Affaire Brahim Ghali : le parti de l’Istiqlal dévoile sa position dans une lettre au parti populaire espagnol

10 mai 2021 - 20h00 - Espagne - Ecrit par : J.D

Parallèlement aux différentes déclarations diplomatiques, le parti de l’Istiqlal a vivement critiqué auprès du parti populaire espagnol, la décision de l’Espagne d’accueillir le chef des séparatistes, Brahim Ghali. Dans une missive adressée à Pablo Casado, la formation politique marocaine a fustigé cette posture des autorités espagnoles qu’elle juge «  hostile et inamicale  » envers le Maroc.

« Nous considérons, au Parti de l’Istiqlal, que la décision du gouvernement espagnol d’accueillir le chef du Polisario, […] entache sérieusement la sérénité de la convergence partenariale que nos deux pays savent tenir en haute estime lorsqu’il le faut », a indiqué en substance le Secrétaire général du Parti de l’Istiqlal, Nizar Baraka, dans un courrier adressé au président du Parti populaire espagnol, Pablo Casado.

Pour l’Istiqlal, cette décision des autorités espagnoles a été très mal perçue par tout le peuple marocain en ce sens qu’elle est «  inexplicable et injustifiée  » qu’un pays voisin, qui plus est l’Espagne, intimement lié par l’histoire, puisse se lancer dans une telle manœuvre au mépris de toutes considérations historique, économique, sécuritaire, humanitaire et géopolitique.

« Je peine à le dire, mais cette décision a été vécue par ma famille politique comme un coup de poignard dans le dos, tant elle est inacceptable, inopportune et inamicale », s’est indigné le Secrétaire général, Nizar Baraka relevant également que ce geste est de nature à hypothéquer l’avenir des deux pays au vu du contexte particulier qui prévaut dans la région.

Mieux encore, le courrier souligne l’incompréhension du parti et de ses militants ou même de tout le royaume que l’Espagne accepte d’offrir l’hospitalité à Brahim Ghali qui a «  déclaré la guerre au Maroc et viole depuis novembre 2020, l’accord de cessez-le-feu signé en 1991  ».

Par ailleurs, le parti de l’Istaqlal a félicité la formation politique espagnole qui était en première ligne pour condamner la présence du chef de la rébellion sur le territoire et interpeler le gouvernement afin qu’il actionne les mandats d’arrêt contre le chef rebelle poursuivi pour de nombreuses violations de droits de l’homme.

« La famille politique que vous dirigez a fait preuve d’une amitié réitérée à l’endroit du Maroc, mais également démontré une cohérence politique et une empathie fraternelle qui malheureusement a drastiquement fait défaut à d’autres courants de la scène politique espagnole », a signifié Nizar Baraka à Pablo Casado.

Hospitalisé en Espagne pour un cancer et une infection au Covid, le chef du Polisario fait cependant objet de plusieurs poursuites dans ce pays pour notamment, des crimes contre l’humanité, tortures, viols, terrorisme et séquestrations.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Espagne - Diplomatie - Polisario - Partis politiques - Sahara Marocain - Istiqlal - Nizar Baraka - Autonomie Sahara - Brahim Ghali

Aller plus loin

Brahim Ghali : le Polisario soutient l’Espagne et accuse le Maroc

Le Polisario estime que le gouvernement de Pedro Sánchez a agi de manière « cohérente » avec sa politique d’accueil, malgré la « polémique entretenue par le Maroc » dans les...

Affaire Brahim Ghali : Vox demande de « punir » le Maroc

Le parti d’extrême droite Vox a demandé au gouvernement espagnol de sanctionner le Maroc parce qu’il aurait « autorisé l’arrivée de dizaines d’immigrants clandestins » via...

Brahim Ghali fixé sur sa date de comparution

Brahim Ghali, leader du Polisario, comparaîtra devant la justice espagnole le 1ᵉʳ juin prochain. Cette annonce a été faite par le porte-parole de l’Audience nationale.

Affaire Brahim Ghali : Akhannouch invite l’Espagne au respect des relations de coopération avec le Maroc

La tension ne faiblit pas entre le Maroc et l’Espagne suite à l’accueil de Brahim Ghali, chef du front Polisario. La dernière réaction est celle du président du Rassemblement...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le nouveau ministre israélien des Affaires étrangères attendu au Maroc

Le sommet des pays signataire des Accords d’Abraham qui se tiendra au mois de mars pourrait connaître la participation d’Eli Cohen, le nouveau ministre israélien des Affaires étrangères.

Maroc : des coupures d’eau envisagées

Alors que le Maroc subit actuellement sa sixième année de sécheresse consécutive, le gouvernement envisage de prendre des décisions radicales pour rationaliser l’eau potable.

Brahim Ghali s’en prend à nouveau au Maroc

Le président de la « République arabe sahraouie démocratique » (RASD), Brahim Ghali, a mis en garde lundi contre les politiques hostiles du Maroc dans la région, allusion faite à son alliance avec Israël.

Le Polisario craint les drones marocains

Le Polisario se plaint de l’utilisation par le Maroc de drones chinois contre ses milices dans le Sahara.

Vers l’abandon du projet de construction du tunnel de Tichka ?

Le projet de construction du tunnel de Tichka pourrait être abandonné pour celui du tunnel de l’Ourika. C’est du moins ce que déduit le ministère de l’Équipement.

Sahara : l’ONU dément la démission de Staffan de Mistura

Les Nations unies ont apporté un démenti formel au sujet d’une éventuelle démission de Staffan de Mistura, l’envoyé personnel du secrétaire général de l’ONU pour le Sahara.

Maroc : pressions pour rompre les relations avec Israël

Alors que Israël intensifie sa riposte contre le mouvement palestinien du Hamas, de nombreux Marocains multiplient les appels à rompre les relations diplomatiques entre le Maroc et l’État hébreu. Au Maroc, de nouvelles manifestations ont été organisées...

Les MRE confrontés à un durcissement des conditions d’envoi de fonds depuis l’Europe

Face au durcissement des autorités européennes sur les transferts des Marocains résidant à l’étranger (MRE), le wali de Bank Al-Maghrib (BAM), Abdellatif Jouahri appelle à une action diplomatique d’envergure.

Le Maroc envisage des coupures d’eau

Face au grave déficit hydrique provoqué par six années de sécheresse, le Maroc met en œuvre des mesures strictes, dont une rationalisation draconienne de l’utilisation de l’eau.

Mohammed VI et le pari gagnant de l’ouverture en Afrique

Le Maroc a connu une croissance économique assez soutenue depuis 2000, après l’accession au trône du roi Mohammed VI. Le royaume prend des mesures pour attirer les investissements étrangers et devenir une grande puissance régionale.