Corruption : ce que propose Transparency Maroc

9 juin 2022 - 09h40 - Maroc - Ecrit par : G.A

Lors d’une conférence de presse tenue cette semaine, Transparency Maroc a présenté un mémorandum sur les priorités de la lutte qu’elle mène contrela corruption, dont une copie a été adressée à Aziz Akhannouch.

En transmettant au chef de l’exécutif ce document, Transparency Maroc s’attend à ce que le gouvernement détaille sa politique de lutte contre la corruption. « Quelles en sont vos priorités ? Comment comptez-vous réactiver la mise en œuvre de la stratégie nationale de lutte contre la corruption ? Quelle serait votre politique en matière de conflit d’intérêt et d’enrichissement illicite ? Comment comptez-vous renforcer les ressources de l’instance de probité de prévention et de lutte contre la corruption (INPPLC) afin d’en assurer l’indépendance et l’efficacité ? Comment rendre réellement effective la loi sur l’accès à l’information ? Comment protéger les dénonciateurs de la corruption au vu de la vacuité de la loi 37-10 promulguée en 2011, et quelles sont vos propositions pour rendre la loi actuelle de déclaration du patrimoine efficiente ? ».

À lire : Lutte contre la corruption : la CDT propose l’inéligibilité des élus sanctionnés par la Cour des comptes

Les réponses à ces questions permettront à l’Association et aux Marocains de mesurer la volonté du gouvernement d’agir et de rendre crédible ses déclarations selon lesquelles, la lutte contre la corruption est une priorité nationale, précise le mémorandum. « À peine quelques jours après l’investiture de votre gouvernement, votre premier acte était de retirer le projet d’amendement du Code pénal qui introduit dans le droit marocain l’incrimination de l’enrichissement illicite. Toutes les réactions convergent vers la volonté de votre gouvernement d’écarter cette infraction des futurs aménagements du code ou de la vider de sa substance. Ce retrait a été suivi par le retrait du projet de loi de régulation de l’occupation du domaine public. Cette attitude prémonitoire a été confirmée par la déclaration de votre ministre de la Justice voulant légiférer pour interdire aux organisations de la société civile de dénoncer les présumés corrompus en feignant d’ignorer les stipulations de la constitution, les lois régissant le système judiciaire et les conventions internationales ratifiées par le Maroc en la matière » dénonce Transparency dans son mémorandum.

À lire : Lutte contre la corruption : l’Instance de la probité bientôt une réalité

Pour l’Association, le fait que dans la version 2022 de l’indice de perception de la corruption de Transparency International, le Maroc soit logé à la 87ᵉ place sur 180 pays, avec un recul de 4 points de son score et de 14 places par rapport à celui de 2018, est la preuve que la lutte contre la corruption a encore du chemin. La corruption est encore très présente dans les hôpitaux, les tribunaux, les services publics, à l’université, notant que même l’entrepreneur le rencontre dans son parcours pour l’investissement ou dans celui de l’accès aux marchés publics.

À lire : Combien coûte la corruption au Maroc ?

Pour remédier à cette situation, Transparency Maroc propose la préparation et la promulgation de la loi de régulation des conflits d’intérêts et des lobbys pour éviter l’exploitation des fuites portant atteinte à la concurrence loyale et la bonne gouvernance en application de l’article 36 de la constitution de 2011. L’Association propose aussi la réhabilitation du conseil de la concurrence, la mise en place des structures de l’INPPLC par la désignation de ses membres, la révision de la loi de déclaration du patrimoine en y incluant l’accès à l’information y afférente à toute personne intéressée.

À lire : Maroc : des têtes tombent grâce au numéro anti-corruption

Transparency Maroc demande également au gouvernement la révision de la loi n° 37-10, promulguée en 2011, relative à la protection des dénonciateurs de la corruption par la protection du parcours professionnel des employés des secteurs public et privé pour les inciter à dénoncer les actes suspects auxquels ils sont exposés sans craindre les représailles.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Corruption - Transparency Maroc - Aziz Akhannouch

Aller plus loin

Lutte contre la corruption : la CDT propose l’inéligibilité des élus sanctionnés par la Cour des comptes

Déclarer inéligible toute personne qui a déjà fait l’objet de sanction par la Cour des comptes. C’est l’amendement que propose le groupe parlementaire de la CDT pour renforcer...

Maroc : des têtes tombent grâce au numéro anti-corruption

Le numéro anti-corruption mis en place par le Parquet général se montre toujours aussi efficace avec près d’une quarantaine d’affaires actuellement en cours.

Corruption au Maroc : 217 arrestations en flagrant délit

À la mi-mai, environ 67 000 appels ont été reçus sur la ligne téléphonique consacrée à la dénonciation d’actes de corruption au Maroc, selon Ghita Mezzour, ministre déléguée...

Corruption au Maroc : l’instance de lutte fait son bilan

À fin 2020, la ligne téléphonique directe dédiée à la dénonciation d’actes de corruption, lancée il y a trois ans, a reçu un total de 15 881 appels, soit une moyenne de 100...

Ces articles devraient vous intéresser :

Corruption au Maroc : arrestation d’un ex-ministre, un avertissement pour les responsables ?

Après l’arrestation jeudi de Mohamed Moubdii, député du Mouvement populaire (MP) et ancien ministre, pour des crimes financiers présumés, des voix s’élèvent pour appeler le gouvernement marocain à renforcer sa lutte contre la corruption et...

Soupçons de corruption par le Maroc au Parlement européen

Le scandale de corruption qui secoue le Parlement européen continue de livrer ses secrets. Le Maroc est, lui, aussi soupçonné d’avoir sollicité des eurodéputés pour qu’ils interviennent en sa faveur notamment sur la question du Sahara.

Appel à l’intervention du roi Mohammed VI pour remanier le gouvernement

Sur la toile, les internautes marocains sollicitent l’intervention du roi Mohammed VI pour un remaniement urgent du gouvernement d’Aziz Akhannouch.

La chanteuse Fatima Tabaamrant menacée par un salafiste

Alors qu’elle fait l’objet d’attaques verbales de la part d’un prédicateur salafiste, l’icône de l’art amazigh, Fatima Tabaamrant, ancienne députée RNI, vient de recevoir le soutien du parti d’Aziz Akhannouch.

Aziz Akhannouch confiné après avoir contracté le Covid-19

Le Chef du gouvernement,Aziz Akhannouch, a contracté le Covid-19, sous une forme asymptomatique, selon le porte-parole du gouvernement, Mustapha Baitas.

Corruption au Maroc : des élus et entrepreneurs devant la justice

Au Maroc, plusieurs députés et élus locaux sont poursuivis devant la justice pour les infractions présumées de corruption et d’abus de pouvoir.

Nouvel an amazigh au Maroc : ce sera le 14 janvier

La date du nouvel an Amazigh au Maroc est désormais connue. Elle vient d’être définie par le chef du gouvernement, Aziz Akhannouch, et ce sera le 14 janvier. Ce jour sera donc chômé et payé.

Le tourisme au Maroc : une nouvelle feuille de route ambitieuse pour 2023-2026

Le Chef du Gouvernement marocain a présidé une cérémonie de signature pour le déploiement d’une feuille de route stratégique pour le tourisme 2023-2026. Celle-ci a pour objectif d’attirer 17,5 millions de touristes, d’atteindre 120 milliards de...

Entre droits des MRE et échange de renseignements fiscaux : le dilemme du gouvernement marocain

Le gouvernement d’Akhannouch revient sur les deux projets de loi sur l’échange de renseignements fiscaux et de données des Marocains résidant à l’étranger (MRE). Par la voix de son porte-parole, Mustapha Baïtas, il rassure une fois de plus les MRE.

Maroc : une «  reconstruction rapide  » avec «  tous les moyens  »

Le chef du gouvernement marocain Aziz Akhannouch a déclaré que le royaume « utilisera tous ses moyens » dans la phase de « reconstruction rapide » des dégâts causés par le violent et meurtrier séisme qui a frappé la province d’Al Haouz dans la nuit du...