Le Maroc fait la chasse au détournement de l’argent public

6 juillet 2022 - 10h20 - Maroc - Ecrit par : S.A

Partager avec Whasapp Partager avec Telegram

Le gouvernement marocain fait de la restitution de l’argent détourné, ainsi que la lutte contre les crimes financiers et la corruption ses priorités et entend mener plusieurs actions dans ce sens, afin de sanctionner sévèrement ceux qui détournent des fonds publics.

Des soucis en perspective pour les personnes qui détournent les deniers publics. Répondant à une question écrite à la chambre des conseillers, Nadia Fettah Alaoui, ministre de l’Économie et des Finances a indiqué que la lutte contre les crimes financiers, la restitution de l’argent détourné et des avoirs illicites issus de la corruption font partie des priorités du gouvernement, rapporte le quotidien Assabah. Elle a énuméré les actions menées jusque-là, lesquelles ont permis à l’Agence Judiciaire du royaume (AJR) de recouvrer pendant l’année 2022 une somme de 44 millions de dirhams dans certaines affaires. « L’AJR a contribué dans le suivi des procès ayant été sanctionné par des jugements ordonnant la restitution de 90,583 millions de dirhams, en dépit de la conjoncture ponctuée par la crise pandémique », a-t-elle ajouté.

À lire : Des détournements en millions de dirhams à la municipalité de Meknès

En matière d’exécution des jugements en faveur de l’État, l’AJR a effectué 238 saisies conservatoires sur des biens immobiliers et fonciers au niveau des différentes juridictions financières du royaume : plus de 100 saisies conservatoires sur des titres fonciers dans 35 affaires à Casablanca, plus de 70 saisies conservatoires dans 34 dossiers à Rabat, plus de 50 saisies dans 22 affaires à Marrakech et pas moins de 18 saisies dans 28 affaires à Fès.

À lire : Maroc : 21 ans de prison pour détournements de fonds sur les comptes des clients de la banque

Le travail n’aura pas été aisé pour l’AJR. Selon la ministre, l’institution a rencontré des difficultés lors de l’exécution des jugements en faveur de l’État parce que « les mis en cause dissimulent leurs fortunes, en investissant dans le secteur informel ou en achetant des biens immobiliers et fonciers non enregistrés à la conservation foncière ». Pour lever ces obstacles, Nadia Fettah Alaoui demande au Parlement de préparer un projet de loi relatif à la création de l’Agence de gestion et de recouvrement des avoirs saisis et confisqués. Aussi, a-t-elle appelé à « restructurer l’AJR » et à « élargir ses prérogatives, afin d’accompagner et de relever les défis actuels concernant la protection des deniers publics ».

Sujets associés : Conseil de gouvernement - Corruption

Suivez Bladi.net sur Google News

Aller plus loin

Quatre ans de prison pour avoir détourné l’argent des clients d’une banque

La Cour d’appel de Rabat a condamné le directeur d’une agence du Crédit agricole à quatre ans de prison ferme pour détournement de fonds et de faux et usage de...

Une affaire de détournement touche le consulat du Maroc à Barcelone

Trois fonctionnaires du consulat général du Maroc à Barcelone font l’objet d’une enquête pour détournement. Ils sont actuellement interrogés par la Brigade nationale de la police...

Un ancien ambassadeur du Maroc à Madagascar en prison pour détournement de fonds

L’ancien ambassadeur du Maroc à Madagascar, Mohamed Amar, a été condamné mardi par la Cour d’appel de Rabat à deux ans de prison avec sursis pour détournement de...

Des détournements en millions de dirhams à la municipalité de Meknès

Le régisseur de la municipalité de Meknès vient d’être mis en examen, pour son implication présumée dans une affaire de détournement de recettes fiscales, faux et usage de faux....

Nous vous recommandons

Conseil de gouvernement

Maroc : une bonne nouvelle pour les entreprises

Le ministre de l’Économie et des finances, Mohamed Benchaâboun, a appelé, mardi 19 mai, les entreprises à reprendre leurs activités après l’Aïd El Fitr. Il était face aux membres de la chambre des conseillers qui l’ont interrogé sur les mesures économiques et...

La détresse des Marocains restés bloqués à l’étranger

Bon nombre de Marocains sont restés bloqués à l’étranger, notamment aux États-Unis et au Canada, après la suspension par les autorités marocaines des liaisons aériennes. Certains d’entre eux vivent mal cette situation et déplorent « la passivité et le mutisme...

Le Maroc prolonge d’un mois l’état d’urgence sanitaire

L’état d’urgence sanitaire sera maintenu sur l’ensemble du territoire national jusqu’au 10 juillet prochain. Le projet de décret, soumis par le ministre de l’Intérieur, a été adopté lors du Conseil de gouvernement du mardi 9...

Le Maroc proroge, à nouveau, l’état d’urgence sanitaire

Le Maroc a décidé de prolonger l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 30 novembre 2022, afin de faire face à la propagation du Covid-19 dans le pays.

Le Maroc augmente les indemnités des étudiants en médecine

Plusieurs décrets ont été adoptés jeudi, par le conseil du gouvernement dans le secteur de la santé publique. Ces textes renforcent notamment les règles déontologiques mais également, consacrent l’augmentation des indemnités des internes et externes affectés...

Corruption

Hassan Derham devant la justice

17 personnes dont l’ancien président du conseil municipal de Laâyoune-El Marsa, Hassan Derham, comparaîtront jeudi prochain devant le juge d’instruction en charge des délits financiers près la cour d’appel de Marrakech. Elles sont poursuivies pour « des...

Marrakech : enquête sur les violations du code de l’urbanisme

Sur décision du wali de Marrakech, les travaux d’une kissaria près du site historique de la Koutoubia sont aux arrêts, suite à une violation du code de l’urbanisme. En parallèle, les responsables de l’urbanisme et de la conservation du patrimoine sont...

Une affaire d’escroquerie au tribunal d’Aïn Sebaâ

Le tribunal correctionnel d’Aïn Sebaâ serait miné par la corruption. Des responsables judiciaires seraient impliqués dans une affaire d’extorsion pour un rôle d’intermédiation dans le dossier d’un individu.

L’Europe cherche à punir le Maroc

L’éclatement du scandale de corruption au Parlement européen doublé d’une résolution relevant la détérioration des droits de l’Homme est à l’origine des nouvelles tensions entre le Maroc et l’Europe. Cette dernière cherche-t-elle à punir le royaume...

Lutte contre la corruption : le secteur financier marocain se mobilise

Le secteur financier marocain veut jouer son rôle dans la lutte contre la corruption. Les principaux acteurs se sont rencontrés pour définir les actions à mener durant cette année.