Affaire Karima « Ruby » el Mahroug : Silvio Berlusconi se tire complètement d’affaires

16 février 2023 - 07h10 - Monde - Ecrit par : S.A

Un troisième acquittement pour l’ancien président du Conseil italien Silvio Berlusconi dans la saga judiciaire en lien avec la Marocaine Karima el Mahroug alias « Ruby ». Il était accusé d’avoir corrompu des témoins pour mentir sur ses sulfureuses soirées « bunga-bunga ».

Fin d’un procès qui aura duré plus de six ans. Les juges de la 7ᵉ section du tribunal pénal de Milan ont prononcé mercredi 15 février 2023 l’acquittement de Silvio Berlusconi, l’ex-chef du gouvernement italien, accusé d’avoir corrompu des témoins (en leur versant 10 millions d’euros entre 2011 et 2015) pour mentir sur ses sulfureuses soirées « bunga-bunga » alors que le parquet avait réclamé une peine de six ans de prison contre lui.

À lire : Fin des déboires judicaires de Silvio Berlusconi en lien avec la Marocaine Karima El Mahroug

« Je ne peux être qu’extrêmement satisfait », a réagi Federico Cecconi, l’avocat de sénateur de 86 ans, soulignant que cet acquittement est le troisième dans cette affaire. « Trois sur trois, ça suffit », a-t-il déclaré. Un premier acquittement avait été prononcé en 2021 à Sienne et le deuxième en 2022 à Rome. Le souhait de la défense, c’est que le parquet ne présente pas de recours. Le parquet de Milan avait aussi requis des peines d’un à six ans de prison pour les 27 autres accusés dont Karima el Mahroug alias « Ruby » dans cette affaire, mais tous ont été acquittés au motif que les faits ne sont pas établis.

À lire : Berlusconi a acheté le silence de Karima - Ruby - El Marhroug pour 5 millions d’euros

Silvio Berlusconi avait été jugé pour avoir payé Karima el Mahroug alias « Ruby alors âgé de 17 ans en échange de relations sexuelles lors de soirées dites « bunga bunga », qu’il avait organisées dans sa villa près de Milan, entre février et mai 2010.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Italie - Corruption - Milan - Karima El Mahroug

Aller plus loin

Rubygate : fin du feuilleton judiciaire avec la mort de Silvio Berlusconi

Accusé en 2010 de prostitution de mineure, d’abus de pouvoir et de corruption de témoin en la personne de Karima « Ruby » El Mahroug, une Marocaine âgée de 17 ans au moment des...

Berlusconi a acheté le silence de Karima - Ruby - El Marhroug pour 5 millions d’euros

La Marocaine Karima El Marhroug, alias Ruby, a été payée 5 millions d’euros par l’ancien Premier ministre italien Silvio Berlusconi pour acheter son silence.

Fin des déboires judicaires de Silvio Berlusconi en lien avec la Marocaine Karima El Mahroug

La saga judiciaire de l’ancien président du Conseil italien Silvio Berlusconi en lien avec la danseuse marocaine Karima el Mahroug alias « Ruby » est achevée. Jugé pour...

Affaire Karima « Ruby » el Mahroug : Silvio Berlusconi risque la prison

Le parquet de Milan a requis mercredi six ans de prison et la saisie de 10,8 millions d’euros contre l’ancien Premier ministre italien, Silvio Berlusconi, accusé d’un délit de...

Ces articles devraient vous intéresser :

Hafid Derradji accuse la CAF de corruption à cause du Maroc

Le commentateur sportif algérien de beIN Sports, Hafid Derradji, affirme que la Confédération africaine de football (CAF) a attribué l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) 2025 au Maroc et n’hésite pas à accuser l’organisation de...

Corruption : des élus locaux pris la main dans le sac

Abdelouafi Laftit, ministre de l’Intérieur, tente d’en finir avec la corruption et la dilapidation de deniers publics. Dans son viseur, une trentaine de présidents de commune et de grand élus dont il a transféré les dossiers devant l’agent judiciaire...

Corruption au Maroc : Les chiffres alarmants

La lutte contre la corruption ne produit pas de résultats encourageants au Maroc qui est mal logé dans les classements mondiaux depuis quatre ans.

Corruption au Maroc : les chiffres qui révèlent l’étendue des dégâts

Une étude de l’Instance Nationale de la Probité, de la Prévention et de la Lutte contre la Corruption (INPPLC) dresse un état des lieux préoccupant de la corruption au Maroc.

Maroc : la liste des députés poursuivis pour corruption s’allonge

Trois députés marocains viennent d’être déférés devant la justice pour corruption. Déjà une vingtaine de parlementaires sont poursuivis en justice pour des faits de corruption et dilapidation des deniers publics.

Maroc : 30 députés éclaboussés par des affaires de corruption

Au total, 30 députés marocains sont poursuivis par la justice en leur qualité de président de commune pour leur implication présumée dans des affaires de corruption, de dilapidation de deniers publics, de chantage, et de falsification de documents...

Affaire Rachid M’Barki : les ramifications d’un réseau d’influence

L’affaire Rachid M’Barki du nom de l’ex-présentateur franco-marocain du journal de la nuit de BFMTV, mis en examen pour « corruption passive » et « abus de confiance » n’a pas fini de livrer tous ses secrets.

Corruption au Maroc : des élus et entrepreneurs devant la justice

Au Maroc, plusieurs députés et élus locaux sont poursuivis devant la justice pour les infractions présumées de corruption et d’abus de pouvoir.

Soupçons de corruption par le Maroc au Parlement européen

Le scandale de corruption qui secoue le Parlement européen continue de livrer ses secrets. Le Maroc est, lui, aussi soupçonné d’avoir sollicité des eurodéputés pour qu’ils interviennent en sa faveur notamment sur la question du Sahara.

Maroc : Vague d’enquêtes sur des parlementaires pour des crimes financiers

Une vingtaine de parlementaires marocains sont dans le collimateur de la justice. Ils sont poursuivis pour faux et usage de faux, abus de pouvoir, dilapidation et détournement de fonds publics.