Maroc : les tribunaux submergés après la levée des mesures restrictives

4 janvier 2023 - 14h10 - Maroc - Ecrit par : G.A

Depuis que l’amélioration de la situation épidémiologique au Maroc a entraîné l’assouplissement des mesures restrictives, la vie a repris dans les tribunaux avec une hausse considérable du nombre de plaintes, procès et affaires pénales.

Selon le rapport portant sur le fonctionnement du ministère public et la mise en œuvre de la politique pénale pour l’année 2021, de nombreux Marocains se sont plaints des forces de police et de sécurité. Au total, 199 plaintes relatives à des allégations de violence, 28 plaintes à de la maltraitance, 24 plaintes à des arrestations arbitraires, 23 plaintes à des actes de torture et une plainte de disparition forcée, ont été reçues. De même, 435 examens médicaux ont été réalisés sur des suspects déférés.

À lire :Placé en détention, Hassan Tazi visé par une nouvelle plainte ?

Au cours de l’année dernière, les parquets ont effectué 854 visites dans les établissements pénitentiaires, 154 dans les hôpitaux psychiatriques, 24 626 dans les lieux de garde à vue et 151 visites d’inspection dans les lieux de placement et d’hébergement des enfants. Selon le même rapport, le nombre de personnes placées en détention préventive a connu une baisse de 42,19 %, alors que le nombre des affaires de violences faites aux femmes a atteint 23 879, soit une augmentation de 31 %.

À lire :Maroc : le gouvernement ne veut plus de plaintes des ONG contre les élus

En ce qui concerne la lutte contre la corruption, la ligne téléphonique directe a reçu 8 090 appels, et les affaires de crimes financiers ont enregistré une baisse de 47,30 %. Quant à la lutte contre la criminalité et la protection de la sécurité et de l’ordre public, le rapport parle d’une hausse de 35 % du nombre des affaires liées à l’atteinte à la sécurité et à l’ordre public et une baisse de 7 % du nombre des affaires relatives à la falsification, à la contrefaçon et à l’usurpation d’identité.

Sujets associés : Corruption - Criminalité - Ministère de la Justice et des Libertés - Bavure policière

Aller plus loin

Il disparaît après avoir empoché un gros chèque : son employeur porte plainte

Samedi dernier, une société à Tanger a porté plainte contre son employé, pour abus de confiance. Celui-ci avait retiré une importante somme d’argent, avant de disparaître.

Placé en détention, Hassan Tazi visé par une nouvelle plainte ?

L’une des patientes d’El Hassan Tazi, célèbre chirurgien esthétique casablancais Hassan Tazi, en détention provisoire à la prison d’Oukacha pour notamment traite d’êtres humains...

Lutte contre la corruption : la CDT propose l’inéligibilité des élus sanctionnés par la Cour des comptes

Déclarer inéligible toute personne qui a déjà fait l’objet de sanction par la Cour des comptes. C’est l’amendement que propose le groupe parlementaire de la CDT pour renforcer...

Maroc : un numéro vert pour dénoncer la corruption

Un nouveau numéro de téléphone pour dénoncer les actes de corruption vient d’être lancé par le ministère public.

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : 217 personnes interpellées grâce à la ligne téléphonique anti-corruption

Lancée il y a trois ans, la ligne téléphonique anti-corruption du Ministère public reçoit plus de 100 appels par jour, selon Ghita Mezzour, ministre de la transition numérique et de la réforme de l’Administration.

Affaire Rachid M’Barki : les ramifications d’un réseau d’influence

L’affaire Rachid M’Barki du nom de l’ex-présentateur franco-marocain du journal de la nuit de BFMTV, mis en examen pour « corruption passive » et « abus de confiance » n’a pas fini de livrer tous ses secrets.

Le Maroc s’inquiète de « l’influence croissante des homosexuels »

Abdellatif Ouahbi, ministre de la Justice et secrétaire général du Parti authenticité et modernité (PAM), s’est exprimé une fois de plus sur l’homosexualité. Au Maroc, les pratiques homosexuelles restent punies par la loi.

Mohammed Ihattaren menacé par le milieu criminel à cause d’une relation amoureuse

L’absence de Mohammed Ihattaren au club néerlandais d’Ajax Amsterdam, ferait, d’après des sources médiatiques, suite à des menaces en provenance du « milieu criminel ». Le joueur et son club démentent.

Maroc : des biens et des comptes bancaires de parlementaires saisis

Au Maroc, les parquets des tribunaux de première instance ont commencé à transmettre aux nouvelles chambres chargées des crimes de blanchiment d’argent les dossiers des présidents de commune et des parlementaires condamnés pour dilapidation et...

Blanchiment d’argent : des notaires, avocats et adouls marocains sanctionnés

Des campagnes d’inspection et de contrôle menées par un comité spécial du ministère de la Justice ont révélé l’implication de notaires, d’avocats et d’adouls dans des réseaux de blanchiment d’argent.

Corruption au Maroc : arrestation d’un ex-ministre, un avertissement pour les responsables ?

Après l’arrestation jeudi de Mohamed Moubdii, député du Mouvement populaire (MP) et ancien ministre, pour des crimes financiers présumés, des voix s’élèvent pour appeler le gouvernement marocain à renforcer sa lutte contre la corruption et...

Parlement européen : le Maroc aurait offert des séjours à la Mamounia

La députée socialiste Marie Arena et l’ex-eurodéputé italien Antonio Panzeri, visés dans le scandale au parlement européen, auraient bénéficié en 2015 d’un séjour de luxe à l’hôtel La Mamounia de Marrakech, tous frais payés par les autorités marocaines.

Maroc : le casier judiciaire électronique enfin lancé

Le ministère de la Justice a procédé mardi, au lancement de quatre nouveaux services numériques dont le casier judiciaire électronique.

Deux fonctionnaires du consulat du Maroc à Barcelone en prison

Accusés de détournement de fonds, deux anciens fonctionnaires du consulat du Maroc à Barcelone ont été placés en détention, mercredi, par le procureur général du Roi près du tribunal des crimes financiers de Rabat.