Corruption au Maroc : 217 arrestations en flagrant délit

26 mai 2022 - 07h00 - Maroc - Ecrit par : G.A

À la mi-mai, environ 67 000 appels ont été reçus sur la ligne téléphonique consacrée à la dénonciation d’actes de corruption au Maroc, selon Ghita Mezzour, ministre déléguée auprès du Chef du gouvernement chargée de la Transition numérique et de la Réforme de l’administration.

C’est en 2018 que cette ligne a été mise en place afin de participer à la lutte contre la corruption. Ainsi, selon les précisions apportées par la ministre Ghita Mezzour, 67 000 appels ont été reçus sur cette ligne, à la date du 14 mai. Elle répondait ainsi à une question orale présentée par le groupe de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) à la Chambre des conseillers sur « l’issue de la Stratégie nationale de lutte contre la corruption ».

À lire : Maroc : Victime de son succès, le téléphone anti-corruption ne répond plus

Ces appels reçus ont permis 217 interpellations de suspects en flagrant délit, à raison de deux cas par semaine. Il s’agit entre autres des salariés du secteur public et privé dans toutes les régions du Royaume. La ministre a indiqué que la lutte contre la corruption est au centre des priorités du gouvernement qui tient à renforcer la confiance entre l’usager et l’administration.

À lire : Maroc : 117 cas traités depuis la création de la ligne téléphonique anti corruption

Outre la mise en place d’un ensemble de projets qui ont pour but d’améliorer la transparence et l’intégrité au sein des administrations, les portails électroniques « chafafiya.ma », « chikaya.ma » et « opendata » ont enregistré 33 000 visites de 130 pays, a précisé la ministre, affirmant que ces mécanismes permettent au citoyen d’obtenir des informations auprès des administrations dans un cadre de transparence.

Sujets associés : Corruption - Bilan - Ministère de la fonction publique et de la modernisation de l’administration

Aller plus loin

Corruption à Fès : un moqadem épinglé grâce au numéro vert

Encore une arrestation à mettre l’actif du numéro vert qui sert à dénoncer les actes de corruption. Le mis en cause cette fois-ci est un moqadem pris en flagrant délit de...

Un responsable du tribunal d’Ain Sebaâ pris en flagrant délit de corruption

Les éléments de la police judiciaire de Casablanca ont procédé, le lundi 27 janvier, à l’arrestation d’un responsable de la Chambre correctionnelle d’Ain Sebaâ, pris en...

Maroc : Victime de son succès, le téléphone anti-corruption ne répond plus

Le numéro vert mis en place par le ministère de la Justice et des Libertés pour dénoncer la corruption est en panne en raison, semble-t-il, d’un grand nombre d’appels.

Maroc : le secteur financier se dote d’un guide anticorruption

Le Maroc veut davantage assainir son espace économique. À cet effet, un nouveau guide pratique anti–corruption adressé aux acteurs du secteur financier a été lancé .

Ces articles devraient vous intéresser :

Corruption au Maroc : Les chiffres alarmants

La lutte contre la corruption ne produit pas de résultats encourageants au Maroc qui est mal logé dans les classements mondiaux depuis quatre ans.

Corruption au Maroc : des élus et entrepreneurs devant la justice

Au Maroc, plusieurs députés et élus locaux sont poursuivis devant la justice pour les infractions présumées de corruption et d’abus de pouvoir.

Parlement européen : le Maroc aurait offert des séjours à la Mamounia

La députée socialiste Marie Arena et l’ex-eurodéputé italien Antonio Panzeri, visés dans le scandale au parlement européen, auraient bénéficié en 2015 d’un séjour de luxe à l’hôtel La Mamounia de Marrakech, tous frais payés par les autorités marocaines.

Corruption au Maroc : arrestation d’un ex-ministre, un avertissement pour les responsables ?

Après l’arrestation jeudi de Mohamed Moubdii, député du Mouvement populaire (MP) et ancien ministre, pour des crimes financiers présumés, des voix s’élèvent pour appeler le gouvernement marocain à renforcer sa lutte contre la corruption et...

Affaire Rachid M’Barki : les ramifications d’un réseau d’influence

L’affaire Rachid M’Barki du nom de l’ex-présentateur franco-marocain du journal de la nuit de BFMTV, mis en examen pour « corruption passive » et « abus de confiance » n’a pas fini de livrer tous ses secrets.

Maroc : tenue correcte exigée dans l’administration publique

Les fonctionnaires marocains sont désormais invités à soigner leur tenue vestimentaire sur leur lieu de travail. Les costumes complets avec cravate ou une djellaba traditionnelle, sont ainsi recommandés. Un rappel à l’ordre a été fait dans ce sens par...

L’Europe cherche à punir le Maroc

L’éclatement du scandale de corruption au Parlement européen doublé d’une résolution relevant la détérioration des droits de l’Homme est à l’origine des nouvelles tensions entre le Maroc et l’Europe. Cette dernière cherche-t-elle à punir le royaume ?

Soupçons de corruption par le Maroc au Parlement européen

Le scandale de corruption qui secoue le Parlement européen continue de livrer ses secrets. Le Maroc est, lui, aussi soupçonné d’avoir sollicité des eurodéputés pour qu’ils interviennent en sa faveur notamment sur la question du Sahara.

Plus de 90 000 fonctionnaires marocains payés à ne rien faire

La ministre déléguée auprès du chef du gouvernement chargée de la Transition numérique et de la réforme de l’administration, Ghita Mezzour, n’a pas souhaité ouvrir une enquête sur le scandale des fonctionnaires fantômes, estimés à plus de 90 000 dans...

Maroc : 217 personnes interpellées grâce à la ligne téléphonique anti-corruption

Lancée il y a trois ans, la ligne téléphonique anti-corruption du Ministère public reçoit plus de 100 appels par jour, selon Ghita Mezzour, ministre de la transition numérique et de la réforme de l’Administration.