Du nouveau dans l’affaire du député Babour Sghir

29 mars 2022 - 23h00 - Maroc - Ecrit par : S.A

Sur ordre du juge d’instruction près la cour d’appel de Casablanca, le directeur général délégué au sein de BOA a été écroué lundi 28 mars 2022 à la prison de Oukacha dans le cadre de l’affaire du député Babour Sghir poursuivi pour « escroquerie, falsification de documents bancaires, et corruption ».

L’enquête menée par la BNPJ et les auditions du député UC Babour Sghir s’avère fructueuse. Le directeur général délégué au sein de BOA et deux autres employés de la banque et un notaire de Settat présumées complices ont été arrêtés. Il leur est reproché d’avoir facilité le processus de fraude de l’institution bancaire. Lundi, le juge d’instruction a ordonné le placement en détention du haut cadre de la banque.

À lire : Maroc : le procès du député UC poursuivi pour escroquerie reporté

BOA avait déposé une plainte contre le député Babour Sghir l’accusant de lui avoir extorqué près de 300 millions de dirhams en emprunts et en facilités de caisse via une société de distribution de carburant, avec la complicité de certains employés de la banque. L’élu leur avait fourni une hypothèque tout aussi falsifiée. Il est poursuivi pour “escroquerie”, « falsification de documents bancaires et leur utilisation », « dissipation délibérée d’objets saisis », « obtention illégale d’une attestation délivrée par des administrations publiques en donnant et en utilisant des données et informations erronées » et “corruption”.

Sujets associés : Casablanca - Corruption - Prison d’Oukacha - Escroquerie

Aller plus loin

Maroc : le procès du député UC poursuivi pour escroquerie reporté

Le tribunal correctionnel de Casablanca a décidé de reporter le procès du député Babour Sghir, poursuivi pour escroquerie, au 16 février suite à la demande de celui-ci de...

Mafia de l’immobilier à Fès : report du procès du député Rachid El Fayek

Aussitôt ouvert mardi au tribunal de Fès, le procès du député Rachid El Fayek et ses coaccusés, a été reporté au 26 avril, à la demande de la défense.

Maroc : un parlementaire en prison pour escroquerie

Le parquet général d’Ain Sebâa a placé en détention un député du parti Union constitutionnelle (UC) accusé d’avoir escroqué plus de 600 millions de dirhams à une banque et à des...

Maroc : un député arrêté en flagrant délit de corruption

Saïd Zaïdi, membre du bureau politique du Parti du progrès et du socialisme (PPS) et député de la circonscription de Benslimane, a été arrêté ce mardi 5 octobre, en flagrant...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le Maroc fait la chasse au détournement de l’argent public

Le gouvernement marocain fait de la restitution de l’argent détourné, ainsi que la lutte contre les crimes financiers et la corruption ses priorités et entend mener plusieurs actions dans ce sens, afin de sanctionner sévèrement ceux qui détournent des...

Corruption au Maroc : arrestation d’un ex-ministre, un avertissement pour les responsables ?

Après l’arrestation jeudi de Mohamed Moubdii, député du Mouvement populaire (MP) et ancien ministre, pour des crimes financiers présumés, des voix s’élèvent pour appeler le gouvernement marocain à renforcer sa lutte contre la corruption et...

Maroc : Vague d’enquêtes sur des parlementaires pour des crimes financiers

Une vingtaine de parlementaires marocains sont dans le collimateur de la justice. Ils sont poursuivis pour faux et usage de faux, abus de pouvoir, dilapidation et détournement de fonds publics.

Maroc : des élus communaux corrompus révoqués

Le ministre de l’Intérieur Abdelouafi Laftit part en croisade contre la corruption au sein des collectivités territoriales. Il a instruit les walis et gouverneurs à l’effet de révoquer les présidents de communes qui sont en situation de conflits...

L’Europe cherche à punir le Maroc

L’éclatement du scandale de corruption au Parlement européen doublé d’une résolution relevant la détérioration des droits de l’Homme est à l’origine des nouvelles tensions entre le Maroc et l’Europe. Cette dernière cherche-t-elle à punir le royaume ?

Soupçons de corruption par le Maroc au Parlement européen

Le scandale de corruption qui secoue le Parlement européen continue de livrer ses secrets. Le Maroc est, lui, aussi soupçonné d’avoir sollicité des eurodéputés pour qu’ils interviennent en sa faveur notamment sur la question du Sahara.

Maroc : les crimes financiers ont baissé de 47% en 2021

La lutte contre les crimes financiers et économiques au Maroc porte peu à peu ses fruits. En 2021, les affaires liées à ces délits ont fortement régressé de 47,30%, selon le rapport annuel de la présidence du parquet.

Maroc : 217 personnes interpellées grâce à la ligne téléphonique anti-corruption

Lancée il y a trois ans, la ligne téléphonique anti-corruption du Ministère public reçoit plus de 100 appels par jour, selon Ghita Mezzour, ministre de la transition numérique et de la réforme de l’Administration.

Parlement européen : le Maroc aurait offert des séjours à la Mamounia

La députée socialiste Marie Arena et l’ex-eurodéputé italien Antonio Panzeri, visés dans le scandale au parlement européen, auraient bénéficié en 2015 d’un séjour de luxe à l’hôtel La Mamounia de Marrakech, tous frais payés par les autorités marocaines.

Maroc : les tribunaux submergés après la levée des mesures restrictives

Depuis que l’amélioration de la situation épidémiologique au Maroc a entraîné l’assouplissement des mesures restrictives, la vie a repris dans les tribunaux avec une hausse considérable du nombre de plaintes, procès et affaires pénales.