La corruption coûte chaque année des milliards d’euros au Maroc

26 mai 2022 - 14h20 - Maroc - Ecrit par : A.T

Au Maroc, la corruption est l’un des principaux freins au développement. Le pays perd annuellement près de 50 milliards de dirhams à cause de ce fléau, malheureusement toujours présent dans le système de gouvernance, selon le patronat.

S’exprimant à la Chambre des conseillers, la présidente du groupe parlementaire de la CGEM, Naïla Tazi, a affirmé que « le fléau de la corruption continue de sévir, d’être banalisé dans tous les secteurs, entravant le développement du pays ».

S’appuyant sur le classement de Transparency international, la parlementaire a indiqué que « le Maroc a dégringolé de la 73ᵉ place du classement mondial en 2018 à la 87ᵉ en 2021  ». Cette chute du Maroc « affecte la confiance des investisseurs qui se basent sur cet indice de transparence pour prendre leur décision », a-t-elle souligné.

A lire : Corruption au Maroc : 217 arrestations en flagrant délit

Dans ce sens, la responsable a demandé au gouvernement de « rendre publics les rapports de l’Inspection générale des finances (IGF), de renforcer la transparence des marchés publics  », mettant en garde contre «  la lourde facture de la corruption pour le pays ».

Pour sa part, la ministre chargée de la Transition numérique et de la Réforme administrative, Ghita Mezzour, cité par Assabah, a fait savoir que « le gouvernement a placé la lutte contre la corruption au centre de ses priorités afin d’améliorer le climat des affaires, de renforcer la confiance des citoyens et de promouvoir l’image du pays, en améliorant son classement mondial, atteindre trente objectifs procéduraux via la concrétisation de 203 projets en trois étapes s’étendant de 2016 à 2025 ».

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Corruption - Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) - Naïla Tazi - Ghita Mezzour

Aller plus loin

Le Maroc cité dans le scandale de corruption au Parlement européen

La police belge a arrêté Pier Antonio Panzeri, ancien leader syndical et ex-eurodéputé de gauche soupçonné d’être « intervenu politiquement auprès de députés européens en faveur...

Le Parlement marocain normalise-t-il avec la corruption politique ?

Alors que des parlementaires marocains sont toujours en prison, les deux chambres du Parlement continuent de leur verser des indemnités. De quoi friser la corruption politique.

Maroc : un ancien président de région soupçonné de corruption

Un ancien président de région serait impliqué dans une affaire de corruption liée à la réalisation des programmes de mise à niveau urbains dans plusieurs villes.

Lutte contre la corruption : le secteur financier marocain se mobilise

Le secteur financier marocain veut jouer son rôle dans la lutte contre la corruption. Les principaux acteurs se sont rencontrés pour définir les actions à mener durant cette année.

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : vers la désactivation des cartes SIM anonymes

Ghita Mezzour, la ministre déléguée chargée de la Transition numérique et de la Réforme de l’administration, a affirmé mardi à Rabat que l’obligation d’identifier tout souscripteur désirant s’abonner aux services télécoms incombait aux opérateurs de...

L’Europe cherche à punir le Maroc

L’éclatement du scandale de corruption au Parlement européen doublé d’une résolution relevant la détérioration des droits de l’Homme est à l’origine des nouvelles tensions entre le Maroc et l’Europe. Cette dernière cherche-t-elle à punir le royaume ?

Maroc : Vague d’enquêtes sur des parlementaires pour des crimes financiers

Une vingtaine de parlementaires marocains sont dans le collimateur de la justice. Ils sont poursuivis pour faux et usage de faux, abus de pouvoir, dilapidation et détournement de fonds publics.

Le Maroc accélère sur la 5G en vue de la coupe du monde 2030

Le ministère de la Transition numérique et de la réforme de l’administration aura à charge la gestion des télécommunications lors de la coupe du monde 2030. Ainsi en a décidé le Comité marocain d’organisation du tournoi.

Maroc : des biens et des comptes bancaires de parlementaires saisis

Au Maroc, les parquets des tribunaux de première instance ont commencé à transmettre aux nouvelles chambres chargées des crimes de blanchiment d’argent les dossiers des présidents de commune et des parlementaires condamnés pour dilapidation et...

Parlement européen : le Maroc aurait offert des séjours à la Mamounia

La députée socialiste Marie Arena et l’ex-eurodéputé italien Antonio Panzeri, visés dans le scandale au parlement européen, auraient bénéficié en 2015 d’un séjour de luxe à l’hôtel La Mamounia de Marrakech, tous frais payés par les autorités marocaines.

Corruption au Maroc : les chiffres qui révèlent l’étendue des dégâts

Une étude de l’Instance Nationale de la Probité, de la Prévention et de la Lutte contre la Corruption (INPPLC) dresse un état des lieux préoccupant de la corruption au Maroc.

Maroc : 217 personnes interpellées grâce à la ligne téléphonique anti-corruption

Lancée il y a trois ans, la ligne téléphonique anti-corruption du Ministère public reçoit plus de 100 appels par jour, selon Ghita Mezzour, ministre de la transition numérique et de la réforme de l’Administration.

Maroc : ces régions oubliées de l’internet

Lors d’un débat organisé par le Parti Authenticité et Modernité (PAM), Ghita Mezzour, ministre de la transition numérique et de la réforme de l’administration, a révélé la part du territoire marocain sans couverture internet.

Le Maroc en guerre contre les « fonctionnaires fantômes »

La ministre déléguée chargée de la Transition numérique, Ghita Mezzour, a déclaré que le Maroc dispose d’un important arsenal juridique pour lutter contre le phénomène des « fonctionnaires fantômes ».