons déterminer notre position sur l’actuel gouvernement et notre participation ou non aux élections », déclaré le président du groupe islamiste au sein de la Chambre des conseillers, Nabil Chikhia.

Sujets associés : Elections - Parti de la Justice et du Développement (PJD) - Conseil de gouvernement

Aller plus loin

Maroc : l’heure de la division a-t-elle sonné au PJD ?

Le Conseil national du Parti de la justice et du développement (PJD) tiendra une session extraordinaire les samedi et dimanche 20 et 21 mars dans un contexte marqué par des...

Vers l’implosion du PJD ?

Le démon de la division s’invite à nouveau au sein du parti de la Justice et du développement (PJD) suite aux déclarations de l’ancien chef du gouvernement Abdelilah Benkirane...

Crise au PJD : Driss El Azami Idrissi quitte la présidence du Conseil national

Moins de 24 h après la démission de Mustapha Ramid du gouvernement, le maire de Fès a annoncé sa démission de la présidence du Conseil national du PJD. L’ancien ministre délégué...

Cherche-t-on à tuer le PJD ?

Le Parti de la justice et du développement (PJD) a peu de chances de s’imposer à la tête d’un gouvernement à l’issue des prochaines élections législatives. En cause, la nouvelle...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le Maroc pourrait taxer les superprofits des distributeurs pétroliers

Sur recommandation du Conseil de la concurrence, le gouvernement envisage d’inclure dans le projet de loi de finances 2023, l’instauration d’une taxe exceptionnelle sur les superprofits des distributeurs pétroliers.

Les passagers qui arrivent au Maroc surveillés à la loupe

Le Conseil de gouvernement a décidé jeudi de renforcer son arsenal en matière de lutte contre le terrorisme et les crimes organisés, en faisant adopter un projet de décret.

Maroc : plus d’exonérations aux promoteurs immobiliers ?

Le conseil de gouvernement veut sonner la fin des exonérations accordées aux promoteurs immobiliers. Elles seront remplacées par des aides directes, lesquelles seront accordées aux acquéreurs.

Maroc : pas de congé menstruel pour les femmes fonctionnaires

La proposition de loi visant à instaurer un congé menstruel, d’une durée ne dépassant pas deux jours par mois, en faveur des femmes fonctionnaires n’a pas reçu l’assentiment du gouvernement.

Abdelilah Benkirane met en garde contre le capitalisme occidental

Le secrétaire général du Parti Justice et développement (PJD), Abdelilah Benkirane, a dénoncé le capitalisme occidental qui, à terme, nuira au peuple et à l’économie marocaine.

Maroc : l’état d’urgence sanitaire sera-t-il à nouveau prorogé ?

Au menu du prochain Conseil de gouvernement qui se tiendra jeudi sous la présidence du Chef du gouvernement, Aziz Akhannouch, plusieurs sujets seront abordés dont l’examen du projet de décret relatif à la prorogation de la durée de l’état d’urgence...

Rappel à l’ordre du cabinet royal : quelle sera la réaction du PJD ?

Jusqu’à présent, le Parti Justice et développement (PJD), dirigé par Abdelilah Benkirane, s’est gardé de tout commentaire après la mise en garde du cabinet royal, mais il pourrait réagir dans les tout prochains jours.

Nabyl Lakhdar n’est plus directeur de l’administration de la douane

Le gouvernement a annoncé la nomination de Nabyl Lakhdar, ancien directeur général de l’administration de la Douane, au poste de Secrétariat général du ministère de l’Économie et des Finances.

Maroc : l’état d’urgence sanitaire prolongé jusqu’au 31 décembre

Le gouvernement vient d’annoncer, une nouvelle fois, la prorogation de l’état d’urgence sanitaire sur l’ensemble du territoire national.

Le Maroc proroge, à nouveau, l’état d’urgence sanitaire

Le Maroc a décidé de prolonger l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 30 novembre 2022, afin de faire face à la propagation du Covid-19 dans le pays.