Maroc : l’heure de la division a-t-elle sonné au PJD ?

15 mars 2021 - 08h00 - Maroc - Ecrit par : S.A

Le Conseil national du Parti de la justice et du développement (PJD) tiendra une session extraordinaire les samedi et dimanche 20 et 21 mars dans un contexte marqué par des tensions au sein de cette formation politique. La division du parti semble inéluctable.

D’après l’ordre du jour, les 80 membres du Conseil national aborderont deux questions au cours de la prochaine session extraordinaire. Il s’agit de « la demande de démission du président du Conseil national Driss Azami et du vote sur celle-ci », et de « la prise des positions nécessaires à l’égard des récents développements politiques ». Contrairement aux années antérieures, la convocation à la réunion a été signée par le vice-président Abdelali Hamiddine, et non le président du conseil Driss Azami Idrissi.

Président de l’instance et député-maire de Fès, Driss Azami Idrissi, avait adressé le 25 février à Saâdeddine El Othmani une lettre de démission de la présidence, ainsi que celui du secrétariat général du parti. Dans cette correspondance rendue publique le 26 février, date de démission du ministre d’État chargé des droits de l’Homme, Mustapha Ramid, il disait « ne plus tolérer, comprendre, ni expliquer ou accepter ce qui se passe à l’intérieur du parti ». Le roi Mohammed VI avait, faut-il rappeler, refusé la demande du ministre, le 1ᵉʳ mars. Celle d’Azami Idrissi avait été refusée par le secrétariat général du PJD la veille, qui lui avait d’ailleurs « exprimé son attachement » afin qu’il « continue à occuper ses fonctions de président du Conseil national et membre du Secrétariat général ». Aussi, le secrétariat général du parti a-t-il décidé de « former un comité parmi ses membres pour lui rendre visite, discuter, et revoir cette question avec lui ». Reste à savoir si le conseil national accepterait la décision de son président.

Le prochain conseil national se penchera également sur « les récents développements politiques ». Allusion faite à la double annonce de l’ancien chef du gouvernement et patron des islamistes, Abdelilah Benkirane. Sur sa page Facebook, il a annoncé le « gel de son adhésion au PJD », et la «  rupture  » de sa relation avec son successeur Saâdeddine El Othmani, ainsi qu’avec les ministres du parti Mustapha Ramid, Mohamed Amekraz, Aziz Rebbah, et l’ex-ministre Lahcen Daoudi suite à l’adoption en conseil de gouvernement du projet de loi n°13.21 « portant usage légal du cannabis, le 11 mars dernier. Benkirane avait entre-temps menacé de « quitter définitivement » le PJD au cas où les parlementaires voteraient pour le projet de loi.

Jeudi, El Othmani a réagi à la décision. Il a appelé tous les membres « à ne pas commenter la question sur les réseaux sociaux », et à « ne faire aucune déclaration » au sujet de l’annonce de Benkirane, avec la promesse d’examiner lui-même cette question « afin de prendre les initiatives appropriées et d’une manière appropriée pour contribuer à faciliter la discussion ». Trop tard. Ce même jour, l’ex-ministre Lahcen Daoudi a, dans un entretien à l’hebdomadaire Al Ayam, commenté les propros de l’ancien chef du gouvernement. « Benkirane voulait dire : voici les personnes avec lesquelles il ne voudrait pas construire un avenir », a-t-dit.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Parti de la Justice et du Développement (PJD) - Saâdeddine El Othmani - Idriss Azami Al Idrissi

Aller plus loin

Cherche-t-on à tuer le PJD ?

Le Parti de la justice et du développement (PJD) a peu de chances de s’imposer à la tête d’un gouvernement à l’issue des prochaines élections législatives. En cause, la nouvelle...

Vers l’implosion du PJD ?

Le démon de la division s’invite à nouveau au sein du parti de la Justice et du développement (PJD) suite aux déclarations de l’ancien chef du gouvernement Abdelilah Benkirane...

Hamid Chabat ne veut pas de PJD à la tête du pays

L’ancien secrétaire général du parti de l’Istiqlal, Hamid Chabat, après une longue période d’absence au parlement et sur la scène politique, avertit qu’en cas de « victoire du...

Légalisation du cannabis : El Othmani n’a jamais menacé de démissionner

Le groupe parlementaire du Parti de la Justice et du développement (PJD) a apporté un démenti à la rumeur faisant état de la probable démission du secrétaire général du parti,...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le PJD évoque un lien entre le séisme et les péchés collectifs du Maroc

Le Parti de la Justice et du Développement (PJD) s’est exprimé sur le puissant et dévastateur tremblement de terre du 8 septembre qui a endeuillé le Maroc et a lancé un appel aux Marocains. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que cela ne devrait...

Le PJD doit payer plus de 5 millions de dirhams

La Cour des comptes a récemment publié son rapport annuel sur l’audit des comptes des partis politiques pour l’année 2021. Selon ce rapport, le Parti de la justice et du développement (PJD) est en tête de liste des partis qui doivent rembourser des...

Maroc : la fumée de la chicha empoisonne l’école

Touria Afif, membre du groupe parlementaire du Parti de la Justice et du Développement (PJD), a interpellé le ministre de l’Intérieur et celui de l’Éducation nationale sur la prolifération des cafés à chicha à proximité des écoles au Maroc et plus...

Maroc : les démolitions sur les plages sont elles légales ?

Abdelouafi Laftit, ministre de l’Intérieur a été interpellé par Abdellah Bouanou, président du groupe parlementaire du Parti de la Justice et du Développement (PJD), sur le respect de la loi dans le processus de démolition de plusieurs résidences...

Maroc : Abdelali Hamieddine, ancien parlementaire, condamné pour meurtre

La Cour d’appel de Fès a rendu son verdict dans l’affaire de l’ex-parlementaire Abdelali Hamieddine, qui vient d’être condamné à une peine de 3 ans de prison ferme.

Jamaa Mouatassim démissionne du PJD, crise au sein de la formation islamiste

Le secrétaire général du Parti de la Justice et du développement (PJD), Jamaa Mouatassim, a démissionné vendredi du bureau du parti, après les rumeurs affirmant qu’il serait le conseiller politique d’Aziz Akhannouch, le chef du gouvernement.

Le PJD en colère contre le nouveau Code de la famille

Le parti de la justice et du développement (PJD) dirigé par Abdelilah Benkirane, affiche son opposition à la réforme du Code de la famille. Du moins, pour certaines propositions.

La mise en garde d’Abdelilah Benkirane à Aziz Akhannouch

Abdelilah Benkirane, secrétaire général du parti de la justice et du développement (PJD) a poussé un coup de gueule contre le gouvernement d’Aziz Akhannouch. Il l’a par ailleurs mis en garde contre l’éventualité d’un déclenchement des manifestations...

Abdelilah Benkirane met en garde contre le capitalisme occidental

Le secrétaire général du Parti Justice et développement (PJD), Abdelilah Benkirane, a dénoncé le capitalisme occidental qui, à terme, nuira au peuple et à l’économie marocaine.

Rappel à l’ordre du cabinet royal : quelle sera la réaction du PJD ?

Jusqu’à présent, le Parti Justice et développement (PJD), dirigé par Abdelilah Benkirane, s’est gardé de tout commentaire après la mise en garde du cabinet royal, mais il pourrait réagir dans les tout prochains jours.