Cherche-t-on à tuer le PJD ?

30 mars 2021 - 20h40 - Maroc - Ecrit par : S.A

Le Parti de la justice et du développement (PJD) a peu de chances de s’imposer à la tête d’un gouvernement à l’issue des prochaines élections législatives. En cause, la nouvelle loi électorale qui le défavorise et le fragilise.

Vers la fin d’une époque ? Le PJD a remporté des victoires aux législatives de 2011 et de 2016, et est resté à la tête d’une coalition gouvernementale. Après la nouvelle loi électorale votée au Parlement mi-mars par tous les partis présents dans l’hémicycle, excepté le PJD, le parti de la lampe s’en trouve affaibli. Le nouveau calcul déterminant le quota d’élus le défavorise, car en réalisant le même score en 2016, il n’obtiendrait que 80 à 85 sièges (sur 395), contre 125 à l’époque, selon les estimations.

« L’objectif du nouveau quotient électoral est d’empêcher le PJD de prendre la tête du prochain gouvernement », analyse Ahmed Bouz, professeur en Sciences politiques, soulignant que ce mode de calcul « n’existe dans aucun autre pays ». « Le principal enjeu est la désignation d’un nouveau chef de gouvernement et la formation d’une majorité. Le PJD est le grand perdant, car il reste le favori des prochaines élections », confirme le politologue Mustapha Sehimi, cité par l’AFP.

Les sept autres formations du parlement – dont quatre sont représentées au gouvernement – tentent de justifier leur vote en faveur de la nouvelle loi électorale. Selon eux, cette loi vise à permettre aux petits partis d’accéder à l’hémicycle. « Nous pensons que la démocratie doit donner la parole aux petits partis et aux minorités », a déclaré le député Mohamed Hjira, du parti Authenticité et Modernité (PAM, opposition).

Cette situation amène Mustapha Sehimi à faire remarquer que le PJD « est isolé, et n’a plus de majorité politique ». De son côté, Saâdeddine El Othmani, chef du gouvernement, également secrétaire général du parti islamiste a dénoncé un « recul démocratique qui affaiblit les institutions de manière inédite dans l’histoire du Maroc ». Lors de la dernière session extraordinaire du conseil national du parti, il a déclaré que cette loi « vise les chances électorales du PJD ». Le parti entend d’ailleurs saisir la Cour constitutionnelle.

Outre cet obstacle qui se dresse sur son chemin, le parti est miné par des divisions à n’en plus finir. Tout porte à croire que le déclin du parti semble irréversible.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Elections - Parti de la Justice et du Développement (PJD) - Conseil de gouvernement

Aller plus loin

Le PJD menace de quitter le gouvernement

L’adoption de la nouvelle formule du quotient électoral n’est pas du goût du Parti de la justice et du développement (PJD) qui menace non seulement de couper les ponts avec les...

Le PJD maintient son opposition au nouveau quotient électoral

Le Parti justice et développement (PJD) a réaffirmé son opposition au nouveau quotient électoral. Cette nouvelle réaction fait suite à une décision de la Cour constitutionnelle.

Élections : l’optimisme n’est pas unanimement partagé au sein du PJD

Pour les échéances électorales prochaines, une partie de la direction du PJD est certaine que le parti sortira victorieux. Mais pour d’autres, point n’est besoin de se voiler la...

Elections au Maroc : quand le mode de scrutin divise les partis politiques

À quelques mois des élections législatives au Maroc, les partis politiques sont divisés sur le mode de scrutin. Les premiers mémorandums des formations politiques ont été...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le PJD en colère contre le nouveau Code de la famille

Le parti de la justice et du développement (PJD) dirigé par Abdelilah Benkirane, affiche son opposition à la réforme du Code de la famille. Du moins, pour certaines propositions.

Nabyl Lakhdar n’est plus directeur de l’administration de la douane

Le gouvernement a annoncé la nomination de Nabyl Lakhdar, ancien directeur général de l’administration de la Douane, au poste de Secrétariat général du ministère de l’Économie et des Finances.

Le PJD exprime son regret après la mise en garde du Cabinet royal

Le Parti Justice et Développement (PJD) est sorti de son silence après avoir été recadré par le Cabinet royal au sujet des relations du Maroc avec Israël. Dans un communiqué signé par son secrétaire général, Abdelilah Benkirane, le parti a exprimé son...

Maroc : appel pressant des exportateurs de légumes

Les associations de producteurs et exportateurs de fruits et légumes appellent le gouvernement d’Aziz Akhannounch à autoriser la reprise des exportations.

Le Maroc proroge, à nouveau, l’état d’urgence sanitaire

Le Maroc a décidé de prolonger l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 30 novembre 2022, afin de faire face à la propagation du Covid-19 dans le pays.

Le Maroc met fin à l’état d’urgence sanitaire

Le gouvernement marocain a décidé de mettre fin à l’état d’urgence sanitaire en vigueur depuis l’apparition des premiers cas de contamination au coronavirus.

Maroc : l’état d’urgence sanitaire prolongé encore d’un mois

Réuni en séance hebdomadaire ce jeudi 29 décembre 2022, le gouvernement a décidé de prolonger jusqu’au 31 janvier 2023, l’état d’urgence sanitaire.

Rappel à l’ordre du cabinet royal : quelle sera la réaction du PJD ?

Jusqu’à présent, le Parti Justice et développement (PJD), dirigé par Abdelilah Benkirane, s’est gardé de tout commentaire après la mise en garde du cabinet royal, mais il pourrait réagir dans les tout prochains jours.

Maroc : pas de congé menstruel pour les femmes fonctionnaires

La proposition de loi visant à instaurer un congé menstruel, d’une durée ne dépassant pas deux jours par mois, en faveur des femmes fonctionnaires n’a pas reçu l’assentiment du gouvernement.

Maroc : où en est l’aide au logement ?

Des discussions sont en cours entre les parties prenantes pour finaliser le décret relatif à l’aide directe au logement en vue de sa présentation au Conseil de gouvernement dans les prochains jours.