Le Parlement marocain normalise-t-il avec la corruption politique ?

21 mars 2022 - 09h20 - Maroc - Ecrit par : S.A

Alors que des parlementaires marocains sont toujours en prison, les deux chambres du Parlement continuent de leur verser des indemnités. De quoi friser la corruption politique.

Les parlementaires Said Zaydi et Babour Sghir sont en prison depuis des mois dans l’attente du verdict à leur encontre, mais continuent de percevoir des indemnités dépassant 36 000 DH par mois. Selon l’expert en droit constitutionnel, Rachid Lazraq, le fait de verser les indemnités aux parlementaires arrêtés est un comportement contraire à l’éthique des organes du Parlement. De plus, cela « constitue un appel explicite pour la normalisation de la corruption politique.

À lire : Corruption : le député Saïd Zaïdi incarcéré

Dans une déclaration au site Al-Omk Almaghribi, l’expert a souligné que « les deux chambres du Parlement sont moralement tenues de suspendre le parlementaire qui est en détention préventive de ses fonctions, afin qu’il soit d’abord retiré de son statut devant la justice, afin qu’il n’y ait pas d’ingérence ». Deuxièmement, le Parlement doit prendre cette mesure « afin de geler le paiement de ses indemnités mensuelles, dans l’attente de la décision du tribunal ».

À lire : Maroc : un député arrêté en flagrant délit de corruption

« En l’absence d’un texte juridique clair pour traiter de tels cas, les deux Chambres sont moralement tenues de démettre ces parlementaires de leur fonction par précaution, vu que leur absence aux sessions législatives est injustifiée, ainsi que d’envoyer le bon message : le Parlement n’approuve pas la corruption politique et n’interfère pas dans le fonctionnement du système judiciaire », a ajouté Rachid Lazraq.

Sujets associés : Corruption - Prison - Parlement marocain

Aller plus loin

Maroc : un député arrêté en flagrant délit de corruption

Saïd Zaïdi, membre du bureau politique du Parti du progrès et du socialisme (PPS) et député de la circonscription de Benslimane, a été arrêté ce mardi 5 octobre, en flagrant...

Maroc : convoqué par la police, un député prétexte être atteint du Covid

Impliqué dans une affaire de falsification, de faux et usage de faux, le député élu sous la bannière de l’Union Constitutionnelle, Sghir Babour, a prétexté être malade du...

Le député Saïd Zaïdi condamné, son avocat fera appel

Le député de la circonscription de Benslimane Said Zaïdi, par ailleurs président de la commune de Cherrat, près de Bouznika, a été condamné à un an de prison ferme. Ce membre du...

Une session du Parlement international pour la tolérance et la paix à Dakhla

Une session du Parlement international pour la tolérance et la paix va s’ouvrir vendredi 15 juillet à Dakhla, au Sahara marocain. Près de 80 parlementaires venus des quatre...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : le débat sur l’interdiction de TikTok s’invite au parlement

Plusieurs députés marocains appellent à l’interdiction de TikTok au Maroc. Ils s’inquiètent de la qualité des contenus publiés sur ce réseau social chinois qui, selon eux, constitue un danger pour la jeunesse.

Port d’armes : le Maroc durcit son arsenal juridique

Le gouvernement fait du contrôle des armes à feu une priorité. Dans ce sens, il a adopté un projet de loi pour répondre aux défis actuels et aux mutations sociales et technologiques. Ce projet est déjà sur la table du Parlement.

Pufa, la "cocaïne des pauvres" qui déferle sur le Maroc

Pufa, la « cocaïne des pauvres » s’est installée progressivement dans toutes les régions du Maroc, menaçant la santé et la sécurité des jeunes. Le sujet est arrivé au Parlement.

Maroc : les crimes financiers ont baissé de 47% en 2021

La lutte contre les crimes financiers et économiques au Maroc porte peu à peu ses fruits. En 2021, les affaires liées à ces délits ont fortement régressé de 47,30%, selon le rapport annuel de la présidence du parquet.

Affaire Rachid M’Barki : les ramifications d’un réseau d’influence

L’affaire Rachid M’Barki du nom de l’ex-présentateur franco-marocain du journal de la nuit de BFMTV, mis en examen pour « corruption passive » et « abus de confiance » n’a pas fini de livrer tous ses secrets.

Maroc : pas de congé menstruel pour les femmes fonctionnaires

La proposition de loi visant à instaurer un congé menstruel, d’une durée ne dépassant pas deux jours par mois, en faveur des femmes fonctionnaires n’a pas reçu l’assentiment du gouvernement.

Deux fonctionnaires du consulat du Maroc à Barcelone en prison

Accusés de détournement de fonds, deux anciens fonctionnaires du consulat du Maroc à Barcelone ont été placés en détention, mercredi, par le procureur général du Roi près du tribunal des crimes financiers de Rabat.

Corruption au Maroc : Les chiffres alarmants

La lutte contre la corruption ne produit pas de résultats encourageants au Maroc qui est mal logé dans les classements mondiaux depuis quatre ans.

Maroc : une centaine de nouveaux trains à acquérir

L’Office national des chemins de fer (ONCF) a annoncé l’acquisition progressive de 100 nouveaux trains fabriqués localement, et ceci dans les 10 prochaines années.

Augmentation de la pension rentraite des Marocains

Les travailleurs du secteur privé pourraient se retrouver avec 100 DH de plus sur leurs pensions de retraite. Le gouvernement étudie sérieusement sa faisabilité actuellement.