Maroc : des soucis pour le chanteur Adil El Miloudi

11 septembre 2019 - 08h20 - Maroc - Ecrit par : S.A

Dans une auto-saisine, la Haute autorité de la Communication audiovisuelle (HACA) veut traiter le dossier ’’Adil El Miloudi’’ relatif à l’apologie de la violence conjugale. Ceci fait suite à la réapparition d’une émission diffusée le 29 juin dernier sur Chada TV et relayée à grande échelle sur les réseaux sociaux.

La Haute autorité de la Communication audiovisuelle (HACA) veut mettre fin aux dérapages du chanteur Adil El Miloudi. Celui-ci s’était montré misogyne lors de son passage sur l’émission “Kotbi night”, diffusée le 29 juin dernier.

“Pour être un homme, il faut frapper sa femme”, avait-il affirmé. Cette déclaration a choqué bon nombre d’internautes et des médias internationaux qui en ont largement fait cas pour dénoncer l’écart de conduite du chanteur.

Malgré le malaise perceptible du présentateur Imad Kotbi qui a tenté de donner le change en lançant, “partout dans le monde, il ne faut pas frapper une femme”, les rires allaient plutôt bon train sur le plateau où était également présent l’acteur Samy Naceri.

Cette scène n’était visiblement pas du goût des internautes qui ont pu suivre la vidéo deux mois plus tard. Les indignations foisonnent. Avec son système de veille, la HACA a réussi à repérer la vidéo à polémique. Le chanteur n’en est pourtant pas à ses premiers dérapages sur les sujets relatifs aux femmes.

En mars 2015, Adil El Miloudi avait proféré des menaces à l’encontre du réalisateur Nabil Ayouch et de l’actrice Loubna Abidar dans la chanson, “Kifach Houma Mahadrouch ?” (“Pourquoi n’ont-ils pas parlé ?”). Aussi avait-il soutenu publiquement, en 2018, le chanteur Saad Lamjarred accusé de viol.

Ces frasques à répétition de l’artiste Adil El Miloudi relancent le débat sur les violences basées sur le genre au Royaume où 54,4% des femmes marocaines continuent d’en être victimes, selon une étude du Ministère de la Famille.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Haute Autorité de la communication audiovisuelle (Haca) - Ministère de la Solidarité, de la Femme, de la Famille et du Développement social - Adil Miloudi - Violences conjugales

Aller plus loin

Au Maroc, une émission télévisée suspendue pour un appel à « tabasser sa femme »

L’émission "Kotbi night" diffusée sur Chada TV a été suspendue et, ce, pour trois semaines, à cause des propos sexistes et misogynes du chanteur Adil Miloudi. Ainsi en a décidé...

Après ses propos sur les femmes, Adil Miloudi bientôt au tribunal ? (vidéo)

Les propos du chanteur marocain, Adil El Miloudi, continuent de faire des vagues. Rappelant notamment l’une des phrases choquantes émises par l’artiste, la chaîne de télévision...

Adil El Miloudi parle de Much Loved, Loubna Abidar et Jennifer Lopez

Le chanteur de raï Adil El Miloudi s’immisce dans l’actualité marocaine. Publiée hier sur YouTube, sa nouvelle chanson moralisatrice, « Kifash homa mahedrouch » (Pourquoi ils...

Maroc : quand un chanteur appelle à frapper sa femme (vidéo)

Alors qu’il était l’invité d’une émission télévisée, Adil Miloudi a appelé ouvertement à la violence conjugale. La vidéo déclenche à nouveau les commentaires les plus sulfureux.

Ces articles devraient vous intéresser :

Le chanteur Adil Miloudi recherché par la police

Le célèbre chanteur marocain Adil El Miloudi est sous le coup d’un mandat d’arrêt pour avoir, dans une vidéo, menacé des fonctionnaires de police.

Maroc : des centres pour former les futurs mariés

Aawatif Hayar, la ministre de la Solidarité, de l’intégration sociale et de la famille, a annoncé vendredi le lancement, sur l’ensemble du territoire du royaume, de 120 centres « Jisr » dédiés à la formation des futurs mariés sur la gestion de la...

Radio Mars encore sanctionnée

La Haute Autorité de la Communication Audiovisuelle (HACA) a adressé un avertissement à la société « Radio 20 », propriétaire de « Radio Mars », pour « non-respect des dispositions juridiques et organisationnelles relatives à la déontologie des...