Maroc : le gouvernement ne veut plus de plaintes des ONG contre les élus

22 avril 2022 - 08h20 - Maroc - Ecrit par : A.T

Le ministre de la Justice Abdellatif Ouahbi veut empêcher les associations de défense des biens publics de porter plainte contre les élus, estimant que cette action est du ressort du ministère de l’Intérieur.

Lors de la séance de questions orales à la Chambre des conseillers, le ministre s’est opposé aux plaintes déposées par les associations de défense des biens publics contre des présidents de commune qui sont souvent soupçonnés de corruption.

A lire : Lutte contre la corruption : la CDT propose l’inéligibilité des élus sanctionnés par la Cour des comptes

« Il y a ceux qui n’ont pas d’association et n’ont tenu aucune assemblée constitutive et se disent président d’association pour la protection des deniers publics », s’est-il offusqué, mettant en garde contre toute tentative de porter atteinte à la démocratie. « La démocratie n’est pas de faire ce que l’on veut, mais ce qui doit être fait », a-t-il précisé.

À ce propos, Ouahbi a annoncé qu’un amendement du Code de procédure pénale sera rédigé, visant à n’autoriser que le ministère de l’Intérieur à porter plainte contre les élus. La nouvelle loi va sévir contre les délits sur internet, notamment la diffamation, l’insulte et la publication d’images sur diverses plateformes.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Corruption - Abdellatif Ouahbi - Plainte

Aller plus loin

Maroc : les tribunaux submergés après la levée des mesures restrictives

Depuis que l’amélioration de la situation épidémiologique au Maroc a entraîné l’assouplissement des mesures restrictives, la vie a repris dans les tribunaux avec une hausse...

Tétouan : enquête sur des pages Facebook ciblant des responsables et des élus

À Tétouan, des acteurs associatifs utilisent des pages Facebook pour faire chanter des élus et des responsables locaux. Une enquête est en cours pour élucider cette affaire.

Chambre des conseillers : le PJD sanctionne ses élus

Les trois conseillers du Parti de la justice et du développement (PJD) qui n’ont pas voulu démissionner de la deuxième chambre, conformément aux injonctions des dirigeants du...

Les nouveaux élus régionaux appelés à rationaliser les dépenses

Les nouveaux walis et gouverneurs doivent rationaliser les dépenses imposées par la crise sanitaire et respecter les dispositions juridiques et réglementaire en vigueur. Ceux-ci...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le Maroc s’inquiète de « l’influence croissante des homosexuels »

Abdellatif Ouahbi, ministre de la Justice et secrétaire général du Parti authenticité et modernité (PAM), s’est exprimé une fois de plus sur l’homosexualité. Au Maroc, les pratiques homosexuelles restent punies par la loi.

Concours d’avocat : profond désaccord au sein de la profession

La polémique liée au concours d’accès à la profession d’avocat a fini par diviser le corps des avocats, dont certains défendent le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, et son département contre tout « favoritisme » tandis que d’autres appellent à...

Après ses propos «  provocateurs  », Abdellatif Ouahbi présente ses excuses aux Marocains

Le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, a présenté ses excuses aux Marocains pour sa déclaration au sujet de la révision des résultats d’un concours d’accès à la profession d’avocat, indiquant qu’une telle action créerait une mauvaise jurisprudence.

Soupçons de corruption par le Maroc au Parlement européen

Le scandale de corruption qui secoue le Parlement européen continue de livrer ses secrets. Le Maroc est, lui, aussi soupçonné d’avoir sollicité des eurodéputés pour qu’ils interviennent en sa faveur notamment sur la question du Sahara.

Maroc : le registre national des mariés bientôt disponible

Dans quelques jours, le ministère de la Justice marocain va procéder au lancement du registre national des mariés dans le but de mettre fin aux infractions constatées dans le domaine.

Maroc : les tribunaux submergés après la levée des mesures restrictives

Depuis que l’amélioration de la situation épidémiologique au Maroc a entraîné l’assouplissement des mesures restrictives, la vie a repris dans les tribunaux avec une hausse considérable du nombre de plaintes, procès et affaires pénales.

Blanchiment d’argent : des notaires, avocats et adouls marocains sanctionnés

Des campagnes d’inspection et de contrôle menées par un comité spécial du ministère de la Justice ont révélé l’implication de notaires, d’avocats et d’adouls dans des réseaux de blanchiment d’argent.

Corruption au Maroc : arrestation d’un ex-ministre, un avertissement pour les responsables ?

Après l’arrestation jeudi de Mohamed Moubdii, député du Mouvement populaire (MP) et ancien ministre, pour des crimes financiers présumés, des voix s’élèvent pour appeler le gouvernement marocain à renforcer sa lutte contre la corruption et...

Maroc : Vague d’enquêtes sur des parlementaires pour des crimes financiers

Une vingtaine de parlementaires marocains sont dans le collimateur de la justice. Ils sont poursuivis pour faux et usage de faux, abus de pouvoir, dilapidation et détournement de fonds publics.

Corruption au Maroc : les chiffres qui révèlent l’étendue des dégâts

Une étude de l’Instance Nationale de la Probité, de la Prévention et de la Lutte contre la Corruption (INPPLC) dresse un état des lieux préoccupant de la corruption au Maroc.