Corruption : ce que propose Transparency Maroc

9 juin 2022 - 09h40 - Ecrit par : G.A

Lors d’une conférence de presse tenue cette semaine, Transparency Maroc a présenté un mémorandum sur les priorités de la lutte qu’elle mène contrela corruption, dont une copie a été adressée à Aziz Akhannouch.

En transmettant au chef de l’exécutif ce document, Transparency Maroc s’attend à ce que le gouvernement détaille sa politique de lutte contre la corruption. « Quelles en sont vos priorités ? Comment comptez-vous réactiver la mise en œuvre de la stratégie nationale de lutte contre la corruption ? Quelle serait votre politique en matière de conflit d’intérêt et d’enrichissement illicite ? Comment comptez-vous renforcer les ressources de l’instance de probité de prévention et de lutte contre la corruption (INPPLC) afin d’en assurer l’indépendance et l’efficacité ? Comment rendre réellement effective la loi sur l’accès à l’information ? Comment protéger les dénonciateurs de la corruption au vu de la vacuité de la loi 37-10 promulguée en 2011, et quelles sont vos propositions pour rendre la loi actuelle de déclaration du patrimoine efficiente ? ».

À lire : Lutte contre la corruption : la CDT propose l’inéligibilité des élus sanctionnés par la Cour des comptes

Les réponses à ces questions permettront à l’Association et aux Marocains de mesurer la volonté du gouvernement d’agir et de rendre crédible ses déclarations selon lesquelles, la lutte contre la corruption est une priorité nationale, précise le mémorandum. « À peine quelques jours après l’investiture de votre gouvernement, votre premier acte était de retirer le projet d’amendement du Code pénal qui introduit dans le droit marocain l’incrimination de l’enrichissement illicite. Toutes les réactions convergent vers la volonté de votre gouvernement d’écarter cette infraction des futurs aménagements du code ou de la vider de sa substance. Ce retrait a été suivi par le retrait du projet de loi de régulation de l’occupation du domaine public. Cette attitude prémonitoire a été confirmée par la déclaration de votre ministre de la Justice voulant légiférer pour interdire aux organisations de la société civile de dénoncer les présumés corrompus en feignant d’ignorer les stipulations de la constitution, les lois régissant le système judiciaire et les conventions internationales ratifiées par le Maroc en la matière » dénonce Transparency dans son mémorandum.

À lire : Lutte contre la corruption : l’Instance de la probité bientôt une réalité

Pour l’Association, le fait que dans la version 2022 de l’indice de perception de la corruption de Transparency International, le Maroc soit logé à la 87ᵉ place sur 180 pays, avec un recul de 4 points de son score et de 14 places par rapport à celui de 2018, est la preuve que la lutte contre la corruption a encore du chemin. La corruption est encore très présente dans les hôpitaux, les tribunaux, les services publics, à l’université, notant que même l’entrepreneur le rencontre dans son parcours pour l’investissement ou dans celui de l’accès aux marchés publics.

À lire : Combien coûte la corruption au Maroc ?

Pour remédier à cette situation, Transparency Maroc propose la préparation et la promulgation de la loi de régulation des conflits d’intérêts et des lobbys pour éviter l’exploitation des fuites portant atteinte à la concurrence loyale et la bonne gouvernance en application de l’article 36 de la constitution de 2011. L’Association propose aussi la réhabilitation du conseil de la concurrence, la mise en place des structures de l’INPPLC par la désignation de ses membres, la révision de la loi de déclaration du patrimoine en y incluant l’accès à l’information y afférente à toute personne intéressée.

À lire : Maroc : des têtes tombent grâce au numéro anti-corruption

Transparency Maroc demande également au gouvernement la révision de la loi n° 37-10, promulguée en 2011, relative à la protection des dénonciateurs de la corruption par la protection du parcours professionnel des employés des secteurs public et privé pour les inciter à dénoncer les actes suspects auxquels ils sont exposés sans craindre les représailles.

Tags : Corruption - Transparency Maroc - Aziz Akhannouch

Aller plus loin

La corruption coûte chaque année des milliards d’euros au Maroc

Au Maroc, la corruption est l’un des principaux freins au développement. Le pays perd annuellement près de 50 milliards de dirhams à cause de ce fléau, malheureusement toujours...

Maroc : des têtes tombent grâce au numéro anti-corruption

Le numéro anti-corruption mis en place par le Parquet général se montre toujours aussi efficace avec près d’une quarantaine d’affaires actuellement en...

Indice de perception de la corruption : le Maroc perd une place

Le Maroc a reculé dans le classement de la lutte contre la corruption, selon le nouvel Indice de perception de la corruption 2021 de Transparency International. Le Royaume...

Le Maroc renforce le dispositif anticorruption

La lutte contre la corruption fait partie des combats entamés par le Maroc, qui vient de se doter d’outils de persuasion et de sensibilisation. Le dernier en date est...

Nous vous recommandons

Antonio Guterres appelle le Maroc et le Polisario au consensus

Le Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, a invité vendredi le Maroc et le Front Polisario à accepter son prochain candidat au poste d’envoyé spécial au Sahara. Ce consensus favorisera, dit-il, la reprise du dialogue politique sur le...

Air Nostrum lance de nouvelles liaisons vers le Maroc

Air Nostrum annonce le lancement de nouvelles liaisons vers le Maroc. La compagnie aérienne du groupe Iberia assurera des vols de Malaga à Casablanca, Tétouan, Tanger et Nador à partir du 1ᵉʳ juin et ce jusqu’au 29...

Maroc : suspension des liaisons maritimes avec la France

À l’instar des vols, les autorités marocaines ont décidé de suspendre les liaisons maritimes entre le Maroc et la France, et ceci dans les deux sens. Cette mesure prend effet dès le dimanche 28 novembre à...

L’Espagne affectée par la rupture des relations Maroc-Algérie ?

La décision de l’Algérie de « rompre ses relations diplomatiques avec le Maroc » fait craindre à l’Espagne une remise en cause du dialogue engagé avec le royaume en vue de la reprise des relations diplomatiques.

« Disparition » de Mohamed Ihattaren

Mohammed Ihattaren aurait disparu aux Pays-Bas alors qu’il devrait se rendre depuis lundi dernier au sein de son club, la Sampodria. Le joueur avait quitté l’Italie pour rentrer aux Pays-Bas, et depuis, plus de...

Hamza Hossaini abandonne le Maroc pour les Pays-Bas

L’athlète marocain Hamza Hossaini, champion arabe en 2016 et 2018 et qui a également fini 3ᵉ aux Mondiaux de Paris en 2018, a décidé de concourir pour les Pays-Bas. Il a déclaré que la fédération marocaine de gymnastique ne lui a laissé que le choix de changer...

La famille Chaâbi cherche preneur pour sa chaîne hôtelière

En difficulté, la famille Chaâbi envisage de céder les hôtels de sa chaîne Mogador. Le temps des vaches grasses est terminée.

Rumeurs sur la mauvaise qualité des bananes vendues au Maroc

Les Marocains n’ont rien à craindre des bananes importées actuellement en vente sur le marché. Celles-ci ne sont pas impropres à la consommation, affirme l’ONSSA.

MRE : Algésiras espère une reprise imminente des liaisons maritimes avec le Maroc

Le président de l’Autorité portuaire de la baie d’Algésiras, Gerardo Landaluce, espère que le rapprochement entre l’Espagne et le Maroc facilitera la reprise du trafic maritime de passagers avec Tanger Med, suspendu depuis deux...

Un Suisse condamné au Maroc pourrait perdre sa nationalité

Le ressortissant suisse condamné au Maroc dans l’affaire dite des meurtres d’Imlil pourrait être déchu de sa nationalité. Sa demande de transfert en Suisse a été rejetée par les autorités. Nicholas P. représenterait « une menace pour la sécurité intérieure de...