Corruption au Maroc : 217 arrestations en flagrant délit

26 mai 2022 - 07h00 - Maroc - Ecrit par : G.A

À la mi-mai, environ 67 000 appels ont été reçus sur la ligne téléphonique consacrée à la dénonciation d’actes de corruption au Maroc, selon Ghita Mezzour, ministre déléguée auprès du Chef du gouvernement chargée de la Transition numérique et de la Réforme de l’administration.

C’est en 2018 que cette ligne a été mise en place afin de participer à la lutte contre la corruption. Ainsi, selon les précisions apportées par la ministre Ghita Mezzour, 67 000 appels ont été reçus sur cette ligne, à la date du 14 mai. Elle répondait ainsi à une question orale présentée par le groupe de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) à la Chambre des conseillers sur « l’issue de la Stratégie nationale de lutte contre la corruption ».

À lire : Maroc : Victime de son succès, le téléphone anti-corruption ne répond plus

Ces appels reçus ont permis 217 interpellations de suspects en flagrant délit, à raison de deux cas par semaine. Il s’agit entre autres des salariés du secteur public et privé dans toutes les régions du Royaume. La ministre a indiqué que la lutte contre la corruption est au centre des priorités du gouvernement qui tient à renforcer la confiance entre l’usager et l’administration.

À lire : Maroc : 117 cas traités depuis la création de la ligne téléphonique anti corruption

Outre la mise en place d’un ensemble de projets qui ont pour but d’améliorer la transparence et l’intégrité au sein des administrations, les portails électroniques « chafafiya.ma », « chikaya.ma » et « opendata » ont enregistré 33 000 visites de 130 pays, a précisé la ministre, affirmant que ces mécanismes permettent au citoyen d’obtenir des informations auprès des administrations dans un cadre de transparence.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Corruption - Bilan - Ministère de la fonction publique et de la modernisation de l’administration

Aller plus loin

Un responsable du tribunal d’Ain Sebaâ pris en flagrant délit de corruption

Les éléments de la police judiciaire de Casablanca ont procédé, le lundi 27 janvier, à l’arrestation d’un responsable de la Chambre correctionnelle d’Ain Sebaâ, pris en...

Maroc : Victime de son succès, le téléphone anti-corruption ne répond plus

Le numéro vert mis en place par le ministère de la Justice et des Libertés pour dénoncer la corruption est en panne en raison, semble-t-il, d’un grand nombre d’appels.

La corruption coûte chaque année des milliards d’euros au Maroc

Au Maroc, la corruption est l’un des principaux freins au développement. Le pays perd annuellement près de 50 milliards de dirhams à cause de ce fléau, malheureusement toujours...

Maroc : une nouvelle dynamique pour la lutte contre la corruption

L’Instance nationale de la probité, de la prévention et de la lutte contre la corruption (INPPLC) que préside Mohamed Bachir Rachdi propose une nouvelle dynamique pour la lutte...

Ces articles devraient vous intéresser :

Affaire Rachid M’Barki : les ramifications d’un réseau d’influence

L’affaire Rachid M’Barki du nom de l’ex-présentateur franco-marocain du journal de la nuit de BFMTV, mis en examen pour « corruption passive » et « abus de confiance » n’a pas fini de livrer tous ses secrets.

Maroc : des élus communaux corrompus révoqués

Le ministre de l’Intérieur Abdelouafi Laftit part en croisade contre la corruption au sein des collectivités territoriales. Il a instruit les walis et gouverneurs à l’effet de révoquer les présidents de communes qui sont en situation de conflits...

Corruption : des élus locaux pris la main dans le sac

Abdelouafi Laftit, ministre de l’Intérieur, tente d’en finir avec la corruption et la dilapidation de deniers publics. Dans son viseur, une trentaine de présidents de commune et de grand élus dont il a transféré les dossiers devant l’agent judiciaire...

Maroc : Vague d’enquêtes sur des parlementaires pour des crimes financiers

Une vingtaine de parlementaires marocains sont dans le collimateur de la justice. Ils sont poursuivis pour faux et usage de faux, abus de pouvoir, dilapidation et détournement de fonds publics.

Corruption au Maroc : des élus et entrepreneurs devant la justice

Au Maroc, plusieurs députés et élus locaux sont poursuivis devant la justice pour les infractions présumées de corruption et d’abus de pouvoir.

Parlement européen : le Maroc aurait offert des séjours à la Mamounia

La députée socialiste Marie Arena et l’ex-eurodéputé italien Antonio Panzeri, visés dans le scandale au parlement européen, auraient bénéficié en 2015 d’un séjour de luxe à l’hôtel La Mamounia de Marrakech, tous frais payés par les autorités marocaines.

Maroc : les tribunaux submergés après la levée des mesures restrictives

Depuis que l’amélioration de la situation épidémiologique au Maroc a entraîné l’assouplissement des mesures restrictives, la vie a repris dans les tribunaux avec une hausse considérable du nombre de plaintes, procès et affaires pénales.

Corruption au Maroc : les chiffres qui révèlent l’étendue des dégâts

Une étude de l’Instance Nationale de la Probité, de la Prévention et de la Lutte contre la Corruption (INPPLC) dresse un état des lieux préoccupant de la corruption au Maroc.

Maroc : des biens et des comptes bancaires de parlementaires saisis

Au Maroc, les parquets des tribunaux de première instance ont commencé à transmettre aux nouvelles chambres chargées des crimes de blanchiment d’argent les dossiers des présidents de commune et des parlementaires condamnés pour dilapidation et...

Hafid Derradji accuse la CAF de corruption à cause du Maroc

Le commentateur sportif algérien de beIN Sports, Hafid Derradji, affirme que la Confédération africaine de football (CAF) a attribué l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) 2025 au Maroc et n’hésite pas à accuser l’organisation de...