Lutte contre la corruption : la CDT propose l’inéligibilité des élus sanctionnés par la Cour des comptes

18 mars 2021 - 14h00 - Maroc - Ecrit par : A.P

Déclarer inéligible toute personne qui a déjà fait l’objet de sanction par la Cour des comptes. C’est l’amendement que propose le groupe parlementaire de la CDT pour renforcer la lutte contre la corruption et l’impunité.

Le projet d’amendement du groupe parlementaire de la CDT prévoit l’inéligibilité de toute personne élue ayant des « antécédents disciplinaires » à la Cour des comptes, rapporte le quotidien Al Massae. « Il est inconcevable qu’une personne qui a été sanctionnée par la Cour des comptes pendant l’exercice de sa responsabilité dans la gestion publique, puisse se représenter aux élections », indiquent les syndicalistes.

Plusieurs associations des droits de l’Homme avaient rappelé les partis politiques à leur devoir de respecter les règles éthiques et juridiques afin de lutter contre toutes les formes de corruption. Cet appel faisait suite au parrainage, par certaines formations politiques, de personnalités soupçonnées de délits de corruption et citées dans des rapports de l’Inspection générale du ministère de l’Intérieur, ou de corruption électorale et faisant l’objet d’enquêtes par la Brigade nationale de la police judiciaire (BNPJ).

Le groupe parlementaire de la CDT a proposé par ailleurs un autre amendement pour interdire la candidature aux élections de toute personne ayant effectué le service militaire ou suivi des entraînements militaires dans un pays étranger ou une organisation terroriste.

Sujets associés : Corruption - Cour des comptes

Aller plus loin

La corruption fait perdre au Maroc, annuellement, 5% de son PIB

Les nombreux efforts engagés par le Maroc depuis des décennies pour lutter contre la corruption ne semblent pas porter leurs fruits. Lancée en 2015 et mise en œuvre l’année...

Indice de perception de la corruption : le Maroc perd une place

Le Maroc a reculé dans le classement de la lutte contre la corruption, selon le nouvel Indice de perception de la corruption 2021 de Transparency International. Le Royaume...

Maroc : décès de Noubir Amaoui, fondateur de la CDT

Le monde syndical au Maroc perd l’une de ses figures emblématiques. Noubir Amaoui, le fondateur de la Confédération démocratique du Travail (CDT,) est décédé mardi, à l’âge de...

Lutte contre la corruption : l’Instance de la probité bientôt une réalité

Le projet de loi relatif à l’Instance de la probité, adopté mardi par la commission de la justice à la première Chambre après plusieurs mois de blocage, sera probablement...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : des élus communaux corrompus révoqués

Le ministre de l’Intérieur Abdelouafi Laftit part en croisade contre la corruption au sein des collectivités territoriales. Il a instruit les walis et gouverneurs à l’effet de révoquer les présidents de communes qui sont en situation de conflits...

Maroc : les tribunaux submergés après la levée des mesures restrictives

Depuis que l’amélioration de la situation épidémiologique au Maroc a entraîné l’assouplissement des mesures restrictives, la vie a repris dans les tribunaux avec une hausse considérable du nombre de plaintes, procès et affaires pénales.

Affaire Rachid M’Barki : les ramifications d’un réseau d’influence

L’affaire Rachid M’Barki du nom de l’ex-présentateur franco-marocain du journal de la nuit de BFMTV, mis en examen pour « corruption passive » et « abus de confiance » n’a pas fini de livrer tous ses secrets.

Maroc : la liste des députés poursuivis pour corruption s’allonge

Trois députés marocains viennent d’être déférés devant la justice pour corruption. Déjà une vingtaine de parlementaires sont poursuivis en justice pour des faits de corruption et dilapidation des deniers publics.

Deux fonctionnaires du consulat du Maroc à Barcelone en prison

Accusés de détournement de fonds, deux anciens fonctionnaires du consulat du Maroc à Barcelone ont été placés en détention, mercredi, par le procureur général du Roi près du tribunal des crimes financiers de Rabat.

Le roi Mohammed VI nomme de nouveaux magistrats dans les juridictions financières

Le Roi Mohammed VI, président du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire, a approuvé la nomination de 30 nouveaux magistrats dans des postes de responsabilité au sein des juridictions financières.

Maroc : des biens et des comptes bancaires de parlementaires saisis

Au Maroc, les parquets des tribunaux de première instance ont commencé à transmettre aux nouvelles chambres chargées des crimes de blanchiment d’argent les dossiers des présidents de commune et des parlementaires condamnés pour dilapidation et...

Le PJD doit payer plus de 5 millions de dirhams

La Cour des comptes a récemment publié son rapport annuel sur l’audit des comptes des partis politiques pour l’année 2021. Selon ce rapport, le Parti de la justice et du développement (PJD) est en tête de liste des partis qui doivent rembourser des...

L’Europe cherche à punir le Maroc

L’éclatement du scandale de corruption au Parlement européen doublé d’une résolution relevant la détérioration des droits de l’Homme est à l’origine des nouvelles tensions entre le Maroc et l’Europe. Cette dernière cherche-t-elle à punir le royaume ?

Parlement européen : le Maroc aurait offert des séjours à la Mamounia

La députée socialiste Marie Arena et l’ex-eurodéputé italien Antonio Panzeri, visés dans le scandale au parlement européen, auraient bénéficié en 2015 d’un séjour de luxe à l’hôtel La Mamounia de Marrakech, tous frais payés par les autorités marocaines.