Cherche-t-on à tuer le PJD ?

30 mars 2021 - 20h40 - Maroc - Ecrit par : S.A

Le Parti de la justice et du développement (PJD) a peu de chances de s’imposer à la tête d’un gouvernement à l’issue des prochaines élections législatives. En cause, la nouvelle loi électorale qui le défavorise et le fragilise.

Vers la fin d’une époque ? Le PJD a remporté des victoires aux législatives de 2011 et de 2016, et est resté à la tête d’une coalition gouvernementale. Après la nouvelle loi électorale votée au Parlement mi-mars par tous les partis présents dans l’hémicycle, excepté le PJD, le parti de la lampe s’en trouve affaibli. Le nouveau calcul déterminant le quota d’élus le défavorise, car en réalisant le même score en 2016, il n’obtiendrait que 80 à 85 sièges (sur 395), contre 125 à l’époque, selon les estimations.

« L’objectif du nouveau quotient électoral est d’empêcher le PJD de prendre la tête du prochain gouvernement », analyse Ahmed Bouz, professeur en Sciences politiques, soulignant que ce mode de calcul « n’existe dans aucun autre pays ». « Le principal enjeu est la désignation d’un nouveau chef de gouvernement et la formation d’une majorité. Le PJD est le grand perdant, car il reste le favori des prochaines élections », confirme le politologue Mustapha Sehimi, cité par l’AFP.

Les sept autres formations du parlement – dont quatre sont représentées au gouvernement – tentent de justifier leur vote en faveur de la nouvelle loi électorale. Selon eux, cette loi vise à permettre aux petits partis d’accéder à l’hémicycle. « Nous pensons que la démocratie doit donner la parole aux petits partis et aux minorités », a déclaré le député Mohamed Hjira, du parti Authenticité et Modernité (PAM, opposition).

Cette situation amène Mustapha Sehimi à faire remarquer que le PJD « est isolé, et n’a plus de majorité politique ». De son côté, Saâdeddine El Othmani, chef du gouvernement, également secrétaire général du parti islamiste a dénoncé un « recul démocratique qui affaiblit les institutions de manière inédite dans l’histoire du Maroc ». Lors de la dernière session extraordinaire du conseil national du parti, il a déclaré que cette loi « vise les chances électorales du PJD ». Le parti entend d’ailleurs saisir la Cour constitutionnelle.

Outre cet obstacle qui se dresse sur son chemin, le parti est miné par des divisions à n’en plus finir. Tout porte à croire que le déclin du parti semble irréversible.

Sujets associés : Elections - Parti de la Justice et du Développement (PJD) - Conseil de gouvernement

Aller plus loin

Le PJD maintient son opposition au nouveau quotient électoral

Le Parti justice et développement (PJD) a réaffirmé son opposition au nouveau quotient électoral. Cette nouvelle réaction fait suite à une décision de la Cour constitutionnelle.

Vote sanction pour le syndicat du PJD aux élections professionnelles

L’Union nationale du travail au Maroc (UNTM), bras syndicat du Parti de la justice et du développement (PJD) subit un lourd revers aux élections professionnelles.

Elections au Maroc : quand le mode de scrutin divise les partis politiques

À quelques mois des élections législatives au Maroc, les partis politiques sont divisés sur le mode de scrutin. Les premiers mémorandums des formations politiques ont été...

Maroc : l’heure de la division a-t-elle sonné au PJD ?

Le Conseil national du Parti de la justice et du développement (PJD) tiendra une session extraordinaire les samedi et dimanche 20 et 21 mars dans un contexte marqué par des...

Dossiers :

Elections

France : un parti musulman dans la course à la présidentielle

À quelques mois de l’élection présidentielle en France, le fondateur de l’Union des démocrates musulmans français (UDMF) annonce sa candidature. Nagib Azergui justifie cette décision par le « déferlement de haine incessant envers une partie des...

Maroc : un candidat aux élections arrêté pour corruption (vidéo)

Sur ordre du parquet de Guelmim, un candidat de la liste du Rassemblement national des indépendants (RNI) à la chambre de commerce d’Industrie et de Services a été arrêté puis placé en garde à vue pour corruption. Il lui est reproché d’avoir distribué...

Maroc : les élections professionnelles entachées de corruption selon le PAM

Le Parti authenticité et modernité(PAM) a condamné l’achat de conscience, la corruption et l’utilisation des moyens de l’État observés lors des élections des membres des chambres professionnelles organisées vendredi dernier.

Maroc : le délai d’inscription sur les listes électorales expire fin décembre

Les Marocains ont jusqu’à la fin du mois de décembre pour soumettre leur demande d’inscription pour la révision annuelle des listes électorales générales. L’annonce a été faite par le ministre de l’Intérieur dans un communiqué.

Magyd Cherfi s’en prend violemment à Eric Zemmour

Magyd Cherfi, ancien chanteur du groupe Zebda, dit tout le mal qu’il pense d’Eric Zemmour, probable futur candidat à la présidentielle 2022 et appelle à une mobilisation contre celui qui « vend la sidération à bas prix ».

Parti de la Justice et du Développement (PJD)

Abdellatif Ouahbi fait le ménage au sein de son ministère

Le ministre de la Justice Abdellatif Ouahbi s’apprêterait à révoquer plusieurs responsables, pour la plupart affiliés au PJD, en fonction dans son département. Ils sont soupçonnés d’être impliqués dans les dysfonctionnements observés au niveau des...

Le PJD va-t-il vendre son nouveau siège ?

Le Parti de la justice et le développement (PJD) traverse une mauvaise passe. Après le revers subi lors des élections générales du 8 septembre, les islamistes se retrouvent en difficulté financière et sont incapables d’achever la construction de leur...

Maroc : les réformes des lois sur les libertés individuelles passent mal

Les réformes des lois sur les libertés individuelles initiées par le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi sont loin de faire l’unanimité. Après le parti de la justice et du développement (PJD), parti de l’opposition, c’est au tour du parti de la...

Abdelilah Benkirane se ravise

Abdelilah Benkirane, ancien chef du gouvernement et secrétaire général du Parti de la Justice et du Développement (PJD) a renoncé à quitter le parti et à rompre ses liens avec certains membres.

Frappes aériennes sur Gaza : le PJD appelle à la suspension des relations avec Israël

Le Parti de la justice et du développement (PJD) a vivement condamné les frappes aériennes menées par Israël dans la bande de Gaza assiégée, appelant le Maroc à surseoir à la normalisation des relations avec l’État hébreu.

Conseil de gouvernement

La détresse des Marocains restés bloqués à l’étranger

Bon nombre de Marocains sont restés bloqués à l’étranger, notamment aux États-Unis et au Canada, après la suspension par les autorités marocaines des liaisons aériennes. Certains d’entre eux vivent mal cette situation et déplorent « la passivité et le...

Maroc : vers la prolongation de l’état d’urgence ?

Sous la présidence de son chef, Aziz Akhannouch, le gouvernement tient son conseil ce jeudi. Au menu des travaux, l’examen de cinq projets de décret, entre autres, un décret relatif à la prolongation de l’état d’urgence sanitaire sur l’ensemble du...

Maroc : l’état d’urgence sanitaire prolongé jusqu’au 31 juillet

Le Maroc a décidé de prolonger l’état d’urgence sanitaire jusqu’à fin juillet, pour faire face à la prorogation du Covid-19 dans le pays.

Maroc : nouvelle prolongation de l’état d’urgence sanitaire

Le gouvernement marocain a décidé de prolonger l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 10 octobre. Cette décision a été prise lors du conseil de gouvernement tenu ce lundi à Rabat.

Elections au Maroc : les partis politiques dans une course aux millions

À quelques mois des élections législatives, les partis politiques font pression sur le gouvernement de Saâdeddine El Othmani pour obtenir les subventions étatiques. La manne financière tourne autour de 350 millions DH.