Vers l’implosion du PJD ?

3 mars 2021 - 21h50 - Maroc - Ecrit par : S.A

Le démon de la division s’invite à nouveau au sein du parti de la Justice et du développement (PJD) suite aux déclarations de l’ancien chef du gouvernement Abdelilah Benkirane qui a menacé de quitter définitivement le PJD au cas où les députés de son parti adopteraient le projet de loi relatif à l’usage du cannabis à des fins médicales.

Le PJD au bord de l’implosion ? L’intervention de l’ancien patron du parti islamiste pourrait provoquer la fin du PJD. « Si le secrétariat général du PJD ou le groupe parlementaire PJDiste vote en faveur du projet de loi relatif à l’usage médical ou autre du cannabis, je quitte définitivement le parti », a déclaré Abdelilah Benkirane. Si cela se produisait, d’autres dirigeants risqueraient de présenter leur démission, à l’instar d’Abdelaziz El Omari et de Driss El Azami, ou de geler leur adhésion, comme l’a déjà fait Mokri Abouzaid, pour constituer un nouveau parti, commente le journal arabophone Assabah.

La même source rapporte que les menaces de Benkirane ont provoqué la colère des dirigeants et des ministres du PJD. Certains estiment que sa sortie a une connotation plus psychologique que politique. Selon eux, l’ancien chef du gouvernement n’a toujours pas accepté son départ de la primature. Raison pour laquelle, il tenterait souvent de supplanter son successeur. D’autres ayant requis l’anonymat ont souligné qu’ils respectaient Benkirane mais qu’ils étaient agacés par ses sorties intempestives basées sur de fausses données.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Parti de la Justice et du Développement (PJD) - Abdelilah Benkirane - Cannabis - Parlement marocain

Aller plus loin

Abdelilah Benkirane gèle ses activités au sein du PJD

Quelques heures après l’adoption du projet de loi légalisant l’usage du cannabis, Abdelilah Benkirane, ancien chef du gouvernement, a mis sa menace à exécution. Comme il l’avait...

Comment expliquer la défaite électorale du PJD

La cuisante défaite du Parti de la Justice et du développement (PJD) continue de susciter des réactions dans le rang des acteurs politiques. C’est le cas de Mohamed Sassi, un...

Malaise au PJD : les coups de gueule s’enchaînent

Après Aâtimad zahidi il y a quelques jours, c’est au tour de Mohamed Haddak de donner de la voix. Le conseiller PJDiste de Témara, dénonce l’opportunisme qui gagne les rangs...

Légalisation du cannabis : Abdelilah Benkirane menace le PJD

L’ancien chef du gouvernement Abdelilah Benkirane menace de quitter le Parti de la Justice et du développement (PJD) au cas où les députés de son parti adopteraient le projet de...

Ces articles devraient vous intéresser :

Rappel à l’ordre du cabinet royal : quelle sera la réaction du PJD ?

Jusqu’à présent, le Parti Justice et développement (PJD), dirigé par Abdelilah Benkirane, s’est gardé de tout commentaire après la mise en garde du cabinet royal, mais il pourrait réagir dans les tout prochains jours.

Maroc : une taxe de 30% sur les « Iphone »

Les députés de la majorité parlementaire désapprouvent l’augmentation de 2,5 % à 30 % des droits de douane sur les smartphones importés, prévue dans le Projet de loi de finances (PLF) 2024. Certains plaident pour une taxe sur les téléphones de luxe,...

Maroc : la liste des députés poursuivis pour corruption s’allonge

Trois députés marocains viennent d’être déférés devant la justice pour corruption. Déjà une vingtaine de parlementaires sont poursuivis en justice pour des faits de corruption et dilapidation des deniers publics.

Corruption au Maroc : des élus et entrepreneurs devant la justice

Au Maroc, plusieurs députés et élus locaux sont poursuivis devant la justice pour les infractions présumées de corruption et d’abus de pouvoir.

Maroc : révocation en vue des députés poursuivis par la justice

Les députés poursuivis par la justice pour détournement ou dilapidation de fonds au Maroc pourraient être déchus de leurs mandats. La Chambre des représentants s’apprête à voter des amendements dans ce sens.

Le PJD exprime son regret après la mise en garde du Cabinet royal

Le Parti Justice et Développement (PJD) est sorti de son silence après avoir été recadré par le Cabinet royal au sujet des relations du Maroc avec Israël. Dans un communiqué signé par son secrétaire général, Abdelilah Benkirane, le parti a exprimé son...

Maroc : le parlement discute de la fiscalité des auto-entrepreneurs

Au Parlement marocain, des groupes de l’opposition ont proposé des amendements concernant le projet de loi de finances (PLF) pour l’année 2024 dont l’un vise à encourager l’engagement dans l’économie organisée et à améliorer l’attractivité du système...

Maroc : Vague d’enquêtes sur des parlementaires pour des crimes financiers

Une vingtaine de parlementaires marocains sont dans le collimateur de la justice. Ils sont poursuivis pour faux et usage de faux, abus de pouvoir, dilapidation et détournement de fonds publics.

Akhannouch attaque, Benkirane contre-attaque

Abdelilah Benkirane, secrétaire général du PJD et ancien chef du gouvernement a réagi aux propos du président du RNI, Aziz Akhannouch, actuel chef du gouvernement qui a accusé son parti d’avoir fait de « l’obstruction au développement » pendant dix...

La mise en garde d’Abdelilah Benkirane à Aziz Akhannouch

Abdelilah Benkirane, secrétaire général du parti de la justice et du développement (PJD) a poussé un coup de gueule contre le gouvernement d’Aziz Akhannouch. Il l’a par ailleurs mis en garde contre l’éventualité d’un déclenchement des manifestations...